AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Difficult roads often lead to beautiful destinations • | Ft. Jun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
.
.
Oikawa Roy
avatar
Admin ♦ Here for you


That's my job : Cuisinier au Owl-ways ~
That's where I live : Dans un petit deux pièces à Uetani
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Difficult roads often lead to beautiful destinations • | Ft. Jun   Jeu 17 Nov - 20:36


Jun & Roy
Difficult roads often lead to beautiful destinations




Depuis ce jour au bowling, Roy n’avait pas eu l’occasion de reparler des soucis qui le concerné, que cela soit avec son collègue ou le frère de ce dernier, et il n’avait pas cherché à le faire. Clairement, il n’en ressentait aucune envie. De toute manière, la même routine qu’auparavant s’était installée. Lorsqu’ils se parlaient, ce n’était qu’en cas de nécessité puisque ce n’était pas comme s’ils avaient grand chose à se dire. Le cuisinier avait fini par laisser de côté cette histoire où un soir, il s’était précipité à l’appartement du garçon à cause d’un mauvais rêve. Il avait arrêté de s’en vouloir, songeant qu’au bout du compte, il n’avait pas de raison de se sentir coupable alors qu’il n’avait fait que s’inquiéter. Il était désolé de l’avoir paniqué, désolé de ne pas avoir réfléchi cependant il n’avait pas besoin de se rendre la vie dure en culpabilisant pour quelque chose dont il aurait regretté s’il n’avait pas réagi de la sorte. Il était déçu de ne pas parvenir à se lier avec le jeune homme, de ne pas trouver un terrain d’entente, de confiance, néanmoins c’était ainsi. On ne pouvait pas toujours avoir ce que l’on désirait dans la vie et il avait compris que ça ne l’aiderait pas de se mêler du quotidien d’une telle personne. Cela ne ferait que le blesser, le tourmenter plus qu’il ne l’était déjà puis de se créer des ennuis sous prétexte qu’il avait juste voulu aider. Et non, ce n’était pas parce qu’il était seul dans son existence, que son histoire repartait de zéro qu’il devait se saisir du premier gars qu’il croisait sur sa route puis en faire son ami. Ce serait simple si toutes les choses se déroulaient comme ceci mais malheureusement, c’était plus compliqué. Roy le découvrait petit à petit. Il découvrait que rien n’était acquis, que ce n’était pas parce qu’on souhaitait avec force quelque chose qu’on l’aurait obligatoirement, qu’il y avait des gens étranges autour de lui, qu’il n’était pas au bout de ses surprises et que se faire apprécier, se faire comprendre était plus complexe qu’il n’y paraissait. C’était difficile de contrôler son propre esprit, ses propres sentiments et qu’il ne serait jamais en mesure de comprendre la totalité de ses agissements, que ceci faisait partie de son existence désormais, qu’il n’avait pas d’autres choix que d’apprendre à vivre avec. Lorsqu’on perd la mémoire, on perd également la grande majorité de nos repères et ce n’est pas facile. Ce n’est pas facile de s’affronter soi-même, de se regarder dans un miroir puis ne pas être capable de se reconnaître. Enfin, qui parviendrait à comprendre cela, hm ? Cela n’avait pas réellement d’importance. Il devait s’adapter puis comme il le pensait si souvent, voir où le vent le mènerait sans se poser de questions bien que ceci était plus facile à dire qu’à faire.

En dépit de ses tracas, Roy n’était pas le genre d’individu à se laisser ronger par ces derniers. Il préférait voir de l’avant, continuer de sourire puis apprécier, ou non, ce qui lui tomberait dessus. De toute façon, ce n’était pas comme s’il avait vraiment le choix de faire autrement.

Le temps s’était écoulé, l’hiver approchant commençait à se faire de plus en plus ressentir et c’était peut-être l’une des raisons pour laquelle, le gérant du Owl-ways avait eu la merveilleuse idée d’organiser un petit week-end à Seppan. Une ville de l’île particulièrement réputée pour ses sources chaudes relaxantes. Encore quelque chose de nouveau que le cuisinier ignorait l’existence. Ses pupilles avaient brillé lorsque l’homme lui avait expliqué l’endroit et que l’un de ses collègues lui avaient paru étonnés qu’il ne connaisse pas. De ce fait, Roy n’avait même pas eu besoin de réfléchir qu’il avait accepté, précisant qu’il avait hâte. Peut-être aurait-il mieux fait d’y songer, de penser que si voyage il y avait, il y avait également de fortes chances à ce qu’il y ait un transport en commun. Pourquoi auraient-ils pris le train ? Maintenant qu’il avait dit « oui », que le patron avait payé pour eux, il ne pouvait pas se désister puis déclarer que lui préférait la voie ferré. Du coup... Il ne prononça pas un mot tout le long du trajet, son teint était pâle et quelques gouttes de sueur s’écoulaient sur sa figure. C’était à peine s’il respirait... Pas une seule fois, il n’accorda un coup d’oeil au paysage au travers de la vitre, même quand on lui indiqua de le faire, il ne bougea pas. Hormis pour attraper brusquement le bras de son voisin quand le bus freinait trop fort et qu’il croyait que son coeur allait s’échapper de sa poitrine.

Pour son plus grand bonheur, ils étaient arrivés à leur destination et son visage reprit rapidement de ses couleurs en contemplant cette immense bâtisse traditionnelle qui se dessinait devant eux. Elle avait l’air chic. Un grand jardin japonais décorait l’espace et un long porche les guidait jusqu’à l’entrée principale. Explorant les lieux de ses prunelles, le garçon était quelque peu à la traîne, il était fasciné de ce qu’il avait sous les yeux. C’était si magnifique. Le gérant se chargea de la réception pendant qu’ils retiraient leurs chaussures afin d’enfiler des pantoufles puis l’homme se tournant vers lui, lui donna une clé, expliquant qu’il partagerait sa chambre avec Jun. Cela avait été instinctif, naturel, tout en prenant le petit trousseau, Roy n’avait pu retenir le « Pardon ? » qui s’était enfui de sa bouche. Apparemment, selon les mots du patron, ça lui paraissait évident vu qu’ils s’entendaient bien hors le cuisinier préféra ne pas relever. Ils étaient des employés, ils ne devaient surtout pas le contredire et c’était la raison pour laquelle, il lui offrit un sourire avant de demander au serveur de le suivre puis de prendre la direction de leur chambre.

Une pièce tout aussi traditionnelle, le sol recouvert de tatamis alors qu’une table chauffante était placée au milieu de la pièce. Des portes coulissantes les menaient sur une petite terrasse où une seconde table était installée. Il n’y avait pas de lit, si ce n’était ces futons rangées dans le placard qu’ils positionneraient à terre plus tard, au moment de dormir. Toutefois, ils avaient une salle de bain, petite, privative dans laquelle deux kimonos étaient posés sur un meuble près du lavabo.

- C’est vraiment joli, Déclara le jeune homme, principalement pour lui-même avant de fermer la porte puis de retourner dans la pièce centrale, Tu es déjà allé dans des sources chaudes ?

Sur ses dires, Roy se laissa tomber sur le sol, croisant ses jambes en tailleur alors qu’il le regardait. Ils allaient devoir partager la chambre, ce serait bête de ne pas se parler et ce, même si Jun ne le portait pas grandement dans son coeur. Lui, ça l’intéressait parce qu’il ne connaissait rien de tout ça donc peut-être que son collègue avait de bons conseils.  

luckyred.

luckyred.



_________________

I’ll wait for You
Hold me now, I need to feel You. Show me how to make it new again. There’s no one I can run to and nothing I could ever do.I’m nowhere if I’m here without You. © ΣXODUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Difficult roads often lead to beautiful destinations • | Ft. Jun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Beautiful agony
» [K-Drama] You're Beautiful
» MUSTANG BIG BEAUTIFUL DOLL
» Yûko contre Clow Lead !
» Sowelu "Let ME Lead U"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Welcome to Nikkou :: Les alentours :: Seppan-