AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I don't need your help - ft Tetsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦♦♦
Kudo Shinobu

avatar

That's my job : Homme d'affaire en formation
That's where I live : Nikkou
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: I don't need your help - ft Tetsu   Mar 10 Oct - 11:03


I don’t need your help
ft. Tetsu


La sonnerie retentissait, se répercutant en écho contre les murs de cette prison qu’était mon bureau. J’avais la folle envie de tout plaquer, de partir et de laisser derrière moi les employés qui seraient ravis de devoir gérer tout ce que je m’évertuais à fuir au quotidien. Etait-ce l’ennui qui vrillait à nouveau mes tempes, ou simplement la sensation d’étouffer dans une pièce qui me semblait se refermer sur moi ? La respiration hachée, elle m’échappait en un filet brûlant que je ne cherchais pas à retenir. Las et épuisé, je pinçais l’arrête de mon nez dans le but de trouver une semblant de motivation alors que la mélodie entêtante du téléphone chantait sans s’interrompre. J’en décrochais le combiner, ignorant la personne qui me harcelait pour la contraindre à écouter la tonalité témoignant de mon ennui latent. La tête entre les mains, j’essayais d’oublier la douleur, mais elle fut un véritable calvaire. J’apposais le front sur le bois, cherchant à calmer l’incendie qui me ravageait de l’intérieur, mais rien ne vint à bout de cette affliction. Ça suffit ! Je ne pris pas la peine de raccrocher le téléphone, je me fichais de prévenir mon père qui attendait certainement après moi pour l’aider dans un énième dossier qui ne m’intéressait pas et je passais finalement la porte pour décrocher les regards ébahis de l’équipe qui œuvrait sous mes ordres. « M. Kudo ? » D’un geste je lui signalais de vaquer à ses occupations, les laissant gérer ces affaires que j’exécrais devoir m’occuper. J’aspirais à une vie simple, libre et sans contrainte, loin de ce tumulte assourdissant et de ce stresse permanent du monde des business men qui composaient en majorité mon entourage. Sans explication aucune, je quittais le bâtiment, abandonnant derrière moi les petites fourmis qui s’activaient pour parvenir à faire de cette île une nouvelle puissance économique. Les couloirs me semblaient ternes, et malgré l’agitation ambiante, ils me semblaient sans vie. Il ne me fallut que quelques minutes pour atteindre les portes que j’ouvrais sur ma liberté, appréciant l’air qui vint fouetter mes joues. Salvateur, il fit s’atténuer la douleur qui cognait sourdement à l’arrière de mon crâne, quelques instants seulement avant de revenir en une vague puissante et destructrice. Je n’étais plus capable de penser ni de voir ce qui m’entourait, avançant à tâtons pour m’éloigner de mon enfer personnel. Je ne pus parcourir que quelques mètres seulement avant de m’adosser à un mur pour reprendre mon souffle erratique. J’avais appris à vivre avec cette torture quotidienne, celle qui me suivait depuis l’enfance mais que je m’évertuais à cacher aux yeux des autres, mais si elle s’obstinait à me rendre visite régulièrement, je luttais chaque fois pour la faire fuir et espérer ainsi gagner le combat contre un démon invisible. Mais il m’étreignait avec trop de force, si bien que je finis par me laisser glisser contre le mur alors que mes jambes tremblaient sous l’effort, ne pouvant davantage me porter. Je me sentais défaillir, mais je refusais de sombrer dans la demi conscience en me forçant à ouvrir les yeux sur ce qui m’entourait, et sur celui qui me dévisageait. « Je ne suis pas mendiant si c’est ta question. » S’il me fallait faire preuve de concentration pour rester conscient, je n’eus aucun mal à reconnaître celui que j’avais connu il y a quelques années, dans d’autres circonstances. « Tu n’as jamais vu quelqu’un assis par terre ? Tu devrais essayer je te promet qu’une fois les premières minutes écoulées, ça devient agréable ! » J’usais d’un humour tranchant et d’un ton sans appel pour le faire partir, mais je refusais qu’on puisse me voir dans cet état.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sato Tetsuya
Admin ♦ Here for you

avatar

That's my job : Serveur au Kaizoku Paradise + Joueur de baseball
That's where I live : Juhei
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: I don't need your help - ft Tetsu   Jeu 12 Oct - 12:49


I don’t need your help
ft. Nobu


La mort de son meilleur ami l’avait changé. Tetsuya ne pourrait jamais nier le contraire, lui-même en avait conscience et à cause de ça, il s’inquiétait parfois un peu trop. Hors, il préférait s’en faire pour pas grand chose plutôt que ne pas se tracasser et faire face à une nouvelle perte de quelqu’un de précieux à ses yeux. Il avait appris à lire derrière les sourires, à ne plus croire les « ça va » lorsque le teint d’une figure reflétait tout le contraire... Il avait appris à ne plus forcer qui que ce soit de son entourage, à leur demander de faire attention à chaque fois qu’ils se surmenaient un peu trop puis leur demandait trop souvent de penser à se reposer. Parce qu’il ne l’avait jamais fait à l’époque, qu’il était celui qui repoussait la fatigue toujours plus loin afin de s’entraîner encore et encore, sauf que son entêtement avait emporté son coéquipier qui s’était effondré sous ses yeux. Cette image ne s’était jamais effacée de l’esprit du joueur, elle revenait souvent le hanter et son coeur se compressait lorsqu’il pensait à tout ce qu’il aurait pu faire pour lui éviter ça. Il était trop jeune. Il n’avait pas su regarder plus loin et aveuglé, probablement que dans le fond, il n’aurait jamais pu voir ce que son ami lui cachait. Pourtant, à chaque fois qu’il y songeait, Tetsuya se disait qu’il y avait du avoir des signes, des moments de faiblesses mais qu’il n’avait jamais fait le rapprochement... Cette culpabilité ne s’en irait jamais, elle serait toujours enfermée dans le creux de son âme, lui rappelant qu’une partie de lui avait tué son camarade... Il n’était pas le seul. C’était pareil pour son entraîneur, pour leurs coéquipiers qui avaient été tout aussi aveugles mais puisqu’il était la personne la plus proche de cet individu, il ne pouvait pas retirer tous ces fardeaux qui alourdissaient ses épaules.

Le fait étant que désormais, Tetsuya était beaucoup plus attentif, qu’il parvenait à ne plus se laisser voiler la face puis lire au travers des mensonges de ses proches. Comme Kei qui avait osé tenter de lui faire croire qu’il se reposait. Lui aussi, il mentait seulement le garçon ne l’avait pas laissé faire, refusant de perdre encore quelqu’un à qui il tenait énormément...
Et c’était également le pourquoi, il n’avait pu s’empêcher de dévisager avec intrigue ce garçon qui s’appuyait contre le mur un peu plus loin. Il l’avait aussitôt reconnu... Une personne qui dans le fond, Tetsuya n’aurait certainement pas voulu revoir dans son existence. Non pas à cause de leurs altercations d’autrefois, ils n’étaient que des gamins et à cet âge là, on est tous un peu idiots en vérité... Mais parce que Shinobu lui rappelait cette époque que le joueur aimerait oublier. Un détail que le garçon ignorait assurément puisque aucun d’entre eux ne connaissait la vie de l’autre hors ça n’empêchait pas que sa période du lycée, Tetsuya aurait souhaité ne plus jamais y penser. Pourtant, il n’avait pu détourner l’oeil de ce jeune homme qui, auparavant, avait été quelqu’un qu’il n’avait jamais porté sincèrement dans son coeur. Il était arrogant, méprisable, une véritable tête à claque cependant était-ce une raison de l’abandonner ici, après toutes ces années, alors qu’il ne paraissait pas en forme ?

Le joueur n’avait même pas hésité, il s’était rapproché, se plaçant à sa hauteur, prêt à l’aider et le questionner sur sa condition. Le concerné ne lui en donna pas l’opportunité, l’attaquant de plein fouet... Si en se comportant ainsi, il avait espéré blesser son vis-à-vis, Shinobu se trompait. A force, ce système de défense, il avait appris à le connaître, à le discerner aussi et il n’avait aucunement l’intention de faire demi-tour.

- Ne te fous pas de moi, abruti, Le gronda-t-il d’un ton particulièrement sévère, Ça te sert à quoi de jouer au dure ? Si tu veux crever sur place, tu le fais ailleurs que devant moi.

Ce genre de remarques étaient plutôt rares venant de lui cependant il ne s’était jamais réellement gêné devant ce garçon et la vérité était que ça l’inquiétait plus que ce qu’il ne montrait. Sur ses mots, Tetsuya n’avait pas attendu pour sortir son téléphone portable, commençant à composer le numéro des secours. Et si son vis-à-vis n’était pas content, il n’en avait strictement rien à faire.





_________________

Above the clouds
Hold me now, I need to feel You. Show me how to make it new again. There’s no one I can run to and nothing I could ever do. I’m nowhere if I’m here without You.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Kudo Shinobu

avatar

That's my job : Homme d'affaire en formation
That's where I live : Nikkou
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: I don't need your help - ft Tetsu   Sam 28 Oct - 15:32


I don’t need your help
ft. Tetsu


Je n’aspirais qu’à la tranquillité malgré la douleur qui frappait contre mes tempes, mais si je pensais pouvoir me trainer jusqu’à ma demeure, la souffrance appuyait sur mes épaules, si bien que ma paume heurta le mur de crépit alors que ma vue se brouillait. Je tournais les yeux vers la peau éraflée avec une lenteur affligeante avant qu’une nouvelle douleur lancinante ne s’empare de l’arrière de mon crâne. Et je ne pus forcer davantage sur les quelques forces qui me restaient, cédant pour me laisser glisser contre le mur et m’asseoir à même le sol glacial. La fraicheur de l’air soulageait à peine mes maux pour que mes paupières ne chutent et n’obscurcissent mon regard pour faire disparaître ce qui m’entourait, pour se rouvrir sur un visage trop curieux. La mauvaise fois m’étreignit et je lui lâchais quelques invectives avant que mes souvenirs ne se rappellent à moi entrainant une nouvelle vague de ce supplice qui enserrait ma tête et rendait ma respiration difficile. Même mon muscle battant semblait devenir fou quand à cet enfer qui m’engloutissait. « Abruti ? » Les yeux toujours clos, je fus pris d’un rire sans humour et qui me secoua bien plus que je ne l’avais imaginé. « Je vois que tu es toujours aussi aimable qu’avant ! » Ma respiration était difficile, saccadée, brûlante et irrégulière, faisant tressauter ma poitrine à chaque battement et chaque souffle poussé avec difficulté. « Jouer au dur ? Je ne joue pas, je me repose avant de rentrer chez moi. » J’omettais l’heure peu avancée à laquelle je m’étais échappé, concentré sur le besoin de retrouver le confort de ma chambre et la liberté relative d’un foyer tenu d’une main de maître par un patriarche souhaitant avoir le contrôle sur sa famille. Le mal me rongeait à nouveau, et plus le temps passait, plus il soufflait avec force sur ma volonté, me renvoyant à une époque que je craignais de revivre. Je repensais à ce petit garçon qui avait été grandi entre ces murs blancs et ces rideaux de plastique. Il s’imposait à moi comme une évidence, me tendant les bras comme pour renouer avec ce passé fait de traitements et d’un quotidien qui ressemblait davantage à une survie. Je ne voulais pour rien au monde y retourner, repoussant ces pensées qui serraient mon cœur. Si je devais à nouveau subir les affres de la maladie… que ferais-je ? Abandonnerais-je à nouveau ? Décevrais-je encore une fois mon frère ? Me battrais-je ? Je n’en avais aucune idée, tout ce qui m’importait pour l’heure était Tetsuya et le téléphone qu’il venait d’attraper. D’un geste dans lequel je mettais le peu de force dont je me sentais capable, j’envoyais valser l’appareil qui vint s’écraser en se fracassant sur le sol. La batterie sortie de son habitacle et le verre de l’écran se fendit de part en part. « Il n’y a pas besoin d’appeler des secours, ça va passer ! Comme toujours. » Je glissais le regard vers le téléphone disloqué, presque désolé d’avoir ainsi abîmé son bien. « Je t’en repaierais un autre si tu veux. Mais je ne te retiens pas, tu peux partir, d’ailleurs… » Je finis par me relever, avec difficulté, mais je ne supportais plus de rester dehors, alors que le froid s’insinuait désormais sous mes vêtements, me saisissant jusqu’aux os. « J’y vais aussi. Ravi de t’avoir revu ! » Je n’attendis pas pour faire quelques pas, mais la nausée souleva brutalement mon estomac pourtant vide, m’obligeant à m’arrêter une nouvelle fois. La crise provoquée par la douleur ne m’inquiétait pas, en revanche, je ne parvenais pas à me souvenir de l’itinéraire que j’empruntais pourtant tous les jours jusqu’à ma demeure. Je décidais une nouvelle fois de mentir en m’adossant au mur. « J’avais oublié qu’on venait me chercher, tu peux donc passer ton chemin, je n’ai pas besoin qu’on se moque de moi, merci bien. » arguai-je avec ironie. Mais si je m’évertuais à employer un ton cinglant, je me sentais me liquéfier de l’intérieur jusqu’à ce que finalement je ne m'effondre et ne perde connaissance.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sato Tetsuya
Admin ♦ Here for you

avatar

That's my job : Serveur au Kaizoku Paradise + Joueur de baseball
That's where I live : Juhei
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: I don't need your help - ft Tetsu   Dim 26 Nov - 11:34


I don’t need your help
ft. Nobu


Tetsuya n'a jamais été quelqu'un de méchant ou de pas aimable. Tous ceux qui le connaissaient clameraient qu'il était la douceur incarnée, qu'il avait toujours le sourire si bien qu'on se demandait souvent s'il avait des problèmes dans sa vie, et qu'en plus d'être attentionné, il était serviable. Il n'avait jamais souhaité de mal à personne, et pas même à Shinobu, cet homme qu'il n'avait jamais vraiment porté grandement dans son cœur. Ils étaient adolescents et lui n'était pas quelqu'un de très rancunier non plus. Surtout qu'au bout du compte, ce garçon ne lui avait jamais rien fait de mal... Il n'avait fait qu'être un garçon détestable, arrogant et méprisable. Sauf que des années avaient passé, qu'ils avaient grandi, mûri et probablement changé. Cette rancune qu'il éprouvait autrefois, le garçon ne l'avait plus. L'unique chose qu'il détestait en Shinobu était ce souvenir que le jeune homme lui rappelait... Cette époque que le joueur n'était pas en mesure d'oublier et pour laquelle, il ne parvenait pas à se remémorer les meilleurs moments. Alors oui, certainement que dans le fond, Tetsuya lui en voulait de se pointer soudainement devant lui, de l'obliger à être hanter par des images qui n'avaient de cesse de le tourmenter et qu'il ne réussissait pas à effacer. Sauf que peu importait ô combien cette pointe dans son cœur le lui compressait, il n'avait pas pu rester indifférent face à la scène qui se déroulait devant ses yeux. S'il s'était montré désagréable dans ces mots, ce n'était pas parce qu'il les pensait mais un simple réflexe lié à leur relation passé. Puis, n'avait-il pas raison ? Son ancien camarade n'était-il pas un abruti à se comporter aussi stupidement alors que l'évidence était là ? Pourquoi s'entêtait-il à lui mentir ? Tetsuya n'en avait pas la réponse, il ne chercherait certainement pas à l'avoir cependant c'était frustrant... Parce qu'il connaissait ça. Parce qu'il s'inquiétait sincèrement et que ce n'était pas à cause de leur passé respectif qu'il souhaitait voir ce jeune homme face à lui malade, ou pire encore. Il avait toujours eu un bon fond et sûrement qu'il ferait partie de ceux qui se tracasseraient même pour les inconnus... Était-ce à cause de la mort de Jun ? Probablement que ça ne l'avait pas aidé à corriger cet aspect de sa personnalité et que par culpabilité, il espérait éviter qu'une telle situation ne se reproduise de plus bel.

S'il avait écouté Shinobu, s'il avait fait semblant de croire en ses mensonges, qu'il avait fait demi-tour et l'aurait abandonné à son triste sort, n'aurait-il pas été quelqu'un d'horrible ? Certes, c'était ce que son interlocuteur souhaitait qu'il fasse cependant si lui ne le croyait pas, comment aurait-il pu simplement partir comme si de rien était ? Peu importait ô combien, il aurait voulu respecter les paroles du jeune homme, Tetsuya n'avait guère pu s'y résigner. La raison pour laquelle, il avait ignoré chacune de ses paroles et s'était dépêché de sortir son téléphone avait de contacter les secours.

Hors, en une seconde à peine, ses lèvres s'étaient ouvertes dans un petit « o », sa main était restée figée alors que ses prunelles fixaient son portable à présent éclaté sur le sol. Choqué, pris au dépourvu, le garçon n'avait pas pu bouger. Ce n'était que lorsque son interlocuteur avait déclaré s'en aller que ses iris s'égarèrent sur ce dernier, le dévisageant avec incompréhension. Bon sang, pourquoi était-il aussi têtu ? Un soupir traversa ses lèvres puis sans qu'il ne le quitte des yeux, Tetsuya s'était abaissé de manière à ramasser son téléphone qui, évidemment, ne s'allumait plus.

Shinobu n'avait pas énormément avancé, et lui ne put que hocher la tête lorsque celui-ci essaya vainement de se justifier. Il ne croyait toujours pas le moindre de ses mots, le pourquoi sûrement, il n'avait cessé de garder un œil sur lui sans daigner partir, peu importait à quel point l'autre garçon avait insisté dessus quelques instants avant.
Puis, ce qui devait arriver arriva. Cela n'avait pas manqué et à peine le malade s'était-il effondré sur le sol que Tetsuya s'était précipité à ses côtés. En premier lieu, il avait tenté de le secouer, espérant le réveiller mais n'obtenant aucune réponse, son réflexe fut de vérifier son pouls... Aussitôt fait, il n'avait pas attendu une seconde de plus pour s'emparer du portable du garçon puis d'appeler une ambulance. Ambulance qui arriva rapidement et là non plus, le jeune homme n'avait pas hésité à monter dans le véhicule pour accompagner le malade.

Son cœur tambourinait violemment dans sa poitrine alors qu'il peinait à discerner la scène autour de lui. Il avait l'impression d'être retourné des années en arrière... Ce jour noir de son existence où son meilleur ami et lui avaient parlé ensemble pour la dernière fois. Ce jour noir où Jun s'était soudainement effondré sous ses yeux alors qu'il lui avait clamé quelques minutes avant qu'il allait bien, juste un peu fatigué. Shinobu était un véritable imbécile. Qu'est-ce que ça lui apportait d'être si têtu sérieusement ?
Ses phalanges ne cessaient de se triturer entre elles alors qu'il se mordait dangereusement la lèvre jusqu'à la faire saigner. Toute cette histoire l'angoissait beaucoup trop et lorsque, une fois à l'hôpital, le médecin était venu le rassurer en lui disant que l'état de son « ami » avait été stabilisé, un profond soupir s'était enfui de sa bouche. Il aurait pu partir, maintenant qu'il était soulagé, il aurait pu fuir ce garçon qu'il n'avait pas tant que ça envie de voir cependant au lieu de prendre la direction de la sortie, c'était dans sa chambre que le joueur s'était rendu. En silence, il s'était installé près du lit où le malade dormait encore, reposant sa tête à l'intérieur de ses bras, finissant même par somnoler dans cette position.

Lorsqu'il ouvrit les yeux, il ignorait quelle heure il était ni pendant combien de temps il avait dormi cependant alors qu'il se frottait doucement les paupières afin d'émerger, ses prunelles se posèrent sur le jeune homme allongé et vraisemblablement réveillé également. Tetsuya interrompit tout mouvement, son bras restant bloqué en l'air quelques instants tandis que l'expression sur son visage prit soudainement une forme plus sévère. La bonne chose à faire aurait été de rester calme, de lui sourire chaleureusement comme il avait l'habitude de le faire puis s'assurer que le malade allait bien... Sauf que lui n'en avait pas été capable. Il ne s'était pas posé la question puis n'avait pas hésité à lui frapper – doucement malgré tout – le bras à deux reprises.

- Abruti ! Ça te sert à quoi d'être aussi têtu ?!

La vérité était qu'il avait réellement eu peur et malgré la colère et la sévérité de ses mots, la brillance dans ses pupilles exprimaient toute l'angoisse que le garçon avait pu éprouver jusqu'à maintenant. Il avait réellement cru revivre ce souvenir d'autrefois. Il avait cru que c'était fini et ça l'avait terrifié.

- Regarde toi ! Tu vas encore me dire que tu vas bien là ?! Espèce d'idiot ! Le gronda le joueur alors qu'il le frappait gentiment de nouveau sur le bras, Ne refais plus jamais ça !

Il ne demandait même pas à ce que Shinobu compte sur lui dans ce genre de moment, il n'en espérait pas tant, ils n'étaient pas si proches cependant il aimerait simplement qu'il ne lui mente pas de cette manière. Il n'y avait pas de honte à demander de l'aide parfois.





_________________

Above the clouds
Hold me now, I need to feel You. Show me how to make it new again. There’s no one I can run to and nothing I could ever do. I’m nowhere if I’m here without You.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Contenu sponsorisé


♦♦♦

MessageSujet: Re: I don't need your help - ft Tetsu   



Revenir en haut Aller en bas
 

I don't need your help - ft Tetsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Suki na mono wa suki dakara shôganai !! - Tsutae Yuzu & Matsudaira Tetsu
» [Lucius-Sama] Karyû no Houkô !
» News Jeux Vidéo
» Servamp
» Actualités : WG a rendu les clés de collectall à Tetsu...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Welcome to Nikkou :: Tanayama-