AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 nishimura arai + we gonna be the last one who's standing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦♦♦
Nishimura Arai

avatar

That's my job : Officier dans l'armée de terre
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   Sam 30 Sep - 15:45



Nishimura
Arai

Il déclare ne plus croire en l'être humain en règle générale, pour tous les côtés négatifs et mauvais qu'il puisse exister, mais dans le fond il lui demeure un espoir. S'il n'avait pas été engagé dans l'armée, il aurait souhaité être médecin pour soigner les blessés et non blesser les gens. Sa femme est décédée sur le terrain car elle était infirmière. Une bombe est tombée où elle se trouvait. Depuis cet épisode de sa vie, Arai a perdu beaucoup d'humanité.C'est un passionné d'art sous toutes ses formes, plus particulièrement la musique.Il a plus d'une trentaine de tatouages éparpillés sur tout son corps. Il est le seul à en connaître toutes les significations. Il pratique du sport : du football, de la boxe, de la musculation et un peu de footing. Il aime beaucoup l'océan, la mer, mais il n'est pas très friand de baignade.Son plus beau souvenir est l'instant où sa femme lui a annoncé être enceinte. Son pire ? Le moment où on lui a dit qu'elle était décédée, son enfant avec elle.Arai apprécie les animaux, la nature, la lecture, l'écriture, la guitare, faire du sport. Il déteste quasiment tout le reste, y compris son travail. Il porte une chaîne en argent où est inscrite la date de rencontre de sa femme et porte toujours son alliance. Il passe souvent une main dans ses cheveux quand il est gêné ou ennuyé. Il parle trois langues assez couramment : le japonais, le coréen et l'anglais.

Carte d'identité

Lieu de naissance : Tôkyô
Date de naissance : 14 Septembre 1981
Âge : 36 ans
Nationalité/origines : Japano-coréenne
Métier/etudes : Officier dans l'armée de terre
Situation amoureuse : Veuf, célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel
Groupe : Hide & Seek
Signe(s) distinctif(s) : Plus d'une trentaine de tatouages sur tout le corps, un grain de beauté sur le nez
Célébrité : Takamasa Lee Ishihara (MIYAVI)

franc leader directambitieuxtriste rancunier bagarreurcombatifdéterminéégoïstetêtucompliquérebelleprotecteur réaliste...
Histoire

Arai vit le jour dans un hôpital du Japon, à Tôkyô, d'une mère d'origine coréenne et d'un père japonais. La jeune femme avait eu une grossesse compliquée et avait du rester alitée pendant de longues semaines, mais le futur père n’avait pas fait grand-chose pour l’aider, n’ayant pas voulu d’un enfant. « Tu vois, je t’avais bien dit que tu n’aurais pas du le garder ! Même pas né et il nous créé déjà des ennuis… Comment est-ce que tu vas faire pour travailler maintenant ? » Il n’était bon que pour faire des réflexions et même n’avait-il pas été présent lors de l’accouchement. Il avait déclaré qu’il avait beaucoup de boulot… mensonge, évidemment. Ce fut la jeune maman qui donna son nom à Arai, en l’honneur de son grand-père qui était décédé à peine une semaine auparavant.

Dès lors que le petit garçon arriva dans la demeure familiale, son père ne lui porta que très peu d’attention, se contentant simplement de le regarder une fois de temps à autre et de déclarer à sa femme qu’il lui ressemblait bien trop, ce qui ne lui plaisait absolument pas. Arai avait les yeux de son père ainsi que son nez et ses cheveux sombres. Enfant, il était plutôt potelé, avec de bonnes joues rebondies et adorables, comme le disait les amies de sa maman. Il grandit donc dans l’absence quasi-totale de figure paternelle à laquelle se raccrocher, et Dieu seul sait combien un petit garçon a besoin d’un papa. Il n’en fut toutefois pas malheureux dans les premières années de sa vie, mais quand il entra à l’école, il devint envieux des autres enfants de son âge. Pour quelle raison ? Leur père venait les récupérer après l’école et des camarades de sa classe racontaient tout ce qu’ils faisaient avec leur père. Jouer au ballon, construire des cabanes, faire des origamis… Et quand on lui demandait à lui ce à quoi il s’amusait avec son parent, il se sentait extrêmement mal à l’aise et répondait un timide « rien, il a beaucoup de travail »… Ce qui était vrai, dans le fond, son père était militaire, dans l’armée, mais il y avait bien des soirs où il était à la demeure familiale et aurait pu venir récupérer et passer du temps avec son fils.

Néanmoins, à l’exception de sa relation difficile avec son père, Arai eut une enfance et un début d’adolescence plutôt calme. Il travaillait assez bien à l’école, même s’il rêvassait parfois et adorait faire le pitre pour amuser la galerie. Il avait plusieurs amis, s’entendait globalement bien avec les autres élèves et les professeurs semblaient satisfaits de lui. Rien n’était donc à redire dans l’éducation que lui avait donnée sa mère. Bien sûr, les événements n’auraient jamais pu se poursuivre ainsi, sans aucun souci. Un soir, le père d'Arai rentra de l’une de ses éprouvantes missions à l’étranger, et il annonça la mauvaise nouvelle : une mutation en Corée. Le garçon fut tout de suite réticent et ne manqua pas de le dire à ses parents, mais il n’avait pas un réel autre choix que de les suivre dans ce nouveau pays dont il portait pourtant les origines.

Étant bilingue depuis son plus jeune âge, Arai n’eut aucun problème en ce qui concernait la langue, mais il eut davantage d’ennuis pour tout le reste. Il n’avait pas voulu quitter le pays qui l’avait vu naître, car toute sa vie était là-bas. Ses amis lui manquaient surtout et même en suppliant à genoux ses parents de le laisser en pensionnat au Japon afin qu’il puisse poursuivre ses études, ils n’acceptèrent pas et Arai suivit avec pour conseil de ne pas l’ouvrir davantage.

La petite famille s’installa dans une maison humble dans un quartier plutôt paisible. Les transports en commun ne passaient pas bien loin de là, et il y avait des proximités avec à peu près tout. Les cartons se déballèrent donc au fur et à mesure des semaines et cette nouvelle vie redémarra progressivement. Sa mère retrouva rapidement du travail dans une crèche du centre ville tandis que son père repartit en mission pour l’armée. Quant à l’adolescent, il fut immédiatement réinscrit dans une école pour qu’il termine son année… qu’il redoubla, car il séchait très souvent les cours. Il n’aimait pas cette nouvelle vie, ne s’y faisait pas du tout, et il ne manquait pas de le faire savoir à tous ceux qui l’entouraient.

Bagarreur, il trouva refuge dans une certaine forme de violence pour calmer ses nerfs à vif. Il se mit aussi à fumer durant cette période (et pas toujours que des cigarettes), à répondre à ses parents et à s’habiller dans le style gothique. Il n’était pas spécialement méchant, mais il n’en faisait qu’à sa tête, cependant, et fort heureusement, cela ne lui dura guère trop longtemps. Un peu moins d’un an plus tard, il avait compris que pour se bâtir un avenir il devait cesser ses enfantillages. (Il se rendit surtout compte que ses amis japonais n’en avaient plus rien à faire de lui et qu’il se faisait du mal tout seul et pour rien.) Néanmoins, il n’y eut pas que cette prise de conscience qui le fit changer de comportement.

En effet, sa mère était de plus en plus mal, et elle tomba malade lorsque le garçon avait seize ans, mais personne ne savait ce qu’elle couvait. Les médecins déclaraient que cela était du à un surmenage parce qu’elle travaillait trop, mais Arai n’était pas du même avis quand il voyait sa mère très pâle, avec des montées de fièvre dont on ignorait la cause et ce regard dans le vide qu’elle possédait. Son père, quasiment jamais là à cause de ses diverses missions dans l’armée, le garçon fut donc contraint de s’occuper d’elle et de faire la plupart des choses dans la maison. Il tentait de prendre soin d’elle tout en travaillant ses cours, mais ce n’était pas tous les jours facile. Il en voulait énormément à son père de ne pas être là, car il était déjà trop âgé pour continuer à être dans l’armée. Il fallait qu’il prenne sa retraite, mais il ne semblait pas décider à lâcher prise. Pour Arai, cet homme n’était qu’un lâche et il développa petit à petit une haine sans égale envers lui. Il n’avait jamais été présent pour lui, et le peu de fois où il avait été là cela avait été pour le descendre plus bas que terre, et il reproduisait le même schéma avec sa femme. Il le détestait, ni plus ni moins.

Pendant plus de trois ans, la vie fut relativement compliquée pour le jeune homme. Sa mère ne guérissait pas et s’affaiblissait de jours en jours, mais il était devenu difficile de vivre uniquement avec la paye de son père. Arai devait donc se trouver un emploi à temps partiel, après ses heures de cours et concilier les deux du mieux qu’il le pouvait. Il ne s’en plaignait pas, au contraire, il donnait tout ce qu’il avait pour gagner de l’argent afin de payer les frais d’hospitalisation réguliers de sa mère, et étudiait avec acharnement, car il avait pour but de devenir médecin. Si aucun de ces derniers ne trouvaient la maladie de sa mère, alors lui le ferait.

Ce fut l’année où il obtint son diplôme de lycée que les choses se gâtèrent. Sa mère était hospitalisée depuis plus de quatre mois, sa santé se dégrada rapidement et, peu de temps après, Arai apprit son décès. Le choc fut dur à encaisser et la relation avec son père explosa complètement. Pour lui, il n’avait jamais été présent et ce fut ses quatre vérités qu’il se prit en plein visage. Cependant, Arai fut aussi touché par les mots de son géniteur : « Je savais que ta mère n’aurait jamais du te garder lorsqu’elle est tombée enceinte. Je ne t’ai jamais voulu mon pauvre garçon. » Des mots qu’il n’oubliera jamais.

Un an supplémentaire s’écoula avant qu’il ne soit majeur. Pendant ce temps, il se prit d’amour pour une vieille guitare qui sonnait étrangement bien malgré le fait qu’elle se trouvait dans une benne à ordures. La musique le passionna plusieurs mois, l’aidant à faire son deuil et à se relever des mots terribles proliférés par cet homme qu’il avait du appeler « papa ». Il n’y eut pas que cela, mais aussi des fêtes à tout va, des conquêtes à tout va et le retour à la violence. Se battre faisait parti de son quotidien pour échapper un peu à ses pensées qui l’assaillaient horriblement. Mais comme toujours, il y avait une partie en lui plus réservée, plus sérieuse, et ce fut grâce à cela qu’il continua de travailler de temps en temps et qu’il dénicha une université de médecine sur Tôkyô pour l’année 2002.

De retour dans son pays natal, Arai intégra donc la faculté de médecine l’année qui suivit. Il avait réussi à se dégoter un petit studio non loin du centre-ville grâce à son argent mis de côté ainsi que grâce à la vente de la maison familiale. Son père avait décidé de se retirer à la campagne et il n’avait pas besoin d’une maison très grande pour lui tout seul. Installé seul, il voyait la vie différemment et se sentait beaucoup plus libre même s’il fallait qu’il sorte moins pour se consacrer à ses études. Il savait qu’il en avait pour sept longues années, et redoubler ne faisait absolument pas partie de ses plans.

Mais dans tout ça, où en était-il au niveau sentimental ? Il eut quelques relations qui ne durèrent guère longtemps, mais il ne dénicha pas la perle rare avant ses vingt-six ans. Alors en stage chez un médecin pour l’assister, durant deux semaines, la charmante secrétaire et lui tissèrent un lien plutôt étrange. Ils se chamaillaient gentiment sans cesse, s’adressaient des sourires et des regards en coin, sortaient boire un verre de temps en temps ensemble ; et tout cela se passa très vite. Pour le jeune homme, c’était la première fois qu’il tombait vraiment amoureux de quelqu’un et il n’attendit pas plus d’une semaine après la fin de son stage pour lui avouer ses sentiments. A son plus grand bonheur, ils étaient réciproques, et débuta alors une histoire d’amour comme il n’en vivra plus jamais aucune.

Ils passaient tout leur temps libre ensemble, étaient très amoureux, et envisageaient des projets d’avenir sérieux ensemble. Ils emménagèrent tous les deux au bout de huit mois de relation dans un appartement se situant dans les alentours de la capitale et ils commencèrent peu à peu à parler de mariage et d’enfants. Cependant, cette idylle devait être trop belle et parfaite pour qu’elle puisse continuer. En effet, la guerre d’Irak, qui avait débutée depuis plusieurs années déjà, avait besoin de renfort et la jeune femme y fut envoyé en tant que médecin car elle s’était proposée volontaire bien avant sa relation avec Arai. Ce dernier ne l’y empêcha pas, mais ils se marièrent avant et ce fut avec une terrible boule au ventre qu’il l’avait laissée s’envoler…

Tandis qu’elle se surmenait pour guérir les blessés là-bas, lui poursuivait ses études au Japon, s’inquiétant nuit et jour pour celle qu’il aimait. Puis vint la terrible nouvelle : elle s’était trouvée au mauvais endroit, au mauvais moment. Une grenade, une bombe enterrée sous le sol, avait eu raison d'elle et de nombreux soldats blessés. Le chagrin du jeune homme était tel qu’il ne pouvait plus sortir de chez lui. Il ne mangeait plus, ne bougeait plus, et n’arrivait pas à se relever de cet épisode tragique. Il commença doucement à détester la guerre, et à haïr encore plus son père militaire.

Pourtant, deux ans après cela, à vingt-huit ans, à son tour, il fut envoyé en Irak. Pour quelle raison ? Il avait décidé de s’engager dans l’armée, abandonnant sa carrière de médecin et les cinq années d’études qu’il avait déjà décrochées. Il était parvenu à aller de l’avant après des jours à se laisser mourir, et sa haine envers toutes ces personnes étaient plus grande que jamais. On ne pouvait pas dire qu’il prenait véritablement du plaisir à user de ses armes face à ses ennemis, mais cela le soulageait à chaque corps qu’il faisait tomber dans la boue. Arai ne vivait désormais plus que pour venger celle qu’il avait aimé et qu’on lui avait si sauvagement arraché ; il n’était qu’une personne qui soignait les blessés, on n’avait pas le droit de s’attaquer à elle – d’autant plus qu'elle était un médecin.

A son tour donc, il lutta pour son pays afin d’aider les pays voisins pour exterminer la menace, mais il luttait aussi pour sa propre justice. Son caractère se forgea totalement durant cette année passée loin de chez lui. Il devint beaucoup plus fort et intransigeant. Il frôla aussi la mort de très près un soir durant l’été. Encore, des bombes… Disposées çà et là sur le champ de bataille, cachées des yeux des soldats, explosant dès que l’on avait le malheur de s’en approcher de trop près. Le garçon parvint à en désarmer une et à sauver plusieurs vies. Il dit aujourd’hui que ce miracle s’est sans aucun doute grâce à sa petite amie.

Peu de temps après cela, la Corée du Sud se retira de la guerre et les survivants purent rentrer chez eux, couronnés de gloire. Malheureusement, les pertes avaient été considérables et les survivants n’étaient guère nombreux. Connaissant les prouesses et la dévotion qu’avait mis Arai durant cette longue période, il fut justement récompensé et gravit peu à peu les échelons de l’armée de terre. Aujourd'hui, il est un officier, a des responsabilités de plus en plus haute et il est l'un de ceux qui entraînent les autres soldats pour les futures missions ou guerres. Mais il n'est pas question que de cela. Le monde a changé. Déjà, depuis plusieurs années, des affaires sont étouffées, de moins en moins de choses se disent. Le monde court à sa perte et Arai a fini par l'apprendre à son tour. Un paquebot fait le tour de l'Asie, invitant les plus curieux et les plus courageux à le rejoindre pour partir ailleurs.

Arai a beaucoup douté avant de prendre ce fameux bateau quand il est arrivé au port. Ce qui l'a décidé ce sont les récents résultats de l'autopsie de son épouse. Oui, des années plus tard, on lui a appris qu'il aurait pu être un père car sa femme portait un enfant dans son ventre quand on s'est attaqué à elle... C'est pour cela qu'il a choisi de prendre la mer : peut-être que, malgré toute la haine et la vengeance qui règne en lui, il demeure un brin d'humanité quelque part...


Pseudo : subanaru
Âge : 23 ans
Présence : 5/7j
Un petit mot ? : j'ai complètement sur le forum ! j'espère que vous apprécierez arai :3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Murakami Emi

avatar

That's my job : Serveuse au Kaizoku Paradise
That's where I live : Muranaka
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   Sam 30 Sep - 15:55

Hooo une nouvelle personne  :crazy:, bienvenuueeeeee *lui donne un cookie*  :choco:
Courage pour ta fiche, je suis vraiment impatiente de voir ce que ton perso va donner. Dans tous les cas, avec déjà le peut d'info que l'on a je suis certaine qu'il va être top :youpi:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Nishimura Arai

avatar

That's my job : Officier dans l'armée de terre
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   Sam 30 Sep - 16:11

Merci beaucoup pour ton accueil, Emi :heart:
Je viens d'ajouter les anecdotes d'Arai si jamais ça te tente pour en apprendre davantage sur lui en attendant son histoire ;)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Murakami Emi

avatar

That's my job : Serveuse au Kaizoku Paradise
That's where I live : Muranaka
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   Sam 30 Sep - 16:21

C'est plutôt amusant ça il parle exactement les mêmes langues qu'Emi XD

Le pauvre sans son histoire, je peux déjà voir à quel point à pas eu la vie facile. >.<


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Murakami Kay

avatar

That's my job : Informaticien
That's where I live : Tanayama
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   Sam 30 Sep - 16:43

BIENVENUUUUUUUUUUE :heart:
Subanaru ... RY ? 8D :**:

J'ai lu les anecdotes, omg, je veux aller lui faire un câlin à ce petit :sniff:
Kay et Arai ont un point commun, la guitare (a)

Courage pour la fin de la fichette, hâte de voir le personnage :excited:
*envoie du love* :choco:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Sato Tetsuya
Admin ♦ Here for you

avatar

That's my job : Serveur au Kaizoku Paradise + Joueur de baseball
That's where I live : Juhei
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   Sam 30 Sep - 17:10

Bienvenuuuuuuuuue :excited: Avec Miyavi en pluuus !!! :inluv:

Courage pour ta fichette !! Il a l'air d'être un perso vachement intéressant, j'ai hâte d'en savoir plus :**:

Si tu as des questions, n'hésite surtout pas si tu as des questions ! :luv:

Amuse-toi bien parmi nous en tout cas !! :yay:



_________________

Above the clouds
Hold me now, I need to feel You. Show me how to make it new again. There’s no one I can run to and nothing I could ever do. I’m nowhere if I’m here without You.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Nishimura Kei
Admin ♦ Here for you

avatar

That's my job : Infirmier
That's where I live : Uetani
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   Sam 30 Sep - 20:11

Bienvenuuuuuue :inluv:
Bon courage pour la fiche ! J'ai trop hâte de lire son histoire ! Les anecdotes m'ont rendue curieuse **
Et très bon choix d'ava ! (pour une fois que je connais jpp je suis joie merci à toi)
Si tu as des questions ou le moindre souci, n'hésite pas à nous contacter  :heart:



_________________

more than you know ♒︎ Problem is, though, sooner or later, physical pain, it's... it's manageable. See, real pain is emotional pain. That is the kind of pain that lasts© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Nishimura Arai

avatar

That's my job : Officier dans l'armée de terre
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   Sam 30 Sep - 21:30

Merci à vous tous, vous êtes trop chou :inluv:

Aaah, Kay, oui, ici Gerg' de RY :giggle:

J'ai hâte de jouer parmi vous ! Je pense terminer ma fiche dans la soirée !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Murakami Kay

avatar

That's my job : Informaticien
That's where I live : Tanayama
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   Sam 30 Sep - 21:50

Aaaaw contente de te retrouver ici :please:

J'ai vraiment hâte de voir la fichette :exciterlove:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Nishimura Kei
Admin ♦ Here for you

avatar

That's my job : Infirmier
That's where I live : Uetani
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   Sam 30 Sep - 23:12

Le pauvre monsieur ! Il a pas eu de chance purée. D'abord avec son père, puis sa mère et sa femme. :sniff: Elle était enceinte en plus. Genre tu tortures pas tes persos à moitié tu vas au bout XDD
En tout cas j'ai adoré lire et j'adore ta manière d'écrire !
(+ 1 pour le gif de Kong : Skull Island :heart: )
(et je viens de capter que nos persos ont le même nom XDDDD)


© blend & every


Tu es validé(e) !



Bienvenue parmi nous et ravi de t’accueillir à Nikko puisque tu viens d’être validé ! Tu vas pouvoir gambader dans les différents quartiers de la ville et profiter pleinement de la vie paisible de l'île.

Mais avant de pouvoir pleinement t’amuser sur le forum, il faut que tu te trouves des amis en créant ta relationship et n'hésite pas à venir recenser ton métier De plus, si tu souhaites être constamnent en contact avec tes amis, tu peux aussi te créer un Multimédia. Et n’hésite pas non plus à venir nous rejoindre sur le flood et dialoguer, t’amuser avec tout le monde !

Pour mieux comprendre le fonctionnement de l'île, les bons à savoir se trouvent ici.

Bon jeu à toi et encore bienvenue sur le forum !
©️ _Viviie.





_________________

more than you know ♒︎ Problem is, though, sooner or later, physical pain, it's... it's manageable. See, real pain is emotional pain. That is the kind of pain that lasts© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Nishimura Arai

avatar

That's my job : Officier dans l'armée de terre
Juste une photo de toi :
♦♦♦

MessageSujet: Re: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   Sam 30 Sep - 23:26

Merci ♥️♥️

J'avoue que je ne fais pas les choses à moitié XD ! Mais il est fort le monsieur, il va s'en sortir :hero2:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦♦♦
Contenu sponsorisé


♦♦♦

MessageSujet: Re: nishimura arai + we gonna be the last one who's standing   



Revenir en haut Aller en bas
 

nishimura arai + we gonna be the last one who's standing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Babe I'm gonna leave you ~song fic~ ^
» [Kiyoko Arai] Beauty Pop
» i'm gonna break my "rusty cage"! (lisser une pipe rustiquée ou sablée)
» Haters gonna hate
» "It’s gonna be legen... wait for it... dary ! Legendary! "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Les premiers pas :: Contrôle des passeports :: Fiches validées-