AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 You are dead ! feat Oikawa Roy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
.
.
Murakami Emi
avatar


That's my job : Serveuse au Kaizoku Paradise
That's where I live : Muranaka
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: You are dead ! feat Oikawa Roy   Sam 22 Oct - 12:53


You are dead !
Oikawa Roy & Murakami Emi
Et voilà une journée de travail rudement mené mais parfaitement exécuté. Comme toujours avec moi d’ailleurs. Je déteste ce travail, il n’y a rien de plus dévalorisant pour une personne de mon rang que de faire ce genre de boulot, accoutré dans une telle tenue. Non mais c’est vrai quoi, je vaux bien mieux que ça. Si j’étais encore à Tokyo je …. Oui mais … Voilà le problème, je ne suis plus dans ma ville natale. Je n’ai plus ni argent, ni famille, ni rang social, ni même d’avenir. Qui voudrait d’une fille aussi paumé que moi comme employé ? Je dois déjà m’estimer heureuse que mon physique arrive encore à m’ouvrir certaines portes dans cette nouvelle société. Je dois vraiment me faire à l’idée qu’ici je ne suis plus rien. Mais … je sais aussi que si je garde cela en tête, je ne vais cesser de plonger dans le gouffre abyssal du désespoir … Quelle solution s’offre à moi alors ? Me faire à l’idée que ma vie est fichue ou bien continuer à me faire des illusions ? Honnêtement aucune de ces deux propositions ne me semble la bonne et comme je n’ai, comme toujours, pas de réponse à mes questions, je vais me contenter de sourire et de sortir dans n’importe qu’elle soirée pour me changer les idées.

M’engouffrant donc dans la rue après avoir franchi la porte du Kaizoku Paradise, je commence déjà à lister les endroits agréables où je pourrais passer une bonne soirée. Bien entendu j’exclus toute les boites de nuit ou bar dansant qui me forcerait à admirer toutes c’est belles créatures qui non aucun soucis de jambes. Si seulement mon frère était là …. Lui au moins il serait comment me remonter le moral et où aller pour ne pas voir le temps passer…

Et voilà, je recommence à déprimer. Je ne suis vraiment pas croyable. Le pire c’est que quand je m’y mets je suis capable de me mettre dans des états pas possibles pour ne plus avoir à penser. Seulement cette fois-ci, hors de question d’utiliser mon meilleur ami l’alcool. Je suis déterminée à passer une super soirée sans lui et me réveiller demain matin sobre dans mon lit.

Cherchant donc du regard un établissement qui me permettra de tenir mes bonnes résolutions de cette nuit, j’aperçois soudain une silhouette qui attire mon attention. Curieusement, celle-ci me semble familière, cependant, elle va bien trop vite pour que j’aie le temps de détailler clairement son visage. En revanche, je remarque assez rapidement que le jeune homme qui vient d’attirer mon regard, vient de laisser tomber son portable après qu’un inconnu l’a bousculé pour se frayer un passage dans la foule.

En temps normal, je n’aurais peut-être pas réagi à cet incident. Après tout, les gens n’ont cas être plus attentif et maitre de leur objet. Cependant, sachant à quel point ce petit objet de technologie peut-être important. Je ne réfléchis pas une seconde de plus et me dirige assez rapidement vers lui avant de m’en emparer.

-« Monsieur excusez-moi, vous avez fait tomber votre portable » Hurlais-je pour que ma voix porte au-dessus de la foule tout en pressant le pas pour le rattraper. Par chance, ma voix gagne assez rapidement ses oreilles. L’inconnu arrête alors sa progression dans les rues du quartier de Juhei et se retourner vers moi apparemment surpris.

-« Je suis désolé, mais vous ….. » Je m’arrête soudain en posant mon regard dans le sien. Dans un premier temps, mon visage se déconfit en reconnaissant la personne qui est en face de moi. Mais bien vite cette expression faite place à quelque chose de bien plus menaçant et de dangereux. De la colère.

Habituellement, je ne suis pas rancunière, mais là, c’est plus fort que moi. Je sens toute la rage que j’ai cumulée pendant de nombreuses années resurgir en un instant. Elle est tellement forte, que je ne peux la contrôler et abat violemment mon poing sur le visage de mon vieil "ami " d’enfance.
electric bird.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Oikawa Roy
avatar
Admin ♦ Here for you


That's my job : Cuisinier au Owl-ways ~
That's where I live : Dans un petit deux pièces à Uetani
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: You are dead ! feat Oikawa Roy   Dim 23 Oct - 11:37


Emi & Roy
You are dead !




Etait-ce bénéfique pour lui d’avoir perdu la mémoire ou non ? Roy ne saurait le dire. Parfois il aimerait comprendre ce qui l’avait conduire à boire autant ce soir là, ce qui l’avait fait prendre sa voiture puis avoir cet accident qui aurait pu lui coûter la vie. Néanmoins, paradoxalement, il ne souhaitait pas à ce qu’on lui raconte quoi que ce soit de son passé. Il ne voulait pas qu’on lui dise quelle personne il était. Il préférait le découvrir de lui-même, reprendre sa vie de zéro puis ne pas se soucier qu’avant ça, il avait peut-être une vie différente. A quoi cela lui servirait de toute manière ? Sûrement qu’il n’était plus le même qu’autrefois et il n’avait pas envie qu’on le compare. Il n’avait pas envie de savoir s’il était gentil ou mauvais, s’il était passionné ou nonchalant... Il n’avait que faire puisque ce qui importait était ce qu’il était à présent non ? Ce n’était pas facile tous les jours, il l’admettait. Parce qu’on lui répétait souvent qu’à l’époque, il n’était pas comme ça. Principalement ses parents qui lui ressassaient qu’avant, il avait de grandes convictions, qu’il tenait à montrer le nom de sa famille et qu’il le faisait bien. Parce qu’au bout du compte, aucun d’eux ne saisissait pourquoi le jeune homme avait choisi de cuisiner dans un petit restaurant de quartier. Non pas qu’ils étaient contre sa passion, ils lui avaient déclaré qu’à l’époque, il adorait ça et qu’il avait pris de nombreux cours afin d’être un grand chef. Ce qu’ils ne comprenaient pas était qu’ils avaient les moyens, les contacts pour le faire entrer dans un restaurant de renom, qu’ils pourraient être reconnu mais que ce dernier refusait l’opportunité. Il refusait la « célébrité », ce qui était contraire avec ses ambitions d’avant et c’était frustrant pour les Oikawa qui même s’ils étaient heureux de voir leur fils vivant, tenaient encore à leurs noms. Certes, ils ne le privaient pas, ils respectaient ses choix seulement, ils ne cessaient de le lui rabâcher qu’à l’époque, il faisait plus attention à son image, qu’il n’agissait pas n’importe comment alors qu’aujourd’hui, c’était comme ci, il se fichait de tout ça. Et c’était le cas. Parce que même s’il avait perdu la mémoire, il avait également conscience qu’il avait perdu trois ans de sa vie à cause d’un malheureux accident. Il ne voulait pas se prendre la tête et agir juste comme il avait envie. D’ailleurs, depuis son réveil, le garçon ne touchait pas à l’alcool. Cela l’effrayait. Même un verre de vin ou de champagne, lorsqu’on lui proposait, il le déclinait poliment. Ca le stressait plus que de raison comme s’il en buvait ne serait-ce qu’une goutte, le coma le dominerait de plus bel. C’était idiot de songer ainsi toutefois ça avait cet effet sur son organisme, sur son esprit et aussi étrange que cela puisse être, l’alcool lui faisait peur. Chacun ses craintes après tout et il s’en fichait qu’on pense que c’était bizarre parce que lui savait ce qu’il avait vécu. On lui offrait une seconde chance, il ne souhaitait pas la gâcher.

Un soupir quitta ses lèvres tandis qu’il marchait tranquillement dans la rue, se promenant alors qu’il n’avait rien d’autre à faire. Il aurait pu rester chez lui mais ça ne l’enchantait pas tant que ça... Il aurait pu voir sa « fiancée », lui proposer de se voir néanmoins puisqu’il n’en avait rien à faire d’elle, il ne se voyait pas la contacter de lui-même non plus. Après tout elle n’était qu’une inconnue à ses yeux et elle ne lui disait rien qui vaille. Se balader seul de temps en temps n’était pas mauvais non plus. Cela le relaxait et faisait du bien à sa tête qui se reposait. Ainsi, il n’avait pas besoin de réfléchir, de se demander qui il était, de forcer à se souvenir et dieu que c’était agréable.

Il aurait pensé que sa journée serait tranquille, qu’il pourrait rentrer à son appartement sans souci, comme d’habitude cependant c’était à croire que le destin en avait décidé autrement. Alors qu’il marchait, dans ses pensées, il n’avait pas prêté attention à l’individu devant lui qui le bouscula. S’inclinant légèrement en guise d’excuse, il sourit à la personne avant de reprendre sa route, sans remarquer qu’il avait égaré son portable. Cela faisait du bruit ce genre de chose quand ça tombait et pourtant, il n’avait rien entendu. C’était une voix féminine qui le ramena à la réalité, l’obligeant à se retourner, une expression surprise dans ses prunelles pendant que ses mains tapotaient son jean à la recherche de son dit téléphone. En effet, il ne l’avait plus. Rassuré que cette demoiselle n’ait pas cherché à le lui voler, elle aurait pu, il voulut la remercier mais n’en n’eut guère le temps...

Roy n’avait pas compris ce qu’il venait de passer. Pas une seule seconde. Il n’avait rien vu venir, ne s’attendant pas à recevoir un poing en pleine figure... Et mine de rien, même si c’était une femme, ça faisait mal. Bien qu’en vérité il était plus choqué que souffrant... Ses doigts frôlèrent sa joue, essuyant la goutte de sang qui coulait sous sa lèvre, ses paupières quant à elles se clignaient sous la stupéfaction. Qu’est-ce que... Mais... Il n’avait su contrôler le flux de ses émotions qu’en un instant la colère s’infiltra dans tout son être, faisant bouillonner son sang dans une allure folle.

- Non mais vous êtes malade !! S’exclama l’homme, choqué, avant de lui arracher son portable des mains, Cela vous prend souvent de frapper des inconnus comme ça ?!

Sûrement qu’ils n’étaient pas réellement des « inconnus » cependant sur l’instant, Roy n’avait pas songé que cette fille pouvait être une personne de son passé qu’il avait oublié. Cela ne lui avait même pas traversé l’esprit.


luckyred.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Murakami Emi
avatar


That's my job : Serveuse au Kaizoku Paradise
That's where I live : Muranaka
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: You are dead ! feat Oikawa Roy   Dim 23 Oct - 20:15


You are dead !
Oikawa Roy & Murakami Emi
Mon dieu qu’est-ce que cela fait du bien. J’avais rêvé de ce moment depuis le jour où il m’avait balancé toute c’est horreur à la tête sans me laisser une seule seconde la possibilité de lui répondre. Certes ma main est à présent en bouille et me fait un mal de chien, mais la satisfaction de le voir souffrir compense toutes les douleurs du monde. D’ailleurs si nous n’étions pas en présence d’autant de monde je lui en remettrais bien une. Bien qu’en soi je ne vois pas bien ce qui me retient puisque pour ma part je n’ai plus rien à perdre.

-« Malade moi ? Dis-je tout en éclatant de rire. Non mon petit gas, c’est toi qui es malade. »

Ou plutôt il l’avait été. Jamais il n’aurait dû me faire souffrir comme il a pu le faire à l’époque. Par chance pour lui, à ce moment-là nous étions jeunes et j’étais loin d’être la fille que je suis aujourd’hui. N’ayant plus d’argent, plus de famille, ni d’objectif pour ma vie je n’ai aujourd’hui plus peur de rien. Je suis même carrément prête à toute, pour lui faire ressentir au centuple l’humiliation qu’il a pu me faire subir ce petit matin-là.

-« Qu’est-ce qu’il y a ? Tu ne te souviens pas de mon visage ? Laisse-moi rire Roy, c’est la bonne excuse ça. Toi un inconnu ? Et moi je suis la reine d’Angleterre »

Il peut bien essayer de me faire passer pour folle aux yeux de tous cela m’importe peu. Que toute cette bande d’abrutie pense seulement que je frappe un inconnu si ça peut lui faire plaisir. Ils peuvent même carrément filmer la scène, je n’en ai rien à faire. La seule chose importante dans ce cas-ci, c’est que lui comme moi sachions la vérité.

-« Et bien quoi tu as perdu ta langue ? Tu avais bien plus de choses à dire la fois où tu m’as traité de fille facile »

Mon dieu que je hais ce garçon. Rien que de revoir simplement son visage m’est insupportable. Si j’en avais le courage je lui sauterais même dessus et lui arracherais les yeux tellement j’ai de rancune envers lui. J’ai vraiment une haine viscérale en son égard et pas de chance pour lui ce sentiment n’a fait que ce décuplé depuis toute ces années.

Et ce qui me rend encore plus dingue aujourd’hui, c’est que monsieur fait comme s’il ne me connaissait pas. Même son expression ressemble à celle d’un abruti qui ne comprend pas la situation. Il y aurait presque de quoi me faire douter sur son identité. Je ne me souvenais pas qu’il était si bon acteur… Il faut croire que vieillir lui a fait rétrécir son melon qui lui servait de tête.

-« Ha moins bien sûr que tu ne fasses ton fière seulement quand tu n’as pas des centaines de personnes qui te regard. Tu veux peut-être que l’on retourne dans une chambre. Ça te rafraîchirait les idées ça ? »
electric bird.
[


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Oikawa Roy
avatar
Admin ♦ Here for you


That's my job : Cuisinier au Owl-ways ~
That's where I live : Dans un petit deux pièces à Uetani
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: You are dead ! feat Oikawa Roy   Lun 24 Oct - 18:17


Emi & Roy
You are dead !




Malade, lui ? Non mais c’était cette fille qui était folle, pas lui ! Il ne frappait pas les passants sans raison ! Choqué, pour sûr que Roy l’était. Il avait du mal à s’en remettre alors que sa main massait doucement sa joue. Et dire qu’il avait pensé que sa journée continuerait d’être tranquille, agréable, il était bien naïf. Mais franchement qui aurait pu penser qu’il croiserait une femme qui lui assènerait un coup de poing en plein visage. Même dans les films, on ne voyait pas ce genre de choses. C’était incroyable. Sa bouche continuait de s’ouvrir tant il ne discernait rien de la situation si ce n’était qu’il pensait que cette demoiselle était juste complètement folle. Probablement que s’il avait réfléchi, si on ne l’avait pas attaqué par surprise, il aurait aussitôt fait le rapprochement avec son amnésie, avec le fait que cette jeune femme était peut-être une mauvaise connaissance du passé néanmoins cela lui aurait semblé impensable... Parce qu’il n’aurait pas pu imaginer une seule seconde le mal qu’il avait pu faire à cette fille. Il était tellement différent à l’heure actuelle, comment aurait-il pu songer qu’à l’époque, il avait couché avec sa vis-à-vis et lui avait balancé tout un tas d’horreur à la figure, allant même jusqu’à la qualifier d’une prostitué. Juste parce qu’il ne l’aimait pas et que sa fierté était beaucoup trop profonde pour qu’il assume d’avoir fait volontairement quelque chose avec cette dernière. Hors, tout ceci, le cuisinier n’en savait rien et c’était inconcevable pour lui de penser qu’il avait fait ça de toute façon.

Il s’apprêtait à penser pour la énième fois que cette étrangère était complètement folle néanmoins il n’en eut guère le temps, qu’il releva vivement son visage en sa direction dans un « o » alors qu’elle l’appelait par son prénom. Est-ce qu’elle le connaissait ? Qui était-elle pour lui ? Et que lui avait-il fait pour recevoir une telle punition ? Peut-être qu’elle avait repéré son nom dieu ne savait où et qu’elle avait juste envie de frapper quelqu’un, elle avait pensé qu’il était une parfaite cible. Après tout, certaines se font passés pour des fiancés, d’autres pouvaient très bien inventé de grands canulars juste pour avoir un prétexte afin de se rapprocher de lui. Mais là, il avouait que si c’était le cas, c’était quand même un peu gros...

« Euh... On se connait ? » Avait alors demandé le jeune homme, penaud.

Il ne savait même pas quoi dire. Il tentait de parler, de s’exprimer mais aucun son ne s’échappait de ses lèvres parce qu’il ne comprenait rien. Cette fille avait réellement l’air en colère contre lui et il ignorait quoi faire pour la calmer. Il ne connaissait pas la situation... Si vraiment, ils s’étaient connus par le passé, il était désolé pour elle parce que même s’il le voulait, il n’avait aucun moyen pour faire revenir ses souvenirs qui s’étaient effacés. Tout ce que lui révélait la jeune femme le stupéfiait... Il n’avait pas l’impression qu’on parlait de lui mais quelqu’un d’autre tant il ne saisissait pas pourquoi il l’aurait traité de fille facile et encore moins pourquoi elle lui parlait de fierté. Pour le coup, il s’en fichait un peu de sa fierté. Seulement c’était vrai que ses parents lui avaient déjà dit quelque chose de similaire, que par le passé, il prêtait plus attention à son image, il était plus sûr de lui, plus imposant de part sa personnalité... Ca aussi, cela l’avait étonné bien qu’il n’en avait rien dit hormis le fait qu’il ne souhaitait rien savoir.

- Hein ? « Une chambre ? »

A peine eut-il répété ses mots que Roy saisit ce qu’insinuait sa vis-à-vis et machinalement, il secoua sa main devant lui en disant que non, ce n’était pas la peine, qu’il ne faisait pas ça avec n’importe qui.

- Je vous ai vraiment traité de fille facile ? J’étais ce genre de type ?

Il se pointa instinctivement du doigt tout en inclinant son visage légèrement sur le côté, il afficha une expression des plus perdues. Ses paupières clignèrent de plus bel avant qu’il ne gratte nerveusement l’arrière de ses cheveux...

- Quoi que non, je ne préfère pas savoir, Dit-il en se massant doucement les tempes, Je suis désolé si je vous ai blessé.

Bien qu’il ne s’en rappelait pas cependant si ce que racontait son interlocutrice était véridique, le minimum qu’il pouvait faire était s’excuser. Lui aussi se serait frappé s’il avait su qu’il avait insulté une jeune femme donc sûrement que ce coup était mérité.

luckyred.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Murakami Emi
avatar


That's my job : Serveuse au Kaizoku Paradise
That's where I live : Muranaka
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: You are dead ! feat Oikawa Roy   Dim 6 Nov - 11:27


You are dead !
Oikawa Roy & Murakami Emi
Non mais il se fiche vraiment de moi là !! Pourquoi continue-t-il à jouer les amnésiques ? Il a bien vu que je n’allais pas lâcher le morceau alors à quoi bon s’enfoncer encore plus dans son mensonge ? À moins bien sûr que c’est un gros sadomasochiste et que secrètement, il rêve de s’en prendre encore une. Dans tous les cas, si c’est ce qu’il veut il ne va pas être déçu du voyage. Mon point est déjà armé et prêt au lancement. Le décompte peu à présent commencer. Cinq, quatre, trois, deux, un…..

Son étonnement me désarme soudain une nouvelle fois. Mon poing se stoppe alors dans sa course et retombe lourdement le long de mon corps.

-« Tu es vraiment sérieux là !? »

Bien sûr qu’il m’a traité de fille facile et pas que ça d’ailleurs. Il le sait parfaitement …. Enfin …. Je crois …. Je dois bien avouer que si c’est une blague, elle commence à être de mauvais goût. Enfin même si c’était une blague, elle est loin d’être du style de Roy ce qui commence véritablement à me faire douter sur la situation actuelle.

Et s’il ne se souvenait vraiment de rien ? Après tout ma famille a bien été détruite peut-être que la sienne a vécu un évènement semblable qui l’a rendu amnésique… Si c’est vraiment le cas je regrette de l’avoir frappé. Non pas qu’il ne le mérite pas, disons simplement que c’est beaucoup moins satisfaisant de se venger d’une personne qui ne se souvient même pas de son crime ….

Quoi que ….. Finalement en y réfléchissant, c’est peut-être tout autant jouissif. Le Roy que je connais n’aurait pas été tourmenté bien longtemps par ma petite vengeance personnelle, mais visiblement ce n’est pas le cas de la personne qui se trouve devant moi. Mieux encore, il ne semble pas souhaiter se souvenir de son lui passé …

C’est donc le moment d’adopter une autre stratégie. Détruire Roy de l’intérieur. Le laisser m’introduire dans sa vie et en profiter pour lui pourrir au maximum l’existence en lui évoquant subtilement qu’elle garçon horrible il a pu être. Et une fois qu’il sera au fond du gouffre, là où je me trouve, je n’aurais plus cas le détruire définitivement une bonne fois pour toute ….

-« C’est facile de s’excuser quand, visiblement, on ne se souvient de rien »

Voilà, c’est très bien, on adopte une posture moins attaquante et on baisse progressivement le ton de la voix pour faire croire que l’on se calme peu à peu. Avec un peu de chance son amnésie la rendu aussi crédule qu’une fillette de 5 ans.

-« Alors comme ça, tu ne te souviens de rien. Mais … C’est juste de moi ou c’est toute ta vie ? »

Mon pauvre garçon, tu as revu la mauvaise personne de ton passé. Si à l’époque, j’étais une jeune fille douce, gentille et bien élevée à présent c’est une toute autre histoire. Peu importe si je finis en prison après ça au moins j’aurais eu le plaisir de te détruire comme tu m’as détruite ce jour-là.

-« Je suis désolé de t’avoir frappé …. Si j’avais su que tu ne te souvenais de rien je n’aurais pas agi ainsi …. Mais bon comprend moi que …. Enfin non peut-importe …. Si tu ne te souviens pas, il est inutile pour moi de m’attarder d’avantage sur ce sujet …. »
electric bird.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Oikawa Roy
avatar
Admin ♦ Here for you


That's my job : Cuisinier au Owl-ways ~
That's where I live : Dans un petit deux pièces à Uetani
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: You are dead ! feat Oikawa Roy   Dim 6 Nov - 19:54


Emi & Roy
You are dead !




Au vue de la réaction de sa vis-à-vis, il ne pouvait pas le nier, apparemment ils se connaissaient. Ou plutôt, ils s’étaient connus dans le passé puisque lui n’était plus en mesure de mettre un nom sur ce visage, encore moins une histoire ou un lien. Il ignorait ce qu’il s’était passé entre eux pour que la jeune femme en arrive à le détester au point de lui mettre un poing en pleine face. On lui avait déjà fait comprendre qu’il était réellement autrefois, qu’il n’était pas aussi souriant, aussi naturel et qu’en règle général l’aura qu’il dégageait était impressionnante. Roy avait refusé d’y croire, il refusait de croire encore maintenant qu’il y avait la possibilité qu’à l’époque, il n’était pas quelqu’un de bien. Pourquoi ce changement soudain s’il n’était pas ainsi auparavant ? Il en arriverait encore à s’interroger énormément puis avoir cette affreuse migraine qui lui attaquerait la tête. Il y avait certaines choses qui ne s’expliquaient pas, certaines attitudes, certaines paroles cependant cela n’excusait pas tout non plus. Sûrement que même avec ses souvenirs, il n’aurait pas été capable de justifier pourquoi il avait été aussi désagréable et mauvais avec cette fille. Ce n’était pas uniquement parce qu’il la détestait puisque, au bout du compte, sa popularité était connue dans tout le lycée, son mauvais caractère aussi. Hors, c’était certainement de l’influence, la peur de ne pas être comme ses parents le désiraient, la peur de décevoir sa famille et d’être renié s’il n’agissait pas comme un bon enfant de riche se devait de le faire. Son géniteur lui répliquait souvent qu’il devait s’imposer, qu’il devait s’affirmer et ne laissait personne piétiner leur nom, qu’il devait être le meilleur sur tout et qui savait, peut-être que Roy avait pris ce conseil un peu trop à la lettre. Il en avait oublié qui il était lui-même, il s’était inconsciemment forgé un personnage et s’il y avait eu une personne capable de lui briser ce masque, ça avait été sa petite amie. Grâce à elle, il s’était assagi, il se faisait plus discret et avait même commencé à découvrir quel métier le passionnait réellement... Des choses que désormais le cuisinier ne serait jamais en mesure d’expliquer parce que toute sa mémoire avait été effacée.

Si on lui demandait si c’était bien ou non, il n’avait pas la réponse. C’était terrifiant parfois de ne pas savoir qui on est, d’où on vient on se méfie de tout seulement, ça ne l’était apparemment pas assez pour le motiver à avoir envie de se rappeler. De toute manière c’était inutile et à chaque fois qu’il avait tenté, Roy s’était retrouvé cloué au lit avec une serviette humide sur la tête afin d’apaiser cette douleur stridente qui le torturait.

« Peut-être » Avait-il déclaré d’une voix posé, inclinant légèrement son visage « Mais c’est le minimum que je puisse faire. »

Ceci dit, il ne s’imaginait non plus se rapprocher de cette fille rien que pour se rattraper. Depuis le début, il fuyait son passé, il l’avait toujours fui et il ne souhaitait pas se coltiner une jeune femme qu’il avait blessé et qui le détestait très certainement. Et ce, même si cette dernière semblait avoir diminué d’un ton, ce n’était pas suffisant pour le convaincre. Parce qu’il était terriblement méfiant, qu’il ignorait qui l’approchait pour se servir de lui ou non et qu’il n’était pas capable de lire dans les pensées des gens. Cette jeune femme l’avait frappé d’un crochet en pleine figure, c’était que sa rancune à son égard devait être énorme donc qu’il le veuille ou non, il ne voyait pas ce qu’il pouvait tirer de bien d’une telle relation.

« Tout. »

Pas la peine de préciser les séquelles que son accident lui avait apporté, pas la peine de lui dire qu’en plus d’avoir perdu la mémoire, il avait aussi mis trois ans de sa vie de côté, qu’il ne se souvenait pas très bien de ce qu’on lui disait et qu’il y avait de forte chance que si elle lui donnait son nom, il l’ait oublié la fois d’après. Pas la peine de lui expliquer qu’il avait du reprendre tout depuis zéro, que cela soit son existence ou même son apprentissage et que c’était particulièrement frustrant à certains moments.

- Hum, mais je comprends, Rétorqua le jeune homme dans un sourire mal à l’aise, ses phalanges secouant nerveusement ses cheveux, Sûrement que c’était mérité... Vous n’avez pas à vous excuser. C’est moi qui vous ai blessé apparemment donc, vous n'avez pas à vous en vouloir.

Qui savait... Peut-être que tout ce qui lui était arrivé jusqu’ici n’était qu’une punition qu’on lui avait infligé à cause de ce comportement horrible qu’il avait autrefois. On lui avait fait payer ses torts, on avait tué sa petite amie afin de l’obliger à plonger et à toucher le fond. On lui avait retiré sa mémoire pour lui faire croire qu’on lui accordait une seconde chance alors qu’au final, ce n’était qu’une autre manière de le détruire à petit feu sans qu’il ne soit en mesure de s’en rendre compte. Parce qu’il n’était pas capable de voir ce que lui prévoyait l’avenir et ce n’était pas forcément quelque chose de jolie. Pas du tout.

luckyred.



_________________

I’ll wait for You
Hold me now, I need to feel You. Show me how to make it new again. There’s no one I can run to and nothing I could ever do.I’m nowhere if I’m here without You. © ΣXODUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Contenu sponsorisé


.
.
.

MessageSujet: Re: You are dead ! feat Oikawa Roy   



Revenir en haut Aller en bas
 

You are dead ! feat Oikawa Roy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» High School Of The Dead
» [WIP] Dead Irish Man
» Papa Wemba feat Ophelie Winter
» Red Dead Redemption
» Red Dead Redemption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Welcome to Nikkou :: Juhei-