AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 McKenzie Liam |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦♦♦
McKenzie Liam
Admin ♦ Here for you

avatar

That's my job : Serveur au Owl-ways
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: McKenzie Liam |   Sam 7 Oct - 14:22



McKenzie
Liam

Il est très bon cuisinier Il est fan des Avengers Il adore lire, mais surtout dessiner. Activité dans laquelle il est assez doué Il arrive que Theo l'appelle "Papa", et il n'a pas le cœur à le reprendre   L'amour, c'est pour les enfants. Lui n'y croit plus Il lui arrive de garder les enfants de sa voisine. Moyen gratuit de la remercier de garder Theo quand il travaille Il a une peluche en forme d'âne qui trône sur son lit Il croit aux fantômes et ne mettra jamais les pieds dans un lieu dit hanté Il peut être un sacré boulet quand il s'y met Il a peur de l'eau et des insectes Il adore les tartes au citron et au chocolat Le sarcasme est sa seule défense +++

Carte d'identité

Lieu de naissance : Phoenix, USA
Date de naissance : 22/11/1994
Âge : 22 ans
Nationalité/origines : Américaine
Métier/etudes : Serveur
Situation amoureuse :Célibataire
Orientation sexuelle : Homosexuel
Groupe : Hide & Seek
Signe(s) distinctif(s) : Aucun
Célébrité : Nick Robinson

Un brin maladroit Sarcastique EconomeDébrouillard N'accorde pas facilement sa confiance Plutôt malin AttentionnéIncertain
Histoire

Don't look at me like that
We’re just in love, that’s all
Don’t hate on us, however you’re viewing us
We’re just a little different
Just leave us alone


Le crayon entre ses doigts se pressait lentement sur le bout papier posé devant lui. Un léger son de frottement s'élevait dans l'air, s’harmonisant à la perfection avec les paroles qui s'échappaient de sa bouche. Des chuchotements. Des messes basses. Comme s'il susurrait ses plus sombres secrets. Comme s'il murmurait ce qui pesait dans son cœur et sur ses épaules. Comme s'il se délaissait enfin de toutes ces émotions qui le retenaient depuis longtemps.
Comme s'il se libérait.
Et doucement, ses épaules se relevaient. Son visage se redressait quelque peu malgré le fait que son regard soit toujours rivé sur la feuille de papier. Le coin de ses lèvres commençait à se hausser dans une petite esquisse.
Puis la mine de son crayon céda, craquant bruyamment dans la pièce. Son sourire disparut aussitôt. Ses épaules s'affaissèrent. Sa voix devint muette, bloquée dans sa gorge.
Tout finissait par céder, pas vrai ? Rien ne durait. Rien n'était éternel. Ni la vie, ni l'amitié et encore moins l'amour.

Tout cédait. Tout craquait. Tout se fissurait.
Et rien ne se réparait. Jamais.

Liam était né aux Etats-Unis, dans la ville de Phoenix. Sa mère était une américaine ordinaire. Elle était grande, les cheveux brunes et les yeux clairs. Elle était rusée, intelligente et inventive. Son père, lui... eh bien, il n'en savait pas grand chose. Il savait juste qu'il était sérieux, attachant et optimiste.

Liam était le portrait craché de sa mère. A la différence que lui avait les yeux foncés. Petit déjà on lui répétait qu'il lui ressemblait beaucoup. Et en grandissant, cette ressemblance fut encore plus marquée.

Quand il eut 7 ans, ses parents divorcèrent – et à 7 ans, on ne se souvenait pas de grand chose. Une relation qui ne pouvait pas fonctionner depuis le début, d'après sa grand-mère. Une relation vouée à l'échec, d'après son grand-père. Liam ne connut jamais les vraies raisons de cette séparation. Ce n'était pas faute d'avoir demandé cependant. Il n'en sut jamais plus sur son père. Il ne le rencontra jamais. Il ne fit jamais parti de sa vie.

Il fut donc contraint de vivre sans figure paternelle. Il n'avait que sa mère. Il ne s'en plaignait pas cependant. Elle était parfaite. Elle était toujours présente, et souriante. Elle était toujours là pour lui et donnait le meilleur d'elle-même chaque jour pour lui offrir le meilleur.
Évidemment, tout n'aurait jamais pu continuer de cette façon. Car la vie était faite ainsi. Elle était faite de déchirements et de douleurs. Elle était faite de tristesse et d'amertume. Elle était faite de hauts, mais surtout de bas.

Tout commença à changer au bout d'un an seulement. Sa mère rencontra un homme, Alan. Cela ne posait pas vraiment de problèmes au garçon qu'il était. Le bonheur de sa mère était plus important qu'autre chose, et elle paraissait heureuse depuis sa rencontre avec Alan.
Le changement ne fut pas radical, mais lent. Sa mère commençait à le délaisser, petit à petit, pour passer le plus de temps possible aux bras d'Alan. Elle oubliait parfois de le chercher à l'école, ou de lui préparer son repas. Elle oubliait de le réveiller pour l'école le matin. Petit à petit, le bonheur si parfait qu'il avait avec sa mère lui échappait. Petit à petit, elle s'éloignait. Petit à petit, elle semblait l'oublier.
Mais trop petit pour vraiment comprendre ce qu'il se passait, il arrivait néanmoins à comprendre que sa génitrice était heureuse. Il ne posa alors jamais de questions. Il ne lui demanda jamais d'explications. Il ne lui fit jamais remarquer qu'elle l'avait oublié devant le portail de l'école, ou qu'il n'avait pas mangé parce qu'elle avait oublié. Il ne voulait pas briser le sourire de sa mère. Il adorait la voir sourire. Il adorait la voir heureuse. Il était hors de questions pour lui de fissurer cela.
Liam fut donc obligé de se débrouiller seul, et rapidement. Il devait se gérer lui-même. Il devait gérer son temps, son réveil et son coucher. Il devait préparer son repas – et ce fut peu laborieux au début. L'on pouvait voir la chose positivement et se dire qu'il avait très vite gagné en maturité. Mais au fond, l'amour de sa mère lui manquait de plus en plus chaque jour.
Il lui arrivait d'être jaloux en voyant tous ses camarades avec leurs mères, ou leurs pères. Il lui arrivait de se sentir seul à la sortie de l'école sans personne pour venir le chercher. Il s'isola, avec le temps.
Et il en vint à comprendre que sa mère n'avait pas besoin de lui pour être heureuse. Elle avait Alan.
Alan avec qui elle décida de se marier. Alan qui devint son beau-père, et quel beau-père...

Il était tout sauf l'exemple parfait du père de famille. Il était arrogant, invivable, grossier. Il ne rangeait jamais rien et laissait tout traîner derrière lui. Sa mère avait fini par délaisser les tâches ménagères, et c'était Liam qui s'occupait de nettoyer quand il le pouvait.
Alan était un personnage à qui il ne put jamais faire confiance. Rares étaient les fois où les deux-là s'étaient adressés la parole de toute façon. Il fut la cause du changement de sa mère. A moins que son changement eut lieu avant. Liam n'en savait trop rien, à dire vrai. Lui n'avait toujours vu que la partie positive de sa mère, il n'avait jamais fait attention au reste.
Mère qui commença à oublier son anniversaire. Noël.
Mère qui le mit totalement de côté.
Liam avait 9 ans, et déjà, il se sentait plus seul qu'autre chose. Il n'avait pas de frère, ni de sœur, avec qui partager son chagrin. Ses grand-parents n'étaient pas non plus des exemples d'adultes totalement sains, et il ne les voyait que très peu, de toute manière.
Liam avait 9 ans, et à la maison, il gérait tout. Ou du moins il essayait. Il essayait car sa mère, elle, n'essayait même plus de son côté. Elle sombrait. Dans l'alcool et la drogue.
Des bouteilles vides et des seringues utilisées, Liam en avait vues trop pour son jeune âge. Sa mère semblait être redevenue une adolescente éperdument amoureuse et totalement aveugle. Elle laissait Alan l'embarquer dans toutes ses combines sans réfléchir. Elle le laissait organiser de grandes fêtes à la maison – à comprendre une soirée entre drogués et alcooliques à grogner pour se parler.
Et Liam devait assister à tout ça.
Hors, comme à son habitude, il n'en dit rien. Il observait, écoutait mais ne se plaignait jamais. Personne ne faisait attention à lui, alors à quoi bon ? Quand il parlait, personne n'était là pour l'écouter. Son beau-père lui disait directement de se taire, qu'il n'avait pas envie de l'entendre se plaindre. Et sa mère riait. Quand il disait avoir mal, sa mère lui donnait un simple pansement et s'en allait. Elle ne l'écoutait pas, elle ne restait pas, elle ne le soignait pas.
Alors, à force, Liam ne disait plus rien. Il se focalisait sur le reste. Sur l'école, ou le dessin. Il adorait dessiner, et était même plutôt doué. Il espérait intégrer une grande école d'arts plus tard. Il espérait pouvoir quitter cette maison, ce quartier, cette vie.
Il lui arrivait de passer des nuits chez son meilleur ami sans que personne ne remarque son absence.
Sa mère n'était plus heureuse. Elle était juste droguée. Droguée à ce bonheur artificiel qu'elle s'injectait dans les veines. Elle n'allait plus travailler. Elle ne sortait que pour faire la fête. Et quand elle était là, c'était tout comme si elle ne l'était pas. Elle ne lui parlait que pour lui dire de laver le sol, ou de faire les courses. Elle ne lui adressait plus la parole.
Et Alan, lui, faisait tout simplement comme s'il n'existait pas.

Quand il était chez lui, Liam restait dans sa chambre. Il y avait des jours où il osait à peine en sortir. Les fêtes que sa mère et Alan organisaient rameutaient tous les drogués du coin – et autant dire que ça en faisait du monde. Certains de leurs ami(e)s étaient étranges. Et Liam en avait peur. Ils les effrayaient. Quand ils étaient là et qu'il osait sortir le nez de sa chambre, ils l'observaient comme s'il venait d'ailleurs. Ils le fixaient. Et ça le dérangeait. Le perturbait. L'effrayait. Il se sentait être une proie au milieu des loups.
Sa chambre était devenue la seule pièce où il se sentait en sécurité. La seule pièce où personne n'entrait, surtout. Il s'y enfermait et lisait, ou dessinait. Il se concentrait sur ses cours et ses dessins. Et pour s'isoler totalement, il se laissait emporter par la musique dans ses écouteurs. Il laissait les paroles envoûter son esprit et essayait d'oublier le reste. La fête, les gens, la solitude, le manque d'amour...
Et quand il le pouvait, Liam allait se réfugier chez son meilleur ami, Parker Connor. Le même chez qui il passait parfois plusieurs jours pour échapper à la misère qui l'attendait chez lui. Les Parker étaient un peu sa famille. La mère était une personne absolument adorable et toujours aux petits soins pour lui, tandis que le père était un peu sauvage mais tellement chaleureux. Ce ne fut pas sa mère ou même Alan qui apprit à Liam à bricoler ou à faire du vélo. Ou même à cuisiner. La plupart des choses qu'il savait, c'était grâce aux Parker. Ils l'avaient toujours traité comme un fils, ne refusant jamais une seule fois qu'il passait la nuit dans leur maison. En y réfléchissait, ils devaient savoir ce qu'il se passait chez lui et voulait lui éviter ça.
Il fallait dire que sa mère avait gagné une certaine réputation, et pas forcément une bonne.

Et il y avait Dylan.
Dylan était le grand frère de Connor, de deux ans son aîné. Dylan était un garçon simple et sensible. Il était timide aux premiers abords mais plutôt bavard quand on le connaissait. Il était susceptible et joueur. Il était parfois un brin brutal mais n'en restait moins quelqu'un de doux et de tendre. Il était un grand romantique caché.
Dylan était un sportif. Il adorait ça, mais surtout, il adorait le basketball. Il rêvait d'en faire son métier. Il adorait aussi les fleurs, les chiens et la poésie. Il était du genre à réciter tout un poème pour simplement décrire la beauté d'un ciel bleu sans nuages. Il était aussi du genre rêveur, et avait de grands espoirs pour l'avenir. Et lui aussi était toujours aux petits soins pour lui.
Dylan était brun, aux yeux bleus. Il avait un sourire charmeur et un visage d'ange.
Il était le feu, et Liam lui, était la glace.
Il était le soleil en journée pluvieuse. Il était la brise fraîche du soir. Il était la douce rosée du matin.
Il était son premier amour. Son seul, et unique.

Liam avait toujours été attiré par Dylan. Par pure admiration, d'abord. Puis par curiosité. Et enfin par amour. Il l'aimait. De tout son être. De toute son âme. Il avait ces papillons dans le ventre quand il était proche de lui. Il sentait son cœur qui battait à tout rompre quand il le frôlait.
Dylan était le feu, un feu ardent et brûlant. Un feu qu'il pensait inaccessible. Un feu qu'il ne cessait de vouloir toucher, apprivoiser. Un feu qu'il convoitait. Un feu qu'il voulait garder que pour lui.
Mais il avait peur. Peur de se brûler les ailes s'il s'approchait de trop près. Peur de le faire fuir. Peur qu'il ne s'éloigne. Peur d'éteindre ses flammes et qu'il ne brille plus autant.
Pour Liam, Dylan était le fruit défendu.

Sauf que la vie prit une tournure inattendue.
Un soir, alors qu'ils étaient tous les deux dans la maison des Parker, Dylan l'embrassa. Si au début il avait tout de suite pensé à une blague, l'idée fut vite écartée quand l'autre adolescent lui confia son attirance pour lui.
Ce soir-là fut le début de leur histoire. Une histoire cachée. Secrète. Dont personne ne connaissait l'existence. Pas même Connor.
Dylan ne voulait jamais rien dire. Des occasions, il y en eues des tas. Mais jamais un mot ne fut prononcé à ce sujet. Apparemment, Dylan n'était pas encore prêt à l'annoncer. Il n'était pas encore prêt à annoncer à ses parents, à son frère et à ses ami(e)s que son attirance allait plutôt vers les garçons. Souvent, lorsqu'ils en discutaient, Liam se rendait compte que Dylan semblait gêné par tout ça. Il ne semblait pas à l'aise avec sa propre préférence.
Mais l'adolescent ne lui en tint jamais rigueur. Il l'aimait trop pour cela.

Six mois. Ce fut la durée de leur relation.
Ils gardèrent le secret pendant six mois. Personne n'en sut jamais rien. Personne ne le découvrit. Ils étaient discrets. Ils faisaient attention. Ils vivaient leur amour à l'abri des regards, mais ils étaient heureux.
Jusqu'à ce jour-là.
Ce jour où ils étaient supposés être seuls dans la maison. Ce jour où Connor rentra plus tôt que prévu.
Allongé dans le lit, Dylan posé sur son corps, ses mains sur la peau de son ventre, ses lèvres contre les siennes. Ce fut ainsi que Connor les trouva.

Et à partir de là, Liam ne contrôla plus rien.
Celui qui avait été son meilleur ami durant toutes ces années devint son pire ennemi.
A l'école, on le pointait du doigt. On l'insultait. On l'enfermait dans les toilettes pendant plusieurs heures. On lui jetait de l'eau à la figure. On le bousculait. On lui faisait tomber ses livres. On le dérangeait en classe. On lui griffonnait ses cours. Ses livres. On jetait ses dessins à la poubelle.
On lui menait la vie dure. On lançait des rumeurs à son sujet. On se moquait de lui. On l'ignorait une heure puis on l'embêtait l'heure suivante. On lui déchirait ses vêtements durant le sport. On lui cachait son sac.
On le forçait à rentrer directement chez lui après les cours. On lui répétait de ne plus venir en cours. Que personne ne voulait de lui.
Et Connor était à l'origine de tout. Il ne sut jamais pourquoi, et au fond, il n'eut jamais envie de savoir.
Sa vie à l'école tournait au désastre. Et chez lui, rien ne s'était arrangé. Sa mère était au fond du gouffre et Alan semblait l'enfoncer toujours un peu plus dans leurs démons communs.
Il ne pouvait plus aller chez les Parker. Connor le lui avait interdit. Puis ce fut au tour de Monsieur Parker de lui faire remarquer qu'il n'était plus le bienvenu chez eux lorsqu'il le croisa durant les courses. Madame Parker suivit le mouvement, quelques jours plus tard, en l'évitant royalement.
Et il pensait qu'il ne pouvait pas glisser plus – il s'était trompé.
Le seul qui aurait pu le comprendre. Le seul qui aurait pu le protéger. Le seul qui aurait pu le réconforter le laissa lâchement tomber. Dylan.
Niant tout ce qu'il s'étaient passés entre eux devant un public composé de lycéens de leur école alors que Liam était allé le voir pour lui parler. Il l'insulta. Le rebaissa. Le brisa. Tout cela accompagné de rires moqueurs.

Les rumeurs sur lui prirent tellement d'ampleur que même sa mère et Alan en entendirent parler. Pour sa mère, il était un échec un jour, malade un autre. Pour Alan, il ne valait encore moins qu'avant. Sa génitrice ne supportait pas que son fils soit homosexuel. Elle ne le supportait plus tout court.

Et la crise qu'il y eut entre temps n'arrangea rien à son histoire. Alan et sa mère devenaient de plus en plus nerveux. La crise ne les intéressait pas, loin de là. Mais la drogue qu'ils s'achetaient régulièrement devenait de plus en plus rare et donc, de plus en plus chère. Liam, lui, restait toujours dans sa chambre. Il avait abandonné l'école et faisait de son mieux pour subvenir à ses propres besoins. Si au début il avait pu s'en sortir en travaillant ici et là, ça devint plus compliqué par la suite. Car il n'y avait plus rien. Plus d'économie. Plus de fonds. Absolument rien.
Liam pensa alors à tout quitter. A laisser sa mère et Alan qui de toute façon ne lui parlaient même plus. Il avait entendu parler d'un endroit que la crise n'avait pas touché. Il se disait qu'il pouvait tenter d'y aller. Et qu'au meilleur des cas, il mourrait en essayant.
Mais il apprit que sa mère était enceinte. Et quand il entendit les propres que tenaient Alan, quand sa propre mère parlait d'abandonner l'enfant, il décida de rester. Et d'attendre.
Il ne souhaitait à personne d'avoir une vie comme la sienne. Il ne pouvait pas partir en laissant un futur enfant connaître le même sort que lui, voir pire. Alors il patienta. Sagement. Discrètement.
Il avait hésité, parfois. Il ne pouvait pas offrir une vie rêvée à cet enfant. Il n'en avait pas les moyens non plus. Hors quand il se disait qu'il allait partir, et tant pis pour le bébé, il n'y arrivait pas. Il n'arrivait pas à aller plus loin que la porte d'entée et faisait demi-tour.
Il partirait. Avec l'enfant. Il partirait avec le nouveau né pour tenter ailleurs. Peut-être que lui n'y arriverait pas, mais il voulait au moins tenter. Pour le bébé.

En janvier 2012, sa mère accoucha d'un petit garçon.
En janvier de l'année suivante, Liam, et Theo, arrivèrent sur Gensou.


Pseudo : Chonchon
Âge : Bientôt 25
Présence : 5/7
Un petit mot ? : le cœur d'une baleine ne bat que 9 fois par minute #instantcultureG


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Hopkins Hiro

avatar

That's my job : Etudiant en danse & escroc
That's where I live : Uetani, pas loin de la fac
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: McKenzie Liam |   Sam 7 Oct - 14:57

Bienvenue ? Rebienvenue ? :fixe: Trop de mystère je sais pas ce que je dois dire car Kei m'avait parlé d'un DC avec le prénom de Liam itout :sniff:

En tout cas, courage pour la fiche, au plaisir de te croiser en rp :**:
*donne un cookie* :heart:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Park Hye Ji

avatar

That's my job : Styliste et vendeuse
♦♦♦

MessageSujet: Re: McKenzie Liam |   Sam 7 Oct - 15:27

Rebienvenue mon doudou :heart:
Je t'aime tu le sais hein, le craquage c'est la vie :hug:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Invité
Invité

avatar

♦♦♦

MessageSujet: Re: McKenzie Liam |   Sam 7 Oct - 15:39

Rebienvenue et bon courage pour ta fiche :heart:


Revenir en haut Aller en bas
♦♦♦
McKenzie Liam
Admin ♦ Here for you

avatar

That's my job : Serveur au Owl-ways
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: McKenzie Liam |   Sam 7 Oct - 16:12

Hiro > :emo: :emo: :emo:
et merci fufufu ~

Hye Ji > Merciiiiii :hug2: moi aussi je t'aime et ouaiiiis vive le craquage jpp

Arai > Merci :heart:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sato Tetsuya
Admin ♦ Here for you

avatar

That's my job : Serveur au Kaizoku Paradise + Joueur de baseball
That's where I live : Juhei
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: McKenzie Liam |   Dim 8 Oct - 16:06


© blend & every


Tu es validé(e) !


Moi je vais t'aimer okay ! :luv: Parce que moi j'aime tout le monde et que les autres et bah, ce sont tous des imbéciles !! :emo: le pauvre, c'est trop triste ! Dylan est un abruti èé !

Rebienvenuuuuue :heart: amuse-toi bien avec ce perso du coup fufufu :malin: :keur:


Bienvenue parmi nous et ravi de t’accueillir à Nikko puisque tu viens d’être validé ! Tu vas pouvoir gambader dans les différents quartiers de la ville et profiter pleinement de la vie paisible de l'île.

Mais avant de pouvoir pleinement t’amuser sur le forum, il faut que tu te trouves des amis en créant ta relationship et n'hésite pas à venir recenser ton métier De plus, si tu souhaites être constamnent en contact avec tes amis, tu peux aussi te créer un Multimédia. Et n’hésite pas non plus à venir nous rejoindre sur le flood et dialoguer, t’amuser avec tout le monde !

Pour mieux comprendre le fonctionnement de l'île, les bons à savoir se trouvent ici.

Bon jeu à toi et encore bienvenue sur le forum !
©️ _Viviie.





_________________

Above the clouds
Hold me now, I need to feel You. Show me how to make it new again. There’s no one I can run to and nothing I could ever do. I’m nowhere if I’m here without You.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Contenu sponsorisé


♦♦♦

MessageSujet: Re: McKenzie Liam |   



Revenir en haut Aller en bas
 

McKenzie Liam |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mc Liam Wilson, Robert] Eureka Street
» Portrait Liam Neeson
» Liam Bailey - Blind Faith (DiRT3)
» Expendables 2 : Liam Hemsworth remplacerait Mickey Rourke ?
» [Mc Liam Wilson, Robert] Les dépossédés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Les premiers pas :: Contrôle des passeports :: Fiches validées-