AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Sato Tetsuya •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦♦♦
Sato Tetsuya
Admin ♦ Here for you

avatar

That's my job : Serveur au Kaizoku Paradise + Joueur de baseball
That's where I live : Juhei
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Sato Tetsuya •    Sam 23 Sep - 17:07



Sato
Tetsuya

Il n'est pas quelqu'un de méchant mais c'est vrai que les femmes sont un véritable problème pour lui. Il ne sait pas se satisfaire d'une seule. Ce n'est pas qu'une question de plaisirs personnels, il aime recevoir de l'affection et en donner en retour. C'est comme une drogue pour lui Oui, il trompe sa femme et celle-ci ne se doute de rien puisque malgré tout il tient à elle et il le lui montre bien Il fait du baseball mais il aimerait arrêter. Il n'est plus capable d'apprécier ce sport à sa juste valeur. A cause de cela, il fait semblant de ne pas savoir jouer Hors, même s'il ne le révélerait jamais, ça lui arrive parfois de s'entraîner en cachette Nombreux sont ceux à le voir comme un idiot alors qu'en vérité, Tetsuya en a plus dans la cervelle qu'il n'en a l'air. Ses amis sont très précieux pour lui, tel le grand joueur qu'il était, il a gardé cette image soudée de l'amitié. Jamais il n'irait abandonner un camarade dans la difficulté. Il n'est pas compliqué et sait s'amuser d'un rien. Il est, en règle général, le premier à sortir des bêtises et faire le pitre. Seulement, il sait également lorsqu'il faut s'arrêter puis être plus sérieux Il adore manger, particulièrement de la viande. Ce qui est assez étonnant lorsqu'on voit qu'il ne prend pas un gramme. Comme quoi ça aide de faire du sport S'il n'est plus vraiment proche de sa famille, il est très protecteur envers sa petite soeur. Il ne supporte pas qu'un garçon puisse l'approcher. Ironique pour un homme qui est incapable de se contenter de sa propre femme et préfère aller voir ailleurs Il ne se prend pas la tête facilement et est plus du genre à vivre au jour le jour. Il est assez insouciant, si bien que même le danger ne l'effraie pas, il l'attire.

Carte d'identité

Lieu de naissance :Osaka
Date de naissance : ...
Âge : 27 ans
Nationalité : Japonaise
Métier : Serveur + Joueur de baseball
Situation amoureuse : Marié mais sa femme à elle seule ne lui suffit apparemment pas
Orientation sexuelle : Du moment qu'on lui donne de l'affection et de la tendresse, tout lui convient^, même si c'est vrai que jusqu'alors, il n'a toujours été qu'avec des femmes et a une préférence pour ces dernières. Hors, puisqu'il il a le don de s'attacher facilement,
principalement à tous ceux qui lui accordent de l'attention, lui-même ne sait pas de qui il peut s'enticher ou non.

Groupe : Hide & Seek
Signes distinctifs : Tatouage, tache de naissance, accessoire particulier, etc...
Célébrité : Kamenashi Kazuya



Infidèle Menteur Joueur Taquin Affectueux ExtravertiSociable Un peu trop bavard parfois Fourbe Taquin Gourmand
Histoire

La foule était en délire, le stade tremblait sous les acclamations du public et les encouragements provenant des deux équipes adverses. La fanfare de chaque école résonnait dans le dôme entier, les pompons girls chantaient et dansaient alors que sur le terrain, la tension était à son comble. Soudainement, tout le monde s’était tu, observant chaque action avec le plus grand intérêt, chaque camps priant assurément à la victoire de leur équipe. Tetsuya se tenait fièrement debout sur le monticule, un gant dans une main, la balle dans l’autre. Ses yeux reflétaient toute sa détermination, toute son envie d’emmener ses camarades le plus loin possible et remporter cette fois-ci la finale du Kōshien, le plus grand tournoi de baseball lycéen au Japon. Il n’avait pas hésité une seconde, son regard défiant celui de son adversaire, il avait élancé son bras, envoyant la balle à une vitesse inimaginable qu’elle fit aussitôt un bruit sourd dans le gant du receveur. Troisième strike. Batteur out. Un silence et tout à coup, la foule entière s’était levée, ébahi par tant de prestance et de talent. Les cris émanaient de tous les côtés, heureux du spectacle auquel ils assistaient néanmoins aucun des joueurs ne s’était laissé impressionner. Ce n’était pas fini. Et s’ils avaient toujours eu une manche d’avance sur les autres, ça ne signifiait rien puisque au baseball, la situation peut toujours être renversé sans que personne ne puisse s’y attendre. Ils avaient bien joué mais ça n’avait pas suffit pour les mener à la victoire. Ils avaient perdu. Frustré, Tetsuya avait baissé sa casquette devant son visage, incapable de retenir ses larmes de frustrations qui avaient déferlé le long de ses joues. Ca avait été son dernier « vrai » match. Chaque son, chaque regard, chaque sensation qui frémissait sous ses pieds alors qu’il courait de toutes ses forces vers la prochaine base, les acclamations des spectateurs, il n’avait jamais pu oublier cet instant. Un souvenir qui à l’heure actuelle n’était qu’un souvenir amer et emplis de regrets.

Avant d’en arriver là, ça n’avait pas toujours été facile. Puisqu’il vivait dans l’ombre de son père qui, alors qu’il n’était qu’un enfant, était un grand joueur de baseball. Une passion qu’il avait tenté d’inculquer à son fils dés son plus son âge. Tetsuya ne s’en était jamais plaint parce qu’il adorait regarder son géniteur jouait, il adorait écouter ses histoires et oui, il l’avait naturellement suivi. Sauf qu’à la différence de ce dernier, il n’avait pas eu le talent inné. Il avait du s’entraîner d’arrache pied pour arriver à quelque chose et c’était vrai que parfois son père lui mettait plus de pression que ce qu’il désirait. Il avait envie de réussir, il avait envie de faire partie de l’équipe de son collège et non pas uniquement à cause du nom de famille qu’il portait. Alors oui, il s’était démené pour être un excellent joueur. La plupart de son temps libre, il le passait avec une batte ou une balle entre les mains. Bien que le plus souvent, il le faisait aussi pour ne pas décevoir son père qui lui en demandait toujours un peu trop. Certainement que ce dernier aurait souhaité que son fils trace le même parcours que lui, un désir égoïste qui le replongerait à une période qui n’existait plus. Un comportement qui ne dérangeait pas Tetsuya autrefois mais qui à présent le faisait détester son géniteur un peu plus chaque jour.
Dans tous les cas, après tout ce travail acharné pour être au même niveau que les autres, si ce n’était pas à un level plus supérieur d’ailleurs, il avait intégré le club de son collège.

Il n’avait jamais manqué une année puis du mieux qu’il le pouvait, il s’était toujours battu pour son équipe, gagnant parfois, perdant les autres. Au lycée, suivant les conseils de son père, il intégra un établissement avec un excellent club de baseball et de supers bons joueurs. Plus que bons, ils étaient mêmes exceptionnels. Rien à voir avec tous ceux qu’il avait pu rencontrer au collège... C’était un tout autre niveau. Hors, parmi les joueurs, il y avait lui... Celui qui en peu de temps deviendrait à la fois son rival pour la place de lanceur titulaire, à la fois son meilleur ami. Il y avait eu des tensions au début, ne souhaitant pas céder une potentielle place à l’autre néanmoins, là où d’autres se seraient tirés par les cheveux, ils avaient fini par se soutenir. Parce qu’ils reconnaissaient le talent de l’autre et que le baseball était un sport d’équipe, pas un sport individuel. Pourtant, ni l’un ni l’autre n’avaient abandonné leurs objectifs, souhaitant à tout prix être celui qui porterait le numéro un. Ils avaient redoublés d’efforts, s’entraînant toujours plus et finalement, lors de sa deuxième année, Tetsuya fut  le joueur sélectionné pour ce poste. Jun, de son nom, ne lui en avait pas voulu. Au contraire, il l’avait félicité comme ils se l’étaient promis un an auparavant, non pas sans le menacer en le taquinant, lui déclarant qu’il guetterait la moindre erreur pour lui voler la place. C’était toujours ainsi entre eux. Ils se chamaillaient tellement souvent qu’on se demandait s’ils se détestaient ou s’appréciaient mais n’importe qui était capable de lire au travers leur complicité.

Jun avait également été le premier à le féliciter et à le rassurer lors de cette fameuse défaite au Kōshien. Ce n’était pas terminé. Ils avaient encore un an devant eux pour s’entraîner, participer au tournoi et gagner. Chacun des mots de son ami étaient fermement ancrés dans son esprit, comme une source dans laquelle il tentait de se ressourcer pour se donner du courage. Hors à chaque fois qu’il y pensait, il en était tout bonnement incapable. Parce que Jun n’était plus là. Un jour, alors qu’ils s’entraînaient, non pas sans continuer à se chamailler, son ami s’était écroulé. Soudainement. Sans que personne ne comprenne ce qu’il se passait. La vérité était que le lycéen était malade, une maladie cardiaque, qu’il l’avait découvert pendant sa deuxième année et que non, il n’avait pas eu la motivation, pas même la volonté, de l’annoncer à ses partenaires. On ne l’aurait jamais laissé jouer et tout ce qu’il désirait était d’être à leur côté. Le lanceur n’avait pas eu le temps de réaliser qu’il était déjà à l’hôpital, attendant avec la peur au ventre, avec le corps tremblant, qu’on lui donne des nouvelles. Si les médecins étaient parvenus à stabiliser son état, le plongeant dans un coma artificiel, Jun était mort trois jours après.

Submergé par le chagrin, Tetsuya en avait voulu au monde entier. Il en avait voulu à son père de lui avoir enseigné le baseball, il en avait voulu à son entraîneur de n’avoir rien remarqué, il en voulait à son meilleur ami d’avoir gardé ça pour lui. Et surtout, il s’en voulait à lui-même de ne pas l’avoir vu, de l’avoir poussé à s’entraîner plus ardument, de lui avoir volé ses rêves alors que lui, il avait toute la vie devant lui. Après ça, il n’avait pas été capable de porter une batte entre ses mains et si son père qui refusait de le comprendre le forçait, il faisait semblant de ne plus savoir y jouer.

Tout le monde avait été affecté par le décès soudain de leur partenaire, chacun essayait de le surmonter à sa façon et c’était vrai que, malgré tout, ils n’avaient jamais cessé de se soutenir les uns les autres. Si au départ Tetsuya s’était montré plus distant, que l’esquisse sur ses lèvres s’étaient éteintes, petit à petit, il avait repris ses esprits. Cela n’enlevait pas la douleur, ni le manque qui résidait dans son coeur, mais pour son camarade parti trop tôt, il ne voulait pas pleurer sur son sort. Bien que non, malgré les mots de Jun à cette époque, malgré sa volonté à ce qu’il continue et devienne meilleur, il n’avait jamais rejoué à ce baseball qu’ils jouaient ensemble. Et son réconfort, ce qui lui permettait d’oublier, il l’avait retrouvé chez les filles. Etait-ce idiot ? Probablement. Mais si certains noyaient leurs soucis dans l’alcool, dans la drogue ou même le sport, lui le trouvait chez les filles. Sûrement qu’il aimait un peu, beaucoup, ça. Il aimait qu’on lui donne de l’affection, qu’on le câline, qu’on l’embrasse et qu’on le place sur un doux nuage de plaisir. Il n’avait jamais eu de réelles petites amies et s’il en avait eu, c’était plusieurs en même temps. Puisque non, il n’était pas en mesure de se satisfaire que d’une seule. On le connaissait déjà comme frivole auparavant et malheureusement, ça ne s’était pas arrangé après la disparition de son ami.

Encore moins, lorsqu’à sa sortie du lycée, plutôt que de l’envoyer à l’université, son père lui avait déniché une place au sein des Hanshin Tigers, l’équipe de baseball d’Osaka. Pour lui c’était facile de jouer de son influence et rien que pour son nom, on aurait accepté Tetsuya. Hors, on l’engagea aussi pour son talent, tous avaient eu vent de ses exploits au Kōshien durant sa deuxième année. De nombreux recruteurs s’étaient déjà battus afin de l’avoir dans leur rang sauf qu’à ce niveau là, Tetsuya n’était plus ce qu’il était par le passé. Il ne voulait plus jouer au baseball. Peut-être plus tard, lorsqu’il aurait sérieusement réfléchi, lorsqu’il aurait accepté réellement la mort de son meilleur ami et qu’on arrêterait de le forcer à faire ce que lui ne désirait pas. Son père ne pensait qu’à lui et s’il était majeur, car il l’avait toujours suivi, il s’était laissé entraîné. Certainement que aussi, une part au plus profond de lui-même, n’avait pas envie de totalement tout quitter... Le feeling qu’il avait avec ses coéquipiers là-bas n’avaient rien à voir, parce qu’il ne laissait pas voir son talent et qu’on ne saisissait pas pourquoi un nul comme lui faisait partie de l’équipe. On l’accusait d’être un fils à papa et il ne le niait pas. Il n’avait pas demandé à être là donc en vérité, il était aussi mécontent qu’eux mais il le supportait. On ne l’avait jamais renvoyé, se contentant de le placer sur le banc des remplaçants et pour le peu de match où il avait joué, Tetsuya avait volontairement fait n’importe quoi. Il n’avait plus jamais éprouvé ces sensations d’autrefois, cette envie d’atteindre le sommet, de mener son équipe à la victoire puis de se démener pour elle. C’était ce qui avait tué son meilleur ami.

Lorsque la crise vint chambouler le monde, lui ne la vit pas comme quelque chose de néfaste puisque grâce à cela, il avait pu quitter les Tigers. Les gens n’avaient plus le temps pour de telles distractions, chacun ayant bien d’autres choses à penser que regarder des hommes courir sur un terrain et frapper des balles. Sauf que si durant les premières années il avait pu être tranquille, il aurait du se douter que son père n’abandonnerait pas si facilement. Il avait entendu parler d’une île paradisiaque, il avait entendu parler d’une légende qui la caractérisait comme un renouveau, un moyen de repartir à zéro et il s’était dit que c’était ce dont toute la famille avait besoin. Un certain jeudi, lui, sa petite soeur ainsi que ses parents avaient alors pris le bateau pour Gensou. C’était vraiment jolie, Tetsuya ne déclarerait pas le contraire, il se souvenait même d’avoir souri face à ce paysage splendide qui se dressait peu à peu devant ses yeux.

Lui-même s’était permis de penser qu’en effet, peut-être qu’il pourrait plus facilement se reconstruire ici, qu’il pourrait avancer et que même s’il n’oubliait pas, laisser les douloureux souvenirs du passé avec le passé. Malgré l’argent de papa et maman, le jeune homme avait tenu à prendre son indépendance, travaillant ainsi dans un petit restaurant, le Kaizoku Paradise, un endroit où il devait se déguiser en pirate. C’était drôle, lui trouvait ça plutôt amusant puis ça lui permettait de rencontrer du monde. Et par monde, on pensait bien particulièrement aux femmes, évidemment. A croire qu’il s’agissait là d’une partie de sa personnalité qu’il n’avait pas abandonné au Japon et qui l’avait suivi jusqu’à Nikko. Mais pas que... L’entêtement de son père ne s’était pas dissipé lui aussi. Certes, ce n’était qu’une petite île, le baseball n’était pas aussi réputé qu’il avait pu l’être dans leur pays natal cependant il y avait malgré tout deux - trois équipes, et dont la plupart était également composé d’ancien joueur qui s’était réfugié ici pour fuir la crise. Alors, Monsieur Sato l’avait appelé, lui déclarant que ça serait une bonne idée s’il reprenait, s’il les rejoignait eux aussi et que ce sport prenait également de l’ampleur sur Gensou. Tetsuya avait été catégorique, il avait refusé, rétorquant que de toute façon il n’arrivait plus à jouer correctement et qu’il ne le voulait pas non plus. Cependant son géniteur n’avait jamais cessé d’insister, allant jusqu’à lui reprocher son refus, allant jusqu’à se permettre de parler de son meilleur ami qu’il ne connaissait même pas et dont en vérité il n’en avait strictement rien à faire, allant jusqu’à parler de lui sans sa permission et dont son influence avait encore fonctionné. Ca n’avait toutefois pas été suffisant pour convaincre le garçon de s’y rendre, séchant chaque séance d’entraînement, n’y allant même pas pour se présenter. Son père l’avait réprimandé de plus bel, lui répliquant qu’il n’y aurait plus jamais d’autres chances et qu’il était temps pour Tetsuya de choisir ce qu’il désirait réellement avant de raccrocher le téléphone.

Le jour suivant, sans trop savoir réellement pourquoi, il avait choisi d’y aller. « Juste pour voir », c’était ce qu’il s’était dit, la curiosité n’en restant pas moins un vilain défaut. Et bêtement, il avait accepté d’intégrer cette équipe sauf que ce n’était pas si différent que dans sa carrière précédente. Il ne jouait pas sérieusement. Il continuait de faire l’idiot, mimant n’être qu’un incapable et loin d’être aussi doué que son père l’était. Par moment, parce que c’était difficile pour lui, il ne venait pas aux entraînements. De toute façon, il n’était qu’un remplaçant, ce n’était pas comme si sa présence servirait à quelque chose.

Et s’il faisait de son mieux pour s’imposer, pour avancer, jamais il n’aurait pu imaginer que la vie tournerait un jour dans sa faveur. Lui qui était si dépendant des femmes avait fini par en rencontrer une qui avait su se démarquer des autres. Il n’aurait pu dire ce qu’elle avait de si particulier mais elle l’avait charmé dés le premier regard. Elle avait ce petit « truc » qui faisait chavirer son coeur, qui le rendait plus vulnérable au point même où penser aller avec une autre qu’elle lui était devenu impensable. Toutefois, probablement que tout était allé trop vite, qu’ils n’avaient jamais pris le temps de réfléchir avant d’agir, avant même d’être certains de leurs sentiments. Trop vite, ils étaient sortis ensemble. Trop vite, ils s’étaient installés dans la même maison. Trop vite, ils s’étaient mariés. Et sur un coup de tête. En peu de temps, ils avaient déjà signé les papiers pour être uni l’un à l’autre.

Naïf, sûrement peu habitué à éprouver ce genre de sentiments, plus qu’une vulgaire attirance, Tetsuya s’était convaincu qu’elle était la bonne, qu’elle était la femme de sa vie. Il en avait douté le jour où il s’était réveillé dans une chambre d’hôtel accompagné d’une autre. C’était la première fois, depuis qu’il était marié, où il avait dérapé, où il avait laissé une fille le draguer pour finalement finir la soirée à ses côtés. La vérité était qu’il éprouvait beaucoup de pressions de son côté, qu’il avait besoin de se changer les idées et que malheureusement sa femme n’était pas là, occupé avec son travail. Ce n’était pas de sa faute à elle, jamais il ne pourrait se permettre de lui reprocher quoi que ce soit, c’était lui qui n’était pas stable, qui n’était pas en mesure de se contrôler et qui aimait assurément un peu trop la gente féminine. Peut-être même que ce qu’il croyait être de l’amour n’en était pas réellement. Même pas un an de mariage et il l’avait déjà trompé. La première fois, il voulait bien l’admettre, il avait culpabilisé, il se l’était reproché, se disant que Hanae ne méritait pas ça. Puis après deux ou trois fois, il avait tout simplement cessé de se prendre la tête. Plutôt que lui mentir, il aurait pu demander le divorce, expliquant qu’ils n’étaient vraisemblablement fait l’un pour l’autre mais il n’avait jamais su trouver le courage de déposer les papiers sur la table. Parce que malgré ses idioties, il tenait à elle, il ne voulait pas la quitter... N’était-il pas paradoxal ? Il déclarait tenir à elle, qu’elle lui était importante mais si elle apprenait la vérité, elle serait la première à en souffrir. Il avait conscience que lui-même, il serait facilement capable de passer au-dessus de cette perte là, que s’il ne l’avait pas elle, de toute manière, il en avait d’autres. C’était un fait que Tetsuya ne pouvait pas nier, vraisemblablement, il n’était pas en mesure de se satisfaire que d’une seule. Que cela soit au lycée ou maintenant, ça n’avait pas changé.  

 


Pseudo : Lauly
Âge : 24 ans
Présence : 5/7
Un petit mot ? :  **



_________________

Above the clouds
Hold me now, I need to feel You. Show me how to make it new again. There’s no one I can run to and nothing I could ever do. I’m nowhere if I’m here without You.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sato Tetsuya •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tetsuya Toyoda - Undercurrent
» Asao Takamori et Tetsuya Chiba - Ashita no Joe T1
» Ashita no Joe - Tetsuya Chiba & Asao Takamori
» [Gensou] Tetsuya Nomura
» Yamaha TZM 250 Nescafé modèle 1992 - Tetsuya Harada

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Les premiers pas :: Contrôle des passeports :: Fiches validées-