AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Knock Knock who’s there? - SakuRin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
.
.
Arakawa Sakuya
avatar


That's my job : Étudiant à temps plein en programmation
That's where I live : Dans un appartement à Uetani, avec sa grande soeur
.
.
.

MessageSujet: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Lun 14 Nov - 2:50


SakuRin
Knock Knock who’s there?




Je veux te voir diplômé quand je vais te revoir

Il est difficile d’imaginer des mots qui ont autant affecté Arakawa Sakuya dans sa vie que ceux-là. L’une des dernières phrases que lui a signées et dites son frère aîné. Hajime manquait horriblement à Sakuya, et pourtant cela ne faisait même pas un an seulement qu’ils étaient séparés. Ce sentiment horrible d’avoir perdu son meilleur ami en plus de son frère était accablant, mais le plus vieux des Arakawa avait su comment motiver le plus jeune d’entre eux. Dès qu’il avait mis les pieds sur l’île et que Megumi avait terminé sa formation transitionnelle entre étudiante en médecine et infirmière, il s’était inscrit à l’université. Il avait été nerveux, tellement habitué à devenir subir des problèmes en raison de sa surdité, mais on l’avait tout de suite référé à une équipe qui s’occupait de l’intégration et de l’accommodement d’étudiants dans des situations semblables à la sienne. En peu de temps, ses enseignants avaient monté des plans d’études avec lui et il assistait rarement à des cours dans de grandes salles, ne pouvant pas entendre la matière donnée. La majorité de ses cours il pouvait les suivre sur son ordinateur. Souvent il devait les faire à l’université, mais ses devoirs il pouvait les faire à la maison, ce qu’il avait décidé de faire ce jour-là.

Assis à la table de la cuisine en ne portant rien que ses pantalons de pyjamas et une couverture  drapée sur ses épaules, il lisait attentivement sur son ordinateur portable ses notes de cours et les commentaires ajoutés par son enseignante préférée. Elle prenait la peine de lui faire des notes de cours qui ne lui nécessitaient pas de devoir assister aux périodes théoriques des cours, uniquement les périodes pratiques. Durant ces périodes, elle prenait la tablette de Sakuya et lui écrivait ses commentaires et correction, comme si elle avait eu des étudiants sourds toute sa carrière. Faire les devoirs de ces cours-là était toujours un soulagement comparé à d’autres cours. Sincèrement, la programmation ça le fascinait, il ne pensait pas aimer ça autant, Megumi avait visé juste en lui proposant cette option comme carrière. Ça lui semblait facile, mais il savait que certaines personnes faisant le même cursus que lui ne pensaient pas la même chose.

Se levant pour se faire un autre café – il n’en était à prendre son deuxième, pas de panique – il avait abandonné sa couverture, le froid frappant son corps possiblement un peu chétif d’un coup et le faisant grimacer. Megumi le gronderait à coup sûr de le voir aller, il n’était pas rare de tomber malade chez les Arakawa, et bien que le pire soit Hajime, Sakuya avait une fiche pas trop réjouissante non plus, et se promener torse nu à une température pareille, même à l’intérieur, n’était pas l’idée du siècle. Tout de même, il alla se chercher un hoodie qu’il zippa à moitié. Le capuchon sur la tête – allo la logique – il récupéra une tasse supplémentaire de café, y mit une scandaleuse quantité de sucre, puis retourna à son ordi. Il devait terminer les codes pendant qu’ils étaient frais dans sa tête. Une main affairée à tenir la tasse près de sa bouche et l’autre à taper les codes à une vitesse un peu anormale pour quelqu’un qui ne tape qu’à une main, il n’avait pas le moindre visuel sur la montre intelligente que Megumi lui avait achetée. Cette montre lui permettait un minimum de contact avec ce qui se passait dans la maison : elle vibrait lorsqu’il avait un texto, lui épargnant de constamment devoir regarder son cellulaire lorsqu’il ne l’avait pas sur lui comme à ce moment; sa vibration lui servait aussi de réveil-matin, puisqu’il n’entendait pas les alarmes… Mais ça c’était des fonctions normales. Depuis quelques jours, Sakuya cherchait une façon de la faire vibrer lorsque quelqu’un sonnait à la porte de l’appartement, au lieu qu’il doive être attentif aux voyants lumineux qui l’avertissait qu’il y avait un visiteur.

D’ailleurs, au moment où il déposa son café, il remarqua que le dit voyant lumineux de la cuisine était en train de clignoter. Oh merde. Il y avait quelqu’un à la porte! Sauvegardant rapidement son travail de programmation vidéo, il jeta sa couverture sur la chaise et se dépêcha à aller répondre…. Et non. Rebroussant chemin, il courut dans sa chambre, cherchant sa tablette électronique. Il ne pourrait quand même pas répondre à la porte sans avoir de quoi communiquer, c’était un peu stupide de ne pas y avoir pensé le premier coup!

Planté devant la porte, il ouvrit l’application de traitement de texte et  tapa rapidement son usuel message explicatif, prêt à le présenter à la personne. Puis, il regarda dans l’œil magique. Il voyait des cheveux, fiou, la personne était encore là! Ne voulant pas se faire attendre plus longtemps, il ouvrit la porte…



luckyred.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Nakano Rin
avatar
Makes love with the staff ~


That's my job : Éducatrice spécialisée, elle travaille principalement avec des enfants autistes.
That's where I live : Dans un adorable petit appartement, en face de la plus cute des gamines! Et de sa wonderwoman de mère.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Dim 20 Nov - 5:05

 
Knock Knock, who's there?
SAKURIN

Ce jour-là, Rin était maussade et, franchement, pour la première fois depuis qu’elle avait mis les pieds sur l’île, elle se sentait seule, terriblement seule. Sa vie était à peu près en état, enfin, plus qu’elle ne l’avait été pendant toutes les années où elle la partageait avec Liang et où il contrôlait ses moindres faits et gestes, et pourtant, elle voulait la foutre en l’air. Il le fallait… Après des années d’absences, ça y était, elle était prête, enfin prête, à reprendre le contact avec son frère ainé, prête à constater ses conneries, prêtes à recoller les pots qu’elle avait elle-même cassé en se tapant son meilleur ami. Il le fallait, une famille, elle n’en avait qu’une et les enfantillages avaient assez durés… Son frère lui manquait, terriblement, elle avait ce douloureux pincement au cœur en pensant qu’ils n’auraient peut-être pas la chance de se réconcilier, suivi rapidement de la vague de culpabilité d’avoir tourné le dos à la seule personne au monde, qui ne l’avait jamais abandonnée… Sa rencontre de la veille l’avait fortement ébranlée, se retrouver face à face avec Roy et constater qu’il pouvait tomber assez pas pour prendre plaisir à feindre ne pas se souvenir d’elle, comme si elle n’avait été qu’une conquête sans visage en dépit de leur arrangement et de lui amitié beaucoup plus vieille que leur dérapage, lui avait fait réaliser que peut-être, juste peut-être, Hiro n’était pas aussi bien entouré qu’elle l’aurait souhaité. Dans son esprit naïf – ou très acharnée à se trouver une fin heureuse pour ne pas envisager la possibilité que son frère ait suivi le chemin d’autodestruction qu’il avait pourtant largement tracé de par son amitié avec Oikawa, elle s’était toujours dit qu’il se débrouillerait très bien sans elle. HAHAHA. La bonne blague…

C’est donc dans cette idée soudaine de renouer avec le porteur de son nom de famille qu’elle entreprit de mettre à profit ses talents de stalker pour retrouver la voix de la raison, la douceur même, la seule femme qui saurait rallier Hiro à de meilleurs sentiments… Megumi. À la simple mention de celle qu’elle croyait toujours sa belle-sœur  (et dont elle envisagerait sérieusement, dans un avenir plus ou moins lointain, de recouvrer comme famille en violant un ou l’autre des mâles offerts pas le clan Arakawa…) un sourire avait franchi ses lèvres et elle s’empara de son ordinateur portable pour entamer une recherche en bonne et due forme. Gumi… elle aussi, elle lui manquait. Ne serait-que que pour ses conseils d’une sagesse rare, ou pour la façon dont elle n’avait jamais hésité à lui faire remarquer qu’elle faisait une connerie… pianotant sur son clavier une dizaine de minute, Rin eut tôt fait de mettre la main sur une adresse, pas trop loin de chez elle en prime! La bonne nouvelle de vivre sur une île isolée, c’était que la population était rare et donc, retrouver quelqu’un, quand on y mettait l’effort, était un jeu d’enfant. Notre bridée avait gribouillée l’adresse sur un bout de papier, avait foncé sous la douche pour au minimum, se faire une beauté pour les grands retrouvailles – elle avait assez d’une rencontre en habit de pouilleuse pour toute une vie. Une fois ses cheveux soigneusement placés et son minois rendu immaculé par quelques améliorations cosmétiques, elle avait enfilé une robe noire, bien simple, des bottes hautes et un petit blazer en jeans. La température était encore clémente… Prévoyant faire un arrêt rapide et aller travailler en fin de journée – elle participait à une soirée spéciale avec ses patients, elle avait attrapé son badge d’identification et l’avait passé autour de son cou.

Incertaine, elle avait fixé le bout de papier et avait fini par hausser les épaules, qu’est-ce qui pourrait bien lui arriver de terrible chez Megumi hein? Attrapant son sac, elle s’était mise en route vers l’adresse, en sentant les papillons lui nouer l’estomac. Elle lui dirait quoi une fois retrouvée hein ? Et si Hiro était en furie? … Il n’y avait qu’à espérer que Gumi-chan soit à proximité d’une poêle pour lui calmer ses ardeurs! Elle en était là dans sa réflexion, à trouver la meilleure chose à dire pour rallier de son côté la plus redoutable des furies au visage d’ange, lorsqu’elle remarqua qu’elle se tenait devant la porte, devant l’adresse préalablement notée… Ok. Réunissant tout son courage, elle avait toqué une fois, attendant une réponse. En toute franchise, elle craignait surtout de tomber sur son frère, leur dernière rencontre n’avait rien eu de délicate, ou même d’agréable… Des accusations, des menaces… et un silence radio. Elle ne se sentait pas d’attaque pour ça tout de suite. Sa pauvre pompe à sang s’agitait et, au fil des minutes, n’ayant aucune réponse, elle senti la calme grimper un peu en elle, juste un peu. Ok… elle était surement absente… Pour faire taire sa mauvaise conscience, elle avait levé le poing au-dessus de sa tête, prête à cogner à nouveau… lorsque la porte s’était ouverte.

Idiote comme elle était, ou du moins, aussi craintive était-elle de ce qui l’attendait, jamais elle ne s’était dit que Megumi pourrait ………. Ne plus être sa belle-sœur? Lorsque la porte s’était ouverte, Rin s’était retrouvée, de sa taille de naine, à faire face à …. Un torse? EH??? Figée, elle s’était figée sans comprendre ce que ses yeux transmettaient comme image à son cerveau. Clairement, il y avait une erreur! Qui donc avait pris le contrôle de ses sens pour qu’elle soit aussi bête tout d’un coup? SERIZAWA, T’ES VIRÉ. Clignant des yeux – la main toujours levée comme si elle allait cogner, elle avait suivi cette trainée de peau vers………….. un visage qui aurait dû être exposé dans un musé.

MAMAMIA. Son pauvre cœur s’était arrêté un moment alors que ses joues prenaient une teinte rouge, vraiment écarlate et que sa main, plutôt que de descendre – elle n’allait quand même pas cogner sur l’occupant, s’était ouverte, abandonnant le poing pour faire un hi-five au vide………… et s’approcher de ce fichu pull ouvert… NON MAIS. Qui ne voudrait pas toucher hein? C’était un appel au viol, une demande claire! Elle n’y pouvait rien et… et…. IDIOTE ! Contrôle tes ovaires! Réalisant soudainement sa bêtise – et rebutant son envie de toucher le sculpture de mâle qui se tenait devant elle, elle avait baissé la main, en rougissant de plus belle, trouvant finalement la force de poser son regard noisette sur son visage en bredouillant, comme la crétine qu’elle était : « Megumi?  » … Ça a l’air de Megumi? Regard qui descend sur la gorge de l’inconnu, sur sa clavicule et sur ce torse définitivement plat……… non… RIN. ON SE CONTRÖLE. Ahem, sorry.

… T’as l’air d’une vraie malade à le fixer comme ça, une débile digne des pires pervers du japon! Et pourtant… ta famille ne fait pas dans l’aviation ou l’hôtellerie… Sincèrement, elle tentait de se contrôler, on l’avoue, mais que pouvait-elle y faire hein? En vingt-quatre ans, elle n’avait pas ressenti une telle bouffée de gêne grimper en elle en voyant un homme… mais alors là, ce spécimen était………..exactement le genre qu’elle aurait bâti pièce par pièce sur le net pour passer commande. Toussant, en tentant de cacher sa gêne – sans grand succès, elle avait pris une mine sérieuse et avait pointé son badge d’identification … comme si c’était un club, ok, elle avait perdu ses neurones au combat, maudite arme fatale de torse désirable - « Nakano Rin!  » … ok, mais tu fais quoi ici…tu livres une pizza? « Je ne suis pas une maniaque ou une violeuse…  »  jamais elle n’aura été aussi heureuse d’apprendre que quelqu’un était sourd… « Je viens pour vous mari-----------------MEGUMI. VOIR MEGUMI.  » … qu’on la tue. Et encore, son regard s’était perdu sur la gorge du maudit décors de porte.


electric bird.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Arakawa Sakuya
avatar


That's my job : Étudiant à temps plein en programmation
That's where I live : Dans un appartement à Uetani, avec sa grande soeur
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Lun 21 Nov - 22:08


SakuRin
Knock Knock who’s there?




Il en fallait beaucoup pour prendre Arakawa Sakuya par surprise. Habituellement, c’était lui qui surprenait les autres, et bien souvent non intentionnellement. Il était tellement observant sur tout – les médecins disant que son absence de mémoire auditive lui avait permis de développer une meilleure mémoire visuelle – qu’il voyait bien des choses arriver avant le commun des mortels. Entre autres, n’importe qui aurait figé en ouvrant la porte et voyant rien du tout, mais grâce à son idée de regarder par l’œil magique avant d’ouvrir la porte, il savait qu’il devait s’attendre à quelqu’un de plus petit que lui-même lorsqu’il ouvrirait la porte. Justement, il avait automatiquement baissé les yeux dès qu’il avait commencé à avoir la vue sur le couloir, ne restant pas comme un imbécile à se demander où était le visiteur comme plusieurs le ferait. En voyant le petit bout de femme planté dans le couloir, la main si près de l’emplacement habituel du panneau de bois, il en avait vite compris qu’en plus de sonner la sonnette qui avait activé le voyant lumineux, elle avait aussi cogné à la porte. Oops.

Double oops, en fait. Oui, Sakuya a le don de surprendre, et de façon totalement accidentelle, parce que comme un crétin, il avait laissé sa fermeture éclair uniquement à mi-chemin, et il était très clair qu’à la grandeur de sa visiteuse, elle avait une pleine vue sur ce qui était à découvert. Ah et puis quoi? C’était de la peau, si elle était outrée par ça, il ne fallait surtout pas l’apporter à la piscine, la petite!

La voyant avancer sa main, il fit un léger mouvement vers l’arrière, fronçant les sourcils en commençant réellement à se demander ce qu’elle voulait. Elle n’avait pas de boite de chocolats, elle n’avait aucun dépliant. Donc pas de vente. Il ne l’avait jamais vue avant, donc c’était difficilement une voisine, Megumi ou lui-même l’aurait vu si quelqu’un avait emménagé dans les derniers jours, le bloc n’était pas énorme… Alors que la petite main descendait enfin à une distance un peu plus acceptable pour une première rencontre, les yeux du jeune homme la suivirent jusqu’à ce qu’ils tombent sur une carte de plastique. Un badge. Oh! Okay, on parlait donc visite un peu plus officielle! Gumi-nee-chan lui aurait dit s’il devait venir quelqu’un, non? Elle le savait qu’il étudiait aujourd’hui, elle l’aurait prévenu d’être attentif à la porte, elle le faisait toujours. En plus, il était rare que quelqu’un se présentait pour de quoi de professionnel en portant une veste de jeans.

Qu’est-ce que ça pouvait être, alors? Il devait s’avouer confus. Relevant les yeux avec l’intention de faire signe d’attendre qu’il prenne la tablette électronique qu’il avait laissée sur la table d’entrée à côté de lui, il reconnut sur les lèvres de la jeune femme un nom qu’il connaissait trop bien pour ne pas le reconnaître lorsque quelqu’un le prononçait : Megumi. Elle connaissait donc sa sœur. Bon, okay, on se rapprochait de la raison de sa visite! Pourtant, si elle était une amie de son aînée, elle ne serait pas aussi gênée d’être là, non? Megumi ne cachait à personne qu’elle vivait avec son petit frère, pourquoi être aussi intimidée, il n’allait quand même pas la tuer d’avoir frappé à la porte! Apparemment, si elle connaissait Megumi, elle n’avait pas retenu l’info comme quoi le petit dernier des Arakawa était sourd, parce qu’elle n’arrêtait pas de déblatérer, et ce beaucoup trop vite pour qu’il puisse lire quoique ce soit de potentiellement indicateur sur ce qu’elle faisait là devant lui, mais ses grands yeux s’étaient figés sur le badge qu’elle lui montrait plus clairement, permettant à Sakuya de voir un nom qu’il n’aimait pas voir trop près de celui de son aînée adorée : Nakano. Oh non. Ça annonçait mal, mais au moins ce n’était pas Hiroki lui-même qui se pointait chez eux. Megumi n’avait-elle pas déjà mentionné que cet idiot avait une petite sœur? Si Sakuya faisait une bonne déduction, il savait maintenant qui était devant lui, mais il ne fallait définitivement pas assumer.

S’étirant rapidement pour attraper sa tablette, il se mit à taper dessus hyper rapidement, s’arrêtant uniquement le temps de lever le doigt pour lui demander d’attendre une minute, le temps qu’il finisse de modifier son message typique pour informer de sa condition. Une fois fait, il tourna la tablette à une hauteur où elle pourrait lire sans se casser le cou.

Désolé, je suis atteint de surdité et je ne suis donc pas en mesure d’avoir entendu ce que vous m’avez dit. Cette tablette remplace mon absence de communication orale.
J’ai lu le nom de Megumi sur vos lèvres, mais elle est au travail en ce moment. Je peux vous aider?


Lui laissant un bon moment pour lire, il poussa la tablette un peu plus vers elle, tentant de l’inviter à lui écrire la raison de sa présence.

luckyred.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Nakano Rin
avatar
Makes love with the staff ~


That's my job : Éducatrice spécialisée, elle travaille principalement avec des enfants autistes.
That's where I live : Dans un adorable petit appartement, en face de la plus cute des gamines! Et de sa wonderwoman de mère.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Dim 27 Nov - 14:43

 
Knock Knock, who's there?
SAKURIN

Lorsque la porte s’était ouverte pour laisser le résultat clair de l’apogée génétique humaine s’afficher devant elle – dans toute sa splendeur, clavicules incluses, notre bridée avait tout simplement figé et avait bêtement cligné des yeux une bonne douzaine de fois, sans arriver à émettre le moindre son. Sa détermination de renouer avec une vieille amie, de réparer les pots cassés avec son frère, tout ça venait de s’envoler en fumée alors que sa pauvre cervelle avait décidé de faire performer avec la fiabilité de window XP … Et encore, le peu d’information qu’elle arrivait à accrocher à l’heure actuelle ne lui était d’aucune utilité pour se tirer de ce faux pas! Sérieusement… ne pouvait-elle pas trouver quelque chose à dire, une excuse à marmonner, tout plutôt que de sentir les battements infernaux de sa pompe à sang lui battre les tempes ? Elle était en situation de crise, de vie ou de mort d’égo et tout ce qu’elle trouvait à assimiler c’était ô combien son vis-à-vis était canon… sérieusement? Qu’on la pardonne, elle n’avait pas l’habitude de croiser du mâle d’aussi haut calibre, ou à toute fin pratique, de croiser du mâle point…Et disons que celui-là ne la laissait franchement pas indifférente, aussi bête que ça soit pour quelqu’un qu’elle voit pour la première fois…Totalement inutile, elle n’avait pas réussi à déblatérer quoi que ce soit de cohérent – si on exclus les avances à peine déguisées qu’elle avait balancé à l’intention du pauvre occupant des lieux… ça y était, elle allait mourir de honte! On veut bien lui excuser son manque d’expérience de séduction, mais là, franchement, même les Serizawa n’étaient pas des cas aussi désespérés!

Elle n’avait retrouvé possession de sa cervelle que lorsque le mirage d’homme qui se tenait devant elle avait bien voulu pénétrer dans l’appartement pour se saisir… d’une tablette? Elle avait froncés les sourcils sans dire un mot –c’était préférable, au risque qu’il contact la police pour harcèlement sexuel – inclinant son minois pour lire ce qu’il venait de brandir sous son nez…. SEIGNEUR SOIT LOUÉ. Il était sourd! La vague de soulagement qui venait de la traverser était délicieuse, elle aurait pu danser sur place. Quelles étaient les chances que la vie lui offre un homme incapable d’entendre ses bêtises au moment même où ses systèmes de communications crachaient hein? Plutôt que de lui présenter ses condoléances, ou autre balivernes – elle avait assez longtemps travaillé avec des gens atteints d’un handicap ou d’un autre pour savoir que ce genre de discours était pathétique et mal accueilli, surtout que dans la situation actuelle, elle aurait pu l’embrasser pour célébrer son incapacité à avoir décoder ses conneries (en toute franchise, elle pouvait trouver une dizaine de raisons de l’embrasser, au besoin…), elle avait relevé son minois vers lui – oui, relevé, il était géant, injustice, et de son point de vue de naine, elle n’avait d’autre solution pour le regarder dans les yeux – et lui avait tiré son plus beau sourire – genre, celui qu’elle réservait aux grandes occasions, aux naissances, au mariage, ou à la rencontre fortuite du père de ses enfants… DU CALME LES OVAIRES.

Elle aurait pu voler sa tablette, c’était probablement la raison pour laquelle il l’avait amené, sauf que franchement, elle n’osait pas risquer un contact, même de ses mains aux siennes, de peur que son prochain geste soit de lui sauter dessus… On vous a dit que ça fait des années dde célibat? Ciel! Et sa maudite pompe à sang qui s’emportait, sérieusement… Retrouvant l’usage de ses mains – enfin, autant que possible, elle avait entamé une communication silencieuse, en lui signant – tout en le prononçant à voix haute parce qu’assimiler signe et mots n’était pas spécialement sa force, quoi qu’elle se débrouille très bien, elle était rouillée. « Je suis Nakano Rin. Une………….. amie de Megumi.  »  et lui, c’était qui hein? Une décoration d’appartement? Elle pouvait se commander la même? RIN. Ok ok, déjà que se concentrer sur une communication silencieuse lui demandait un effort énorme de matière grise, le fait qu’il se tienne devant elle n’aidait pas, pas du tout même… elle avait tenté un nouveau sourire timide en regardant ses propres mains, cherchant à se rappeler ce langage qu’elle avait omis de pratiquer depuis un moment.  Elle prit quelques secondes à visualiser les mouvements puis, reprenant, elle se mit à signer à nouveau. « Et vous, à part être un chef d’œuvre de beauté, vous êtes céli------------- qui êtes-vous?  » dieu merci, ses fidèles mains avaient transmis uniquement le ‘’Et vous, qui êtes-vous?’’ faute d’avoir un grand vocabulaire de drague manuelle. Elle avait rougit jusqu’à la racine des cheveux, bien consciente qu’elle déblatérait une tonne de conneries…

Elle avait relevé son minois vers lui, encore, et voilà que ça l’avait heurté de plein fouet…. OH SEIGNEUR. Elle savait parfaitement qui il était ! Crétine! Elle avait la bonne adresse, il était à moitié dévêtu – et elle l’aurait bien aidé à se dévêtir plus – et il était chez Megumi! Clairement, c’était son copain non? Son mari peut-être! OH CIEL. Comment avait-elle pu être bête au point de penser que, des années plus tard, Hiroki et Megumi serait toujours ensemble hein? N’avait-elle pas eu une vie entière aux premières loges des fiascos amoureux de son ainé?!? Sans compter qu’elle avait toujours vu sa belle-sœur comme trop gentille, trop douce pour les idées merdiques de son frère, quelque part, autant elle avait voulu y croire, espérer que Gumi-Chan saurait montrer à tous le bon côté qu’elle connaissait à Hiro, Rin savait que statistiquement, c’était condamné… Sans compter qu’à toute fin pratique, sérieusement, elle pouvait comprendre son amie d’avoir choisis le modèle haut de gamme qui se tenait devant elle, elle aussi, si elle avait à choisir, elle le prendrait lui plutôt qu’Hiro. Pas de toute là-dessus. Elle s’était mordue la lèvre, tentant de dissimuler sa gêne, et sa connerie de baver pratiquement devant le conjoint d’un autre. Elle avait fini par agiter les mains, lentement, très lentement dans un incertain : « Elle reviens bientôt Megumi? Je peux l’attendre dehors… ?  » ou assise sur les cuisses de son hôte, sérieusement, elle n’était pas difficile………… Ah ça non, à voir comment elle l’observait – sans le vouloir – comme une gamine devant une montagne de chocolat, on aurait presque dit qu’elle était facile!


electric bird.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Arakawa Sakuya
avatar


That's my job : Étudiant à temps plein en programmation
That's where I live : Dans un appartement à Uetani, avec sa grande soeur
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Lun 5 Déc - 18:28


SakuRin
Knock Knock who’s there?




Une chance que l’étrange visite à la porte de son appartement n’avait pas pris la tablette sur le champ, ou elle aurait pu voir une conversation virtuelle au potentiel compromettant entre Sakuya et sa meilleure amie Akane. Il n’avait pas tant besoin que la demoiselle devant lui puisse lire qu’il la trouvait mignonne, et encore moins qu’il avait besoin d’aide pour lui faire savoir. Pire, que sa partenaire de crime appelle ses sourires des « Saku Beam », c’était le comble de la honte lorsqu’on essayait d’être le moindre attirant. En temps normal, il s’en serait contrefichu, mais devant une jolie demoiselle, il était cent fois plus conscient du nombre de conneries qu’il pouvait faire en un simple quinze minutes. On sera heureux qu’il ne parle pas, parce qu’avec le lot de non-sens proféré par la petite dame devant lui sans même qu’il ait ouvert la bouche, le résultat aurait été catastrophique s’il avait été en mesure d’en ajouter!

Justement, il semblait bien que la lectrice de sa tablette électronique était soulagée qu’il ne puisse pas discuter directement avec elle. Il était sourd, pas aveugle, et sincèrement, plus perspicace que la majorité des gens. Ceux qui sont dotés de la capacité d’entendre et de communiquer verbalement ne s’en rendent pas tous compte, mais le non-verbal, les actions que notre corps prend subconsciemment, ça parle souvent beaucoup plus que les mots. Des épaules qui se desserrent puis redescendent sous le coup du soupir de soulagement, ça indique bien des choses. Par contre, il devait l’avouer, il ne s’était pas attendu à être celui qui se ferait attaquer par un sourire. C’était son attaque spéciale à lui, de quel droit elle lui volait? S’il la trouvait déjà mignonne, là c’était le comble, elle était carrément irrésistible! C’était assurément elle qui avait reçu toute la beauté chez les Nakano! Il avait beau être considéré par plusieurs comme étant l’Arakawa le moins intelligent, il savait très bien faire 2+2 : !uelle était la probabilité que quelqu’un qui connaît Megumi et qui a le même nom de famille que l’ex petit ami de la Lady Arakawa ne soit pas lié par le sang avec ce dernier??? Bon, on s’entend, Sakuya était loin d’être objectif en parlant de qui était beau dans la famille métissée Sino-japonaise : non seulement il n’avait aucune attirance envers la gente masculine, mais en plus il associait le visage de son ex beau-frère à une noirceur d’âme qu’il ne trouvait pas belle du tout, peu importe combien Megumi avait essayé de le convaincre que ce n’était que des apparences…

Parlant précédemment d’attaque spéciale, elle venait définitivement d’en utiliser une autre qu’il pouvait intituler « Surprise, je sais utiliser le langage des signes! ». Il eut probablement l’air d’un réel abruti avec un retard mental alors qu’il fronçait les sourcils et clignait des yeux avec incrédulité tandis que son regard était braqué sur ces petites mains qui lui signaient des présentations en bonne et due forme. Non mais il rêvait ou quoi?! Une mignonne petite demoiselle se pointe chez lui, ne se choque pas de sa surdité et soudainement sait communiquer en signes? C’était le gros lot! Bien concentré car il voyait qu’elle peinait à se servir des gestes, tout comme quelqu’un qui n’a pas utilisé une langue depuis des lunes, il n’aurait pas compris le nom de sa sœur si cela n’aurait été qu’il l’avait aussi vu sur les lèvres de son interlocutrice. Les noms, c’était fort probablement ce qui était le plus difficile à communiquer en signes, il ne pouvait pas tant lui en vouloir. En même temps, il avait senti une hésitation même dans le mouvement de ses lèvres. « Amie » de Megumi, huh? Pourquoi elle ne le disait pas carrément, ex belle-sœur??? Elle avait peur de se faire expulser? Il n’était pas Hajime quand même! Bon, même le chef de clan ne l’aurait pas expulsée sur la simple base d’un nom de famille. Il était protecteur, pas tyrannique! Bon ça y était, il s’était auto-déprimé à force de penser à son frère comme ça…

Heureusement, une question tout à fait pertinente était venue lui changer les idées. Pertinente et facile à répondre. Qui il était? Il aurait pu répondre bien des choses, mais en même temps, il ne voulait pas attirer des troubles à sa sœur. Il jouait dans un terrain potentiellement dangereux, et s’il disait quelque chose qu’il ne fallait pas, Megumi serait sûrement hors d’elle, ce qui arrivait rarement, mais aussi ce qu’il voulait éviter à tout prix, parce qu’une Megumi fâchée savait faire prendre son trou à n’importe qui.

Bien qu’il avait apprécié l’utilisation de son langage à lui, il se savait comme étant incapable de l’utiliser lentement, et comme il ignorait aussi l’étendue de la connaissance des signes du joli bout de femme devant lui, il s’était dépêché de fermer sa conversation avec Akane et avait repris son application précédente pour écrire. Elle était rouge vif, il allait certainement lui sauver l’embarras dès maintenant! Ou plutôt, c’est ce qu’il espérait, ne sachant pas du tout ce qu’elle était en train de râler comme bêtises.

Merci d’avoir fait l’effort, mais je crois que ça sera plus simple pour vous à l’écrit.
Arakawa Sakuya
….bien évidemment, j’habite ici.


Court et touchant, peu de détails pour éviter de dire quelque chose qu’il n’aurait pas dû. Il était quand même en présence d’une demoiselle dont la présence pouvait avoir l’effet d’une bombe, autant dans la vie personnelle de la jeune fille des Arakawa qu’au travers des papillons dans l’estomac de Sakuya. Écrivant de nouveau rapidement, il hésita un moment, se demandant comment il pourrait réussir à ne pas faire fuir la beauté devant lui tout en s’assurant de ne pas causer d’ennui à sa sœur. Une fois terminé, il retourna la tablette avec un sourire. Akane serait fier de lui, il avait exécuté ses conseils!

Megumi revient dans maximum une heure, elle fait un peu de surtemps à l’hôpital.
Elle trouverait inhumain de faire attendre de la visite sur le palier pendant une heure, entrez-donc.


Il avait attendu qu’elle lise le texte avant de faire un pas pour libérer l’entrée, l’invitant à entrer. Alors qu’il attendait, il ouvrit de nouveau sa conversation avec Akane, lui écrivant à toute vitesse. Ça lui bourdonnait tellement en dedans, il avait franchement besoin d’aide!!!!
luckyred.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Nakano Rin
avatar
Makes love with the staff ~


That's my job : Éducatrice spécialisée, elle travaille principalement avec des enfants autistes.
That's where I live : Dans un adorable petit appartement, en face de la plus cute des gamines! Et de sa wonderwoman de mère.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Ven 30 Déc - 17:15

 
Knock Knock, who's there?
SAKURIN

L’information se succédait à une vitesse folle dans l’esprit de notre bridée, et pour cause : elle s’était mentalement préparée à faire face à son frère, à devoir user de tous ses talents de diplomate pour regagner l’affection d’un ainé qu’elle avait trop longuement négligée. Et si, elle ne s’était pas attendue à un grand succès  dans cette démarche, il va sans dire que sa cervelle avait largement surpassée cet échec anticipé lorsqu’elle s’était retrouvée face à face avec l’incarnation de ses fantasmes les plus fous. Même Roy, dans toute sa splendeur, n’avait jamais réussi à lui couper le souffle comme son vis-à-vis, et en prime, il n’avait même pas eu besoin de parler!

Se tenir bien droit avec un air ahuri avait suffi… En toute objectivité, si Megumi avait largué son frère pour ce spécimen d’homme, elle ne pouvait que lui lever son chapeau. Qui aurait pu résister à ça? Elle s’imaginait se tenir devant le nouveau conjoint de son ex-belle sœur et elle avait besoin de tout son contrôle pour ne pas le draguer. Carrément, il était juste, parfait. Son pauvre cœur tambourinait si fort qu’elle peinait à regrouper ses esprits, et encore plus à agiter ses petites mains pour lui communiquer des bribes d’informations. Déjà que son langage des signes était rouillé, ça n’aidait pas qu’elle ait envie de tout faire avec ses mains sauf de parler… Perverse va! Oh ça suffit!

Les yeux ronds, elle ne pus que lui tirer un nouveau sourire lorsqu’il mit sa tablette à contribution. Elle s’était même hissée sur la pointe des pieds, s’inclinant vers lui, pour lire ce qu’il venait de taper. Son nom. Elle lui adressa un nouveau sourire en murmurant un ‘’enchanté’’ alors qu’elle assimilait l’information obtenue. En temps normal, elle aurait fait 1+1, elle aurait compris, par le nom de famille, qu’il s’agissait du frère de l’occupante des lieux, et non pas de son conjoint seulement… sur le coup, elle peine déjà assez à se souvenir comment respirer, les détails de ce genre lui échappaient clairement. D’ailleurs, juste de se tenir à moins d’un mètre du jeune homme suffisait à bloquer sa respiration et à donner à sa pompe à sang un rythme endiablé.  

Clairement, attendre ici était une erreur. Elle ne voulait surtout pas se mettre sa potentielle seule amie à dos, sous prétexte qu’elle dévorait des yeux son petit ami! Rin s’était motivée à fixer la tablette, tout sauf ce visage qui risquait de faire vaciller ses résolutions. Elle avait délicatement saisit l’appareil en tapant une réponse à l’invitation. « … Si ça ne vous dérange pas, je ne voudrais pas m’imposer.  » puis, elle était pénétrée dans l’appartement. Décidément, elle n’y trouverait pas Hiroki, pas surprenant, il était certaine qu’il ne serait pas resté ici pour assister au premier rang au bonheur de la femme de sa vie. Rin sentait son estomac se nouer, elle aurait dû parler, elle cherchait son frère non? Mais une partie d’elle voulait rester ici, juste un peu, elle avait relevé son minois vers son vis-à-vis, en tapant sur la tablette, à nouveau.

« Vous êtes sur l’île depuis longtemps? Je ne vous ai jamais aperçu avant, je m’en serais souvenu vous êtes vraiment can-------------  » réalisant que même ses doigts ne pouvait être dignes de confiance, elle avait arrêté son geste, effaçant aussi vite que possible le dernier mot. Elle délirait. Vraiment. C’était quoi ce type! Elle avait passé une main dans sa chevelure, nerveuse. Une heure, une heure sans Megumi? Pourrait-elle y survivre? Elle sentait déjà son pauvre cœur en pleine panique, sans parler qu’à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche ou tapait quelque chose, c’était une connerie. Tentant de rattraper le coup – ou de creuser sa tombe, elle avait ajouté sur la tablette un : « Ça fait longtemps que vous vivez avec Megumi?  »


electric bird.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Arakawa Sakuya
avatar


That's my job : Étudiant à temps plein en programmation
That's where I live : Dans un appartement à Uetani, avec sa grande soeur
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Jeu 5 Jan - 22:21


SakuRin
Knock Knock who’s there?




Aucune réponse d’Akane à ses cris de détresse virtuels. Il était vraiment mal pris… Quelle sorte de meilleure amie il avait? Lorsqu’elle a besoin de lui pour avoir un avis sur sa tenue, il était toujours disponible, et la voilà qui ne lui donnait aucun signe de vie, sa montre intelligente ne vibrant pas du tout pour lui indiquer l’arrivée d’un nouveau message. Il aurait bien aimé que sa sœur lui écrive aussi, question de lui dire qu’elle était en route. Il n’avait aucune idée combien de temps il pourrait faire des beaux sourires sans se mettre dans le pétrin en écrivant une bêtise. Une fois que Megumi allait arriver, elle allait pouvoir prendre le relais et il retournerait à sa programmation comme un bon étudiant modèle tout en s’efforçant d’oublier une occasion perdue.

À l’aide!!!

L’ayant laissée entrer, il lui fit signe de la main de prendre place dans le salon, la laissant garder la tablette, tandis qu’il allait rapidement sauvegarder son travail sur son ordinateur portable, se dépêchant de prendre son téléphone pour envoyer un message texte à sa sœur de s’amener les fesses le plus vite possible.

Il y a Nakano Rin ici qui veut te voir. J’ai peut-être gaffé …elle est dans le salon.

Alors qu’il traînait son cellulaire avec lui, il avait regagné le salon, ses yeux suivant instinctivement l’énorme cadre contenant de multiples photos des jumeaux et lui-même ensemble. C’était probablement leurs plus récentes photos avec Hajime… parlant de son frère, il dirait quoi s’il voyait Sakuya autant embarrassé à cause d’une fille????

Alors qu’il prenait place dans le divan, il vit la tablette tournée vers lui, deux questions bien directes y étant inscrit. Une des questions, c’était la logique même. Probablement que la jeune Nakano venait d’apprendre qu’ils habitaient l’île et elle se demandait combien de temps ils avaient été là sans qu’elle le sache. L’autre question… elle était vraiment absurde. Il s’était présenté comme étant un des Arakawa, et elle lui demandait depuis combien de temps il habitait avec Megumi… Elle avait compris quelque chose que lui-même n’avait clairement pas capté.

Alors qu’il reprenait la tablette pour taper sa réponse, sa montre vibra et il vit sur son cellulaire que sa sœur lui avait répondu. Levant un doigt en l’air à son interlocutrice par écrit pour lui faire comprendre d’attendre un peu, il prit son cellulaire avec des doigts tremblants. S’il te plaît, Megumi, arrive vite, ça ne devient vraiment pas drôle!

Lin? T’es sérieux?
Aucun problème qu’elle soit dans le salon, pas de panique Saku-chan. Je viens de sortir de l’hôpital, donne-moi 15 minutes ok chéri?


À dans 15, Nee-chan.

Bon. C’était toujours ça de réglé! Par contre, il devait encore passer 15 minutes à se contrôler et ne pas avoir l’air d’un imbécile fini. Vite, la tablette! Mademoiselle Nakano avait posé une question, ce n’était pas poli de ne pas répondre, quand même Sakuya, c’est pas avec de telles manières que tu vas bien paraître. Hajime aurait dû lui apprendre comment plaire aux filles, c’est pas ça le boulot d’un frère aîné?

Megumi vient d’écrire. Elle arrive dans environ 15 minutes.
Il y a déjà quelques mois que nous avons emménagés, ça ne fait pas énormément longtemps que nous sommes bien instaurés, Megumi avec l’hôpital et moi l’université…
Ça a fait 25 ans le 24 octobre dernier :)


Bravo champion, l’art de soudainement cracher ta date de fête et ton âge juste pour le plaisir de faire une bonne blague! … Akane n’avait qu’à lui répondre.
luckyred.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Nakano Rin
avatar
Makes love with the staff ~


That's my job : Éducatrice spécialisée, elle travaille principalement avec des enfants autistes.
That's where I live : Dans un adorable petit appartement, en face de la plus cute des gamines! Et de sa wonderwoman de mère.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Jeu 5 Jan - 23:29

 
Knock Knock, who's there?
SAKURIN

D’ordinaire, Rin avait une grande confiance en sa retenue, après tout, dans son corps de métier, il n’était pas rare qu’on joue avec ses nerfs, que quelques intervenants moins doués avec ses patients lui donnent envie de les étrangler sur-le-champ pour leur brusquerie… d’ordinaire, elle savait très bien garder son calme … pas quand ses ovaires étaient impliqués, voilà ce qu’elle constatait à présent. Sa gorge était nouée, et elle devait se faire violence pour ne pas déblatérer une interminable liste de conneries, alors qu’il la laissait entrer en l’assommant d’un sourire. Et ce sourire! Pour l’amour du ciel, son cœur avait zappé un battement rien qu’à le voir, elle avait certainement cessé de respirer, foudroyée par un tel charme. Avait-il au moins conscience que de la laisser entrer, c’était s’exposer à un agresseur en devenir – du haut de sa taille de naine - ? Elle ne pouvait pas jurer qu’elle ne s’approcherait pas un peu trop, qu’elle n’aurait aucune question déplacée… Elle ne pouvait qu’espérer que Megumi arrive vite, assez vite pour lui couper nette l’envie de se jeter sur son nouveau conjoint.

Si elle avait pensée être triste de savoir que son ancienne belle-sœur avait laissé son frère, elle était loin de se douter qu’elle serait drôlement inconsolable de savoir qu’elle avait retiré un spécimen unique du marché de mâle célibataire… modèle qui respectait traits pour traits la commande que Rin aurait passée! Elle s’était assise sur le divan, en tentant de contrôler sa maudite pompe à sang, il ne fallait surtout pas dire n’importe quoi, elle devait penser à ses questions et pour la peine, elle n’était que crispée, profondément gênée, et, pour être certain de ne pas l’aider dans sa panique, il avait délicatement saisit la tablette de ses mains, reprenant cette proximité qui ne lui permettait pas de penser normalement, alors qu’il répondait à sa question…. D’une bien drôle de façon. Elle avait repris la tablette en clignant des yeux, comme une idiote…

… Il était tellement beau! Elle ne pouvait pas penser clairement, il pourrait être un tuberculeux démoniaque qu’elle en serait totalement éblouie, comme quoi, l’air de grand niais est la route vers le cœur d’une mi-chinoise… Rin avait penché la tête pour lire ses précisions… Ah… Gumi arrivait et…………. Hein? 25 ans? Voilà ce qu’elle avait murmuré en le fixant, totalement choquée par cette nouvelle découverte…. Et par le 2+2 qu’elle venait enfin de faire. Son air perplexe passa d’abord par l’analyse, puis par la grande révélation alors que son regard fouineur se posait sur une photo de famille. BINGO ! Elle avait pris la tablette, sans contrôler ses conneries, sans penser, et s’était mise à agiter ses petits doigts, sans même faire attention à ne pas effleurer ceux du garçon, ce qui la fit rougir d’autant plus. « AH! ARAKAWA !  »  … en majuscule? Vraiment? T’as pas l’air assez conne de le fixer comme la plus grande merveille du monde, tu vas nous faire le caplock en prime? …. Il semblerait!

Elle s’était levée d’un bond, comme une malpolie et s’était mise à faire le tour du salon, sans demander, en fixant longuement les photos de famille d’un air intrigué, pendant… un bon dix minutes, avant de revenir s’assoir près de lui, plus calme, et certainement plus gênée. Elle avait alors tapé, délicatement cette fois : « Megumi c’est ta sœur alors! Pas ta femme!  »  … Relâchant la tablette – et sa cervelle par la même occasion, elle avait omis de réfléchir et avait attrapé les mains du jeune homme dans les siennes, plongeant son regard dans le sien en prononçant, sans vraiment se souvenir, sur le coup, qu’il ne pouvait pas entendre…au moins il lui faisait face? Peut-être lirait-il sur ses lèvres? « T’es célibataire alors?  » … Triple idiote! Tu peux faire pire que lui tenir les deux mains, avancer ton minois vers lui en le scrutant pour mieux le voir, sans arrière pensés autres que de le regarder………lorsque la porte d’entrer s’ouvrit… Super.


electric bird.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Arakawa Megumi
avatar


That's my job : Infirmière... dire qu'elle aurait pu être médecin!
That's where I live : Dans un appartement à Uetani avec son petit frère
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Ven 6 Jan - 0:12


SakuRin
+ guest appearance of Gumi
Knock Knock who’s there?




Lorsqu'elle avait vu le texto de Sakuya, Megumi devait admettre que le coeur lui avait arrêté. Nakano Rin, dans son salon avec Saku-chan? C'était une blague? Apparemment pas... Devinant un peu trop bien que son cadet était dans tous ses états juste par sa façon de lui écrire son texto, Megumi avait décidé de laisser tomber ses plans d'arrêter chercher des sushis pour le souper et elle avait fait un aller simple pour la maison.

Sakuya était nerveux, ce qui l'étonnait encore plus. Elle s'attendait plutôt a ce qu'il soit hostile, il n'était pas imbécile, il aurait vite fait de comprendre de qui Rin était la soeur, et si Hajime avait bien fait son travail sur une chose plus que toutes les autres, c'était de s'assurer que Sakuya déteste profondément Hiroki même si les deux ne s'étaient jamais rencontrés... Alors pourquoi au lieu de lui avoir dit de revenir une autre fois, le plus jeune Arakawa avait invité la cadette Nakano au salon et étrangement s'était rendu les nerfs à vif en même temps?

Elle aurait couru si elle avait pu, mais elle n'avait pas du tout les bonnes chaussures aux pieds pour cela... Le 15 minutes lui sembla une éternité. Montant les escaliers menant au logement deux par deux, elle avait presque défoncé la porte une fois rendue au bon palier. Elle avait besoin de trouver son frère et savoir ce que Rin faisait là. Entrant dans l'appartement en appelant le nom de son petit frère par pur réflexe, il avait été plus fort qu'elle que d'entrer et s'imposer dans le salon rapidement, manteau encore sur le dos, bourse sur l'epaule et cellulaire dans la main.

....Rin était apparemment en train de demander Sakuya en mariage, si Megumi se fiait à la première vue qu'elle avait de la scène.

" Rin, tu parles d'une surprise!!"
luckyred.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Arakawa Sakuya
avatar


That's my job : Étudiant à temps plein en programmation
That's where I live : Dans un appartement à Uetani, avec sa grande soeur
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Lun 23 Jan - 20:58


SakuRin
+ guest appearance of Gumi
Knock Knock who’s there?




La réaction qu’il eut à sa blague ne fut certainement pas celle à laquelle Sakuya s’attendait lorsqu’il l’avait inscrite. Premièrement, s’il avait pensé qu’elle avait capté qu’il était le dernier tiers de la plus récente branche des Arakawa, il venait d’avoir la confirmation que ce n’était pas le cas. Deuxièmement, il ne pensait pas qu’en lui arrachant la tablette, la jeune femme allait lui écrire - en majuscule, attention - son nom de famille à lui... et oui, il était un Arakawa, elle s’attendait à quoi, il lui avait déjà dit, non?

Alors qu’elle se levait du divan comme s’il avait pris feu, et par le fait même laissant Sakuya et la tablette choir sur place, ni le jeune homme ni l’objet n’étaient affectés par un quelconque changement de température quelconque. Enfin, peut-être pas, mais Sakuya devait être franc avec lui-même et ne pas blâmer l’invisible feu de divan pour ses bouffées de chaleur. Il avait toujours pensé que son type de demoiselle serait des filles comme Megumi, considérant combien il tenait en estime et adorait profondément son unique sœur… mais le voilà qui ne pouvait pas s’empêcher d’observer l’invitée du salon alors qu’elle-même détaillait les photos qui ne faisaient que prouver que les deux plus jeunes Arakawa tiraient des mêmes gènes. …Elle rentrerait bien dans ses bras, non? Se rappelant à l’ordre avant que Rin ne le surprenne à la dévorer du regard, il avait secoué la tête et regardé l’heure sur son téléphone. Nee-chan arriverait bientôt, non? Ça faisait maintenant une dizaine de minutes qu’elle lui avait dit qu’elle arrivait…

Il avait été extirpé de ses questionnements par rapport à l’arrivée imminente de sa sœur par le mouvement du divan qui se creusait légèrement plus avec le retour de la cause de la nervosité du malentendant. Relevant la tête, il la vit taper de nouveau sur la tablette. Se mordillant la lèvre nerveusement, il avait attendu le temps qu’elle écrive. Il devait admettre qu’il ne laissait pas tout le monde prendre la tablette comme bon leur semblait… Elle avait coûté cher à obtenir, et il ne pensait pas pouvoir s’en payer une nouvelle de sitôt. D’habitude il le mettait dans les mains des gens et la leur reprenait une fois sa réponse obtenue… il ne la laissait pas là pour être utilisée sans aucune limite…

…ni pour écrire des bêtises. Megumi, sa femme? Ok, il avait déjà exprimé en toute innocence un désir de marier sa sœur lorsqu’il n’avait de 3-4 ans, mais ce n’était que des mots d’enfants, rien de quoi en faire des questionnements, mais apparemment il ne ressemblait pas assez à sa sœur et avait carrément passé pour son conjoint. Clairement Miss Nakano ne connaissait pas assez les dégâts causés par son propre aîné, elle aurait su que Megumi avait le cœur beaucoup trop cassé encore une demi-douzaine années plus tard!

Alors qu’il voulait répondre, la tablette avait disparu et ses mains étaient retenues par de plus petites qui avaient plus de poigne qu’il ne s’y était attendu. Soudainement, il voyait les lèvres de la jeune femme s’activer mais il n’avait pas eu le temps de se concentrer, il n’avait rien capté… il était sensé répondre comment, il ne lisait pas assez sur les lèvres pour avoir compris, la tablette était rendue trop loin et ses mains étaient captives, donc impossible de signer qu’il ne comprenait rien! Pourquoi elle se rapprochait autant, d’ailleurs?! À l’aide!

Heureusement, l’aide était arrivée en moins d’une minute plus tard, la main de Megumi lui indiquant qu’elle était arrivée, le simple geste l’ayant fait sursauter. Les yeux ronds, il avait tourné sa tête vers son aînée, espérant qu’elle comprenne à quel point il était heureux qu’elle le sorte de sa panique.
luckyred.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Nakano Rin
avatar
Makes love with the staff ~


That's my job : Éducatrice spécialisée, elle travaille principalement avec des enfants autistes.
That's where I live : Dans un adorable petit appartement, en face de la plus cute des gamines! Et de sa wonderwoman de mère.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Mer 25 Jan - 14:28

 
Knock Knock, who's there?
SAKURIN

Qu’est-ce qui se passait avec elle hein? On aurait dit que sa cervelle venait de prendre un allé simple pour l’étranger et qu’elle la laissait sans aucun soutient devant un homme qui avait vraisemblablement le pouvoir surnaturel de mettre de bouillie le peu de jugement qu’elle avait encore – une denrée très rare quand votre nom de famille est Nakano. Normalement, Rin était imperturbable, son choix de carrière l’obligeant, elle demeurait de glace devant à peu près toute situation et savait conserver un calme plat, réfléchir, ne surtout pas être impulsive… elle aurait du mal à défendre ces traits de personnalité alors qu’à peine vingt minutes après avoir rencontré le plus jeune des Arakawa, la voilà qui se saisissait de ses mains en célébrant de façon un peu trop intense la réalisation qu’il n’avait pas épousé Megumi…  

Sa mauvaise foi blâmerait ses réjouissances sur la constatation que c’était toujours possible pour elle de récupérer son ancienne belle-sœur… la vérité était tout autrement. Il y avait quelque chose dans l’air un peu choqué de son vis-à-vis qui lui retournait les entrailles en forçait sa pompe à sang à battre à tout rompre. Des hommes canons, elle en avait déjà vu, plus d’un, mais ça c’était un tout autre niveau, et s’il avait le malheur de lui sourire à nouveau, elle allait certainement s’évanouir… Finalement, elle aurait peut-être dû attendre dehors, elle n’était pas certaine de pouvoir contrôler ses paroles et, de ce fait, éviter d’avoir l’air encore plus idiot qu’elle ne se sentait en ce moment précis. Heureusement pour elle et ses nouvelles pulsions de prédateur d’Arakawa, la porte d’entrée se fit ouvrir, lui tirant un sursaut incontrôlé alors qu’elle pivotait pour découvrir Megumi…

Pourquoi t’as l’air si choquée crétine? Forcément qu’elle est ici, c’est un peu chez elle hein… Accrochant un franc sourire sur son minois – elle était réellement heureuse de la voir après tout ce temps, après tout, ce petit bout de femme avait probablement été sa seule amie du sexe opposé, et la seule bribe d’un futur convenable qu’elle ait pu entrevoir pour son frère. « Gumi-chan! J’y crois pas! Ça fait tellement longtemps!  » Elle s’était levée, réalisant en tentant de fuir qu’elle n’avait toujours pas relâché les mains de son otage masculin. Merde. Sous l’effet de la réalisation, elle avait prestement libéré Sakuya en rougissant jusqu’à la racine des cheveux.

« C’est pas ce que tu crois Megumi j’étais pas…. Pas sur le point de demandé ton frère en mariage!  » … Encore plus écarlate, elle avait décidément convenue de creuser sa tombe, encore plus quand, totalement subjuguée par le regard en coin qu’elle avait posé sur le jeune homme, elle avait décidé de le rassurer en formulant avec ses petits mains délicate, cette même affirmation qu’elle ne s’apprêtait pas à lui faire une demande en mariage… Ok. On veut bien croire qu’elle avait une déformation professionnelle, genre, énorme, et qu’elle ne pouvait s’imaginer une seconde avoir une discussion avec Megumi sans au moins traduire pour le pauvre témoin, mais… ça c’était nécessaire? Dieu merci, lorsqu’elle fit face à la demoiselle, déterminée à augmenter d’un cran sa connerie, elle avait ajouté, sans bouger les mains. « Enfin sauf s’il dirait oui … alors là j’pourrais le faire parce qu’il est vraiment ca-----------  » …. Ok. Elle était bête, elle avait rougit de plus belle en déglutissant. « Désolée. Pas important.  » Un pas, puis un autre vers Megumi et voilà qu’elle la serrait dans ses bras avec un sourire. « Tu m’as manqué! Alors pas le choix, quand j’ai su que tu étais sur l’île aussi… je t’ai traqué comme une vraie maniaque. Tu me pardonnes?  »


electric bird.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Arakawa Megumi
avatar


That's my job : Infirmière... dire qu'elle aurait pu être médecin!
That's where I live : Dans un appartement à Uetani avec son petit frère
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Sam 28 Jan - 8:38


SakuRin
+ guest appearance of Gumi
Knock Knock who’s there?





« 7 ans c’est assez longtemps, oui… »

Si Megumi ne connaissait pas le côté impulsif et complètement enclin à faire des conneries de socialisation que possèdent les Nakano, elle n’aurait clairement pas pris aussi bien de voir une fille se tenir si près de son précieux frère cadet. Sakuya était de la même couleur qu’une tomate à pleine maturité, et l’infirmière le connaissait assez pour savoir que s’ils étaient seuls tous les deux, elle aurait entendu une plainte sortir de cette gorge sous-utilisée, par contre en présence de Rin, il ne ferait rien du tout autre que tourner tranquillement au cramoisi alors qu’il était presque tiré hors du divan par le mini bout de femme qui déplaçait plus d’air que lui – ce qui était une chose rare lorsqu’on savait comment il est fauteur de trouble.

« J’espère pas, je m’y serais farouchement opposée. Tu ne sais pas dans quoi tu t’embarquerais, jeune fille.
»

Un sourire en coin, la seule Arakawa féminine s’était approchée de Sakuya et lui avait déposé un baiser sur le dessus de la tête dans son habituel signe de salutation lorsqu’elle revenait à la maison, sentant même à travers ses cheveux combien il était gêné, la chaleur sortant de sa tête toute rouge étant encore pire lorsque Rin avait décidé – en parfaite connerie Nakano – de faire une traduction en signe de sa déclaration de non demande en mariage. Sakuya avait été célibataire toute sa vie, pouvons-nous lui donner un minimum de chance de suivre?

« …canon? Oui je sais, c’est le plus beau sur Terre. Par contre je ne suis pas tant prête à le partager, sais-tu... »

Autant jouer le jeu et en profiter pour dire comment elle se sentait réellement. Elle les savait impulsif les Nakano, Hiro plus que Rin assurément, mais elle ne voulait pas tester ce que ça donnerait si Rin se retrouvait à envahir la bulle si bien formée de Sakuya.

« Tu dois savoir autant que moi que les sourds n’ont pas la même perception du monde que toi et moi. »

Elle n’avait pas eu le temps d’ajouter un mot de plus et elle se retrouvait étreinte. Elle devait admettre que c’était mieux elle que Sakuya. Parlant du bébé des Arakawa, il avait rapidement signé qu’il retournait à ses devoirs et avait pris le chemin de la salle à manger d’un pas beaucoup plus rapide qu’à l’habitude. Oh ce qu’il devait aimer ses grandes jambes en ce moment… Elles ne servaient pas qu’à emmerder Hajime, apparemment!

« Tu m’as manqué aussi. Mais je suis perplexe… ton frère m’a dit que tu avais décidé de rester sur le continent? Que fais-tu ici? Il ne sait clairement pas que tu es ici… »

Cela ne faisait pas assez longtemps que Megumi avait vu Hiro pour la dernière fois, elle en aurait entendu parler s’il avait su que sa sœur était sur l’île. Se rappelant que son ex-petit-ami avait mentionné sa propre sœur comme référence que tout allait bien sur le continent, les yeux de la presque-trentenaire s’étaient arrondis en une réalisation soudaine : Si Rin avait choisi de venir sur l’ïle, ça ne devait vraiment pas bien aller sur le continent! Oh bon sang, Hajime!

« Dis-moi, c’est comment de l’autre côté??? »

Elle devait le demander pendant que Sakuya ne pouvait pas la voir.

luckyred.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Nakano Rin
avatar
Makes love with the staff ~


That's my job : Éducatrice spécialisée, elle travaille principalement avec des enfants autistes.
That's where I live : Dans un adorable petit appartement, en face de la plus cute des gamines! Et de sa wonderwoman de mère.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Dim 5 Fév - 14:35

 
Knock Knock, who's there?
SAKURIN

Elle avait définitivement un don pour la stupidité, c’était carrément impossible, sinon pourquoi creuser sa tomber en annonçant qu’elle ne venait dans ces lieux demander la main du cadet… n’importe qui ayant un cerveau fonctionnel aurait tiré d’autres conclusions que celle-là. « M’embarquer… ? Pfff ! Juste pour la belle-famille qui vient avec, je pense que ça serait un bon vendeur… Mais c’est bon, j’ai compris, je vais éviter de baver devant ton frère è.é mais tu lui diras de plus sourire, sinon ce n’est pas du jeu  !  » Un sourire amusé avait flotté sur ses lèvres, comment sauver la face… un peu, en rappelant à sa vis-à-vis que s’il y avait eu un truc de positif du temps qu’elle avait perdu avec Hiro, c’était certainement cette amitié-là. Rin n’aimerait jamais une belle-sœur comme elle avait aimé Gumi, alors son frère avait intérêt à ramper et à lui ramener cette pierre précieuse. Parce que toute autre prétendante serait accueillie avec sarcasme et mauvais coups! Si elle mourrait d’envie d’en apprendre un peu plus sur le mystérieux gagnant de Mr-Smile-Colgate-2017, Rin avait préféré ne pas s’enfoncer… pour l’instant!

Et devant la réponse non-équivoque de son ancienne belle-sœur – elle ne voulait pas partager, ok -, elle avait cru plus prudent de tourner sa langue dans ajouter un mot, pendant que la source de tous ses émois quittait le salon. Au moins, elle apprenait de ses conneries? Ses joues étaient écarlates et elle tentait de regagner un minimum de calme, chose beaucoup plus facile maintenant que le géant de sex-appeal n’était plus dans son champ de vision. Franchement, elle ne s’impressionnait pas, un seul regard et sa pompe à sang faisait des vrilles dangereuse, elle ne le connaissait même pas! Alors pourquoi avait-elle cette maudite sensation au creux du ventre que ce modèle-là, ce spécimen si brièvement entrevu, c’était sa copie unique juste à elle? C’était bête!

Encore plus bête, c’était cette déception qui l’avait envahie alors qu’il disparaissait. Sans qu’elle ait pu demander son numéro! Elle avait chassé sa déception en se concentrant sur la demoiselle devant elle. C’était préférable, plus sage, de toute façon, ne s’était-elle pas promis, en échappant aux griffes de Liang, que les hommes, c’était fine pour toujours. Il avait suffi d’un faux tuberculeux pour la faire chavirer! Pfff. Elle avait relevé son minois vers Megumi alors qu’elle était apparemment rendue dans un discours sur les différences entre les sourds et les autres, notre naine avait haussé un sourcil en inclinant la tête. « Et en quoi une perception différente est problématique?  » … Ah la naïveté, mais pardonnons là, elle travaillait avec des différences, ça ne la bouleversait pas vraiment, pas du tout même, elle en venait à ne plus vraiment les remarquer. « Je dois te rappeler que j’ai un frère parfaitement entendant et je suis à peu près certaine que lui faire comprendre un truc est plus compliqué que si j’essaie de traduire un manuel scientifique en langage des signes pour le tien! …    »

Rin avait finalement relâché sa vis-à-vis, observant son minois anxieux alors qu’elle la questionnait sur l’ancien contient. Rin avait passé une main dans ses cheveux en prenant une bouille songeuse. Elle se doutait bien de la direction que prenait cette conversation, et elle était partagée entre l’idée de mentir pour protéger Gumi, ou celle de la franchise… C’est avec un soupire et un sourire rassurant qu’elle avait opté pour la franchise. « Franchement, ce n’est pas SI horrible… si c’était juste de moi, j’y serais encore…  » elle avait forcé un sourire rassurant avant de guider son amie vers le divan de salon. « Les gens sont pauvres, mais franchement, il y a beaucoup d’entre aide … chacun fait sa part.  » … elle aurait aimé arrêter là, mais elle savait que Megumi ne lui pardonnerait jamais. « Le pire, c’est les services… les hôpitaux sont pleins, la quasi-totalité des médecin a fichu le camp…  » elle avait délicatement posé ses mains sur ses cuisses avant de relever son minois. « Ce n’est pas dangereux ou rien, à moins de se frotter aux mauvaises personnes, comme partout. J’y retournerais … vraiment. Mais avec la situation actuelle… ils sont tellement sélectif sur qui peut grimper sur le bateau… y retourner, ça serait y rester….  » Rin avait pris une pause avant de demander, doucement, un murmure. « Tu as des gens chers là-bas ?  »


electric bird.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Arakawa Megumi
avatar


That's my job : Infirmière... dire qu'elle aurait pu être médecin!
That's where I live : Dans un appartement à Uetani avec son petit frère
.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   Jeu 9 Fév - 0:32


SakuRin
+ guest appearance of Gumi
Knock Knock who’s there?





Bien entendu que Rin saurait quoi lui répondre. La répartie était un talent que la sino-japonaise n’avait pas obtenu d’un gachapon, son frère était pareil, Megumi aurait dû s’attendre à avoir une réponse complètement logique et passablement réfléchie… Enfin, autant qu’une fille pouvait être réfléchie devant la beauté naturelle de Sakuya…

« Tu sais, je ne suis que la belle partie de la belle-famille. »

Hajime était reconnu pour ne pas aimer quiconque approchait trop Megumi ou Sakuya, son rôle de chef de clan pris beaucoup trop au sérieux. Megumi, tant qu’à elle, bien que ultra protectrice de son chéri petit frère, savait très bien qu’il aurait tôt ou tard besoin d’être aimé par une femme qui ne serait ni elle, ni leur mère.

« J’ai des mauvaises nouvelles pour toi : le jour où il va arrêter de sourire ce sera parce qu’il va être dans un très mauvais état. »

Personne n’appréciait la vie comme Sakuya. Il n’y avait pas grand-chose qui l’affectait suffisamment pour qu’il cesse de sourire. Megumi les connaissait toutes par cœur, mais elle connaissait surtout les trois plus importantes : un événement négatif dans la famille, se sentir inférieur en raison de sa surdité et lorsqu’il tombait malade. Le troisième était probablement le pire, les hommes du clan Arakawa ayant les pires systèmes immunitaires que Megumi ait vus chez des non immuno-déficients.

« Je veux juste te prévenir de ne pas trop envahir sa bulle. Surtout au niveau du toucher, c’est pas mal avec cela qu’il compense pour son absence d’ouïe. »

Traduction : Que je ne te reprenne pas à lui prendre les mains sans qu’il s’y attende, il était clairement pas à l’aise tout à l’heure.

« Ton frère est un domaine où j’ai cessé d’essayer de comprendre comment ça fonctionne. »

Aussi bien garder cela comme ça. D’une oreille distraite, elle entendait Sakuya taper à une vitesse monstre sur son clavier d’ordinateur, se doutant bien qu’il faisait son possible pour rattraper son retard. Bien. Elle le savait tellement intelligent qu’il ne se forçait pas à moitié pour ses devoirs, un peu d’effort ne lui ferait pas de mal. D’ailleurs, s’il était occupé, il ne viendrait pas et ne tomberait pas sur la conversation au sujet du continent – qui sait à quel point il a appris à lire sur les lèvres, celui-là.

« Je vois… »

Elle n’aimait pas trop ce qu’elle entendait. Hajime avait une santé de merde, s’il tombait malade et elle n’était pas là pour en prendre soin…
Elle aurait aimé ne pas avoir à en parler, mais elle avait posé la question et maintenant Rin en posait une à son tour, ce qui était totalement normal.

« Mon jumeau. On n’avait pas de quoi venir tous les trois, il a préféré que je parte avec Sakuya… Il est sensé venir nous rejoindre, mais chaque jour qui passe et Hajime manque à Sakuya et moi je deviens de plus en plus inquiète pour lui… »

luckyred.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Contenu sponsorisé


.
.
.

MessageSujet: Re: Knock Knock who’s there? - SakuRin   



Revenir en haut Aller en bas
 

Knock Knock who’s there? - SakuRin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» *knock-knock* Je peux entrer...?
» Knock knock, who's there ?
» [KERNEL] Bricked-Kernel Hammerhead - Sweep2wake | KnockKnock/Dt2w [13.12.2013]
» Knock Knock (2015,Eli Roth)
» Knock Knock (Eli Roth) - 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Welcome to Nikkou :: Uetani :: Résidences-