AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Le binôme le plus foireux de l'histoire [Tôru & Karen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
.
.
Matsuyama Tôru
avatar


That's my job : Artiste à mes heures perdus, peinture principalement rien de bien extraordinaire
That's where I live : Uetani
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Le binôme le plus foireux de l'histoire [Tôru & Karen]   Mar 20 Déc - 13:01

le binôme le plus foireux de l'histoire
Ces derniers jours la météo n'est pas au beau fixe, il pleut pas mal, et je déteste la pluie ! En plus ces derniers temps j'arrive à rien avec mes peintures, déjà que de base je suis pas Picasso mais alors là c'est de pire en pire. Sans être forcément talentueux jusqu'à maintenant j'arrivais à pondre plusieurs toiles et à les vendre, jamais bien cher mais un peu plus un peu plus un peu bah ça permet de payer le loyer, le problème c'est que dernièrement bah je peins moins, et du coup forcément je vends moins et fatalement je galère à boucler les fin de mois … Enfin bon par chance il y a des gens qui n'ont aucun goût où qui n'y connaissent rien et qui paye, dommage qu'ils soient un peu radin sur les bords.

Pour oublier un peu ça et pour me changer les idées je décide d'aller boire un verre dans un bar, depuis mon arrivé sur l'île je suis du genre à rester dans mon coin, je ne cherche pas vraiment à me faire remarquer, je sais que d'anciennes connaissances vivent ici et j'ai pas franchement envie de les voir, alors je fais profil bas, mais puisque je ne peux pas rester éternellement cloitré parfois je m'autorise des sorties. Quand ça arrive comme aujourd'hui, j'essaye de ne pas ressembler à un clochard, en quittant Tokyo j'ai pris avec moi quelques tenues qu'on n'a jamais vendu, de cette manière je peux encore un peu me sentir moi, enfin si on veut …
Arrivé au bar je commande un whisky et vais me mettre dans un coin, j'entend alors la télé, je lève la tête et regarde les prévisions météos, ça semble pas super réjouissant, le genre de truc qui me démotive de tout, vivement l'été … Je sirotte mon verre et en commande un autre. Je n'observe même pas les gens autour de moi, à une époque je prenais un malain plaisir à dévisager tout le monde, à juger les inconnus qui semblaient tous plus pathétique les uns que les autres, malheureusement aujourd'hui si mon ancien moi me voyait je serais le premier à en prendre plein la gueule. Je déteste celui que je suis devenu, ce n'était pas un choix de tout perdre et de finir au fond du trou, la vie est une garce parfois, et j'en ai fait les frais. Malgré tout je compte bien me relever de tout ça, je sais pas comment, je sais pas quand, mais j'ai pas l'intention de rester comme ça, ce n'est pas moi …

A mesure que le temps passe, le temps dehors se dégrade, on entend clairement le vent qui souffle, et après un bon moment dans ce bar, on finit par entendre une alerte à la TV, les orages annoncés sont plus violent que prévus et il est conseillé à tout le monde de rester chez soi. Manque de bol je suis déjà dehors et alors que je songe à retourner dans mon appart qui s'assimilerait plus à un squatte, un gros bruit ce fait entendre. Surtout je lève la tête et je vois une fenêtre brisé. Les quelques clients restant s'éloigne et le proprio fini par fermer les volets de toutes les fenêtres en nous indiquant que pour des raisons de sécurité nous devons rester ici le temps que ça se calme. Je suis pas particulièrement content mais dans un sens c'est pas plus mal, je vais pouvoir picoler en attendant que ça passe, chez moi ya rien à boire en plus … Manque de bol si le vent est fort la pluie à elle aussi monter en intensité si bien qu'on fini même par avoir des fuites, au final je sais pas si j'aurais pas été mieux dans mon squatte, enfin bon. Le propriétaire des lieux nous demandent alors notre aide pour nettoyer. Non mais il est sérieux lui ? On est pas ces bonnes … Je me retiens de lui dire le fond de ma pensé mais j'ai comme l'impression que c'est pas le moment de faire le malin, alors je prend sur moi et je me tais. Puisqu'on est peu nombreux, il est décidé qu'on travaillera pas équipe de deux, j'espère au moins que les boissons seront offertes pour servir rendu ! On « m'affecte » au ramassage de carreau brisé, youpi … J'avance vers la fenêtre sans savoir qui sera mon binôme du jour, au pire je m'en fou je compte pas taper la discute ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Hwang Karen
avatar
Admin ♦ belongs to Chonchon


That's my job : Neurochirurgienne
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Le binôme le plus foireux de l'histoire [Tôru & Karen]   Jeu 22 Déc - 9:16

le binôme le plus foireux de l'histoire

Karen n’avait plus vraiment de quoi se plaindre, elle était heureuse de ce qu’elle était devenue, heureuse de la vie qu’elle menait. Evidemment, elle détestait parler de son passé, se remémorer quelle misérable fille elle était et cela arrivait à chaque fois qu’elle contemplait son reflet dans un miroir. Elle détestait cette passade de son existence où elle s’était laissée berner par un homme horrible, qu’elle s’était laissée aller dans ses bras tout simplement parce qu’elle en était amoureuse. Si on lui demandait ce qui lui avait plu chez ce garçon à cette époque, la jeune femme serait incapable de le dire à l’heure actuelle puisqu’elle n’en gardait que des mauvais souvenirs. Elle entendait encore chacune de ses mauvaises remarques, revoyait toute cet argent qui lui balançait en la traitant comme une moins que rien. Tout ça parce qu’elle était pauvre et qu’elle s’était entichée d’un vaurien tel que lui. Elle aurait tout fait pour être à ses côtés par le passé, la preuve, elle n’avait eu aucune honte à se ridiculiser juste pour ses beaux yeux. Parce qu’elle espérait qu’un jour, il voit en elle quelque chose d’autre qu’un simple objet, qu’il la considère comme une femme puis finisse par la traiter correctement. Elle avait été naïve et... Trop jeune. Heureusement, le temps a le don de bien faire son court et cela lui a permis d’évoluer, de remarquer qu’une personne comme Tôru n’était qu’un parasite pour sa vie, qu’elle devait s’en débarrasser au plus rapidement. Ce qui, non, n’avait pas été facile. Pourtant elle le haïssait, le maudissait de jour au jour mais puisqu’il lui donnait de l’argent, elle pouvait bien rester un jour de plus dans ses bras. Il lui faisait du mal, constamment, la détruisait à petit feu, lui avait supprimé tout ce qui lui restait de fierté donc elle pouvait bien profiter un peu des quelques billets qui lui payaient.

Mizuki, c’était elle qui l’avait motivée à tout abandonner, à mettre sa famille de côté, à quitter son unique amour mais aussi son plus gros démon, puis de s’échapper de cet enfer dans lequel elle vivait. Elle n’avait prévenu personne, surtout pas Tôru qui nul doute était le père de cet enfant qu’elle portait dans son ventre, puis elle était partie sur l’île. Autant dire que sa vie avait réellement commencé à partir de là. Elle a donné naissance à une merveilleuse petite fille puis à présent, elle effectue un métier qu’elle a toujours souhaité faire. A croire que le proverbe disait vrai, les efforts finissent toujours par payer.

Les séquelles étaient encore là, compressés avec puissance dans son coeur et c’était difficile d’oublier cette souffrance qu’elle avait éprouvé néanmoins elle n’était pas malheureuse non plus. Il lui suffisait d’observer le sourire de son enfant pour être rassurée, pour avoir cette douce chaleur qui réchauffe son âme.

La matinée avait été assez chargé mais Karen avait pris soin de garder son après midi afin de se promener en ville et surtout de faire quelques achats pour noël. Principalement pour sa fille, mais ça, tout le monde s’en doutait. Donc, elle avait commencé à naviguer dans divers magasins, achetant plusieurs choses qu’elle fit emballer pour finalement entrer se reposer à l’intérieur d’un bar. Quoi de mieux qu’un bon chocolat chaud pour se réchauffer, hm ? Surtout que le temps à l’extérieur était mauvais... Le ciel était grisâtre, se recouvrant de plus en plus alors qu’un vent frais soufflait plutôt fortement.

Toutefois, pas une seule seconde, la doctoresse n’avait imaginé que cela pourrait s’aggraver, que la pluie viendrait s’ajouter et que la brise serait si grande que des objets claqueraient sur les fenêtres. Cela l’avait fait sursauter et son coeur avait commencé à s’affoler en voyant la météo qui prenait un tourment plutôt violent... Sa première pensée fut aussitôt diriger vers sa fille qui à cette heure-ci était encore à l’école et sans la moindre hésitation, n’écoutant aucunement les propos du patron, se concentrant sur les vitres qui venaient de se casser, elle appela l’établissement de son enfant. Elle devait impérativement s’assurer que tout était en ordre pour Mizuki, qu’elle allait bien, qu’elle n’était pas blessée ou pire encore. On ne lui répondit pas et elle ne put que grincer entre ses dents à cette constatation... Elle s’excusa auprès du gérant qui s’adressait à elle, tentant de ne rien exprimer de son inquiétude ni de son énervement à cause de la situation, elle acquiesça. Dans les moments comme cela, il était normal d’aider et même, en tant que médecin, si jamais il y avait des blessés, elle serait la première à s’en occuper.

On lui attribua un binôme et sans hésitation, elle le rejoignit, prête à aider mais ses yeux naviguèrent autour d’elle à la recherche d’un balai. Sauf que dans son exploration, son regard tomba sur son duo et Karen ne sut quoi faire si ce n’était que les battements de son coeur s’excitèrent un peu plus. Lui... Pourquoi était-il là ? Ne pouvait-il simplement pas crever loin, quelque part, en enfer ? Oui, c’était cruel mais encore, c’était gentil comparé à tout ce mal qui lui avait infligé.

- Fait attention de ne pas te couper un doigt, N’avait-elle pu s’empêcher de répliquer d’un ton qui se voulait sarcastique.

Ce serait dommage d’abîmer sa peau si parfaite. Hors, elle n’avait plus rien à envier de lui désormais puisqu’elle avait une vie convenable et qu’il y avait longtemps qu’elle n’avait plus besoin d’un tel homme dans son existence. Cela l’effrayait de le retrouver là, et ce, même si elle ne le montrait pas. Seulement, elle ne souhaitait pas que Tôru découvre pour Mizuki, qu’il la lui enlève puis fasse dieu ne savait quoi d’elle. Enfin, pour le moment, il était préférable sûrement de ne pas trop s’y attarder. En silence, n’ajoutant rien d’autre, elle s’abaissa pour ramasser les bouts de verre les plus gros et les placer un à un dans sa main, faisant attention de ne pas se blesser. Pour ce qui était du garçon, autant dire, qu’elle n’en avait strictement rien à faire et il était hors de question qu’elle lui accorde un quelconque intérêt.




_________________

THERE WILL BE TOMORROW
And then a hero comes along with the strength to carry on and you cast your fears aside and you know you can survive. So when you feel like hope is gone, look inside you and be strong and you'll finally see the truth that a hero lies in you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le binôme le plus foireux de l'histoire [Tôru & Karen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Proverbes et dictons Foireux !!!!
» Un Hippopothame qui fait un Pet Foireux
» Un Pet Foireux dans la piscine
» Qui a une idée pour un prochain challenge de lecture en binôme ou en équipe ?
» Binôme d'AVRIL 2016

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Welcome to Nikkou :: Tanayama :: Le bar Yutaka-