AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Brand New World |#| KAREN&MIRAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
.
.
Kang Mi Ran
avatar


That's my job : sage femme, enfin, actuellement à la recherche d'un poste stable dans un hôpital de l'île.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Brand New World |#| KAREN&MIRAN   Mer 2 Nov - 14:49

Dans la chambre résonnaient les gazouillis du bébé alors que Mi Ran, installée en tailleur sur le matelas qu’elle avait déposé au sol, parcourait du regard les différentes pages d’un livre qu’elle avait acheté avant son départ. La lecture était intéressante, mais elle craignait d’en venir à bout trop vite : tant qu’elle n’avait pas trouvé de travail afin de subvenir à ses besoins, elle ne pouvait se permettre de dépenser trop d’argent. Il en allait de la survie de sa petite fille, de la sienne également. Le gaspillage superflu, elle l’avait en horreur depuis toujours.

Quand le bébé se mit à pleurer, Mi Ran abandonna le matelas sur lequel elle se trouvait, prenant appui sur le parquet afin de se redresser. Il était l’heure pour la petite de manger quelque chose. Elle tira paresseusement sur le training gris clair qu’elle portait, puis se dirigea vers la cuisine afin de préparer un biberon pour sa petite princesse.

Les placards étaient à moitié vide. Elle n’avait emporté avec elle que le strict nécessaire et n’avait pas encore eu l’occasion de se rendre dans un commerce, comme ceux-ci étaient tous fermés lorsqu’elle était arrivée. Le plus important était là : quelques paquets de nouilles instantanées, un reste de kimchi qu’elle avait emballé soigneusement et qu’elle grignotait lorsque son estomac le lui réclamait et, au milieu d’autres boîtes et conserves, une boîte hermétique qui contenait le lait en poudre dont elle se servait pour préparer les repas de la petite.  Se hissant sur la pointe des pieds, Mi Ran se saisit de la boite en question et la posa sur le plan de travail avant de l’ouvrir.
Vide. Elle n’en disposait plus.

Ses dents s’enfoncèrent doucement dans la chair de sa lèvre inférieure et elle ouvrit l’armoire voisine, espérant y trouver la seconde boîte de la précieuse poudre. Sans succès. Avait-elle omis d’emporter la deuxième ? N’en avait-elle acheté qu’une ? Elle jeta un regard inquiet en direction de la chambre dont provenaient les cris de l’enfant en bas âge. La laisser pleurer ainsi était cruel, elle ne pouvait le supporter.

Sans attendre, Mi Ran entra dans la pièce, s’approcha du petit lit où s’agitait le bébé éveillé et, avec toute la délicatesse du monde, vint caresser son crâne du bout des doigts en s’exprimant d’une voix douce.

« Maman revient ma chérie, j’ai une course à faire. »

Ses lèvres rencontrèrent rapidement le front du bambin et, en training et pantoufle, elle abandonna l’appartement pour partir à la recherche de l’appartement dont elle avait entendu qu’il abritait une jeune mère. Peut-être possédait-elle de quoi l’aider ? Elle vérifia d’un coup d’œil que la porte était correctement fermée et, une fois devant la porte en question, elle tira sur deux mèches de sa queue de cheval afin de la resserrer.

Quand elle eut frappé à la porte, elle attendit qu’on vienne lui ouvrir, un large sourire aux lèvres.

« Bonjour, je suis désolée du dérangement, je suis nouvelle dans l’immeuble et je me demandais si vous étiez bien madame Oh ? » Sa voix tremblait un peu. L’idée d’avoir laissé l’enfant seule l’inquiétait profondément. Elle devait faire vite. « J’ai entendu dire que vous aviez un enfant et je suis à court de lait en poudre… »Admit-elle finalement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Hwang Karen
avatar
Admin ♦ belongs to Chonchon


That's my job : Neurochirurgienne
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Brand New World |#| KAREN&MIRAN   Jeu 3 Nov - 21:38

Cela faisait un moment désormais que Karen habitait l’île et elle s’y était habituée. Elle s’était habituée à chacun de ces sourires, à chacun de ces beaux paysages qui la berçaient, à la chaleur de chacun des habitants cependant probablement que cela n’effaçait pas certaines séquelles du passé. Bien qu’elle était désormais passée à autre chose, qu’elle avait une merveilleuse petite fille qui occupait son existence et qui en plus de la rendre heureuse, la rendait de plus en plus fier chaque jour, la jeune femme n’était pas en mesure d’oublier ces années qui lui avaient arraché un bout de son âme. Elle essayait de ne plus y songer mais à chaque fois qu’elle était et qu’elle observait son reflet dans le miroir, les images de cette époque défilait dans son esprit, lui rappelant cette fille misérable qu’elle était, ce que cet homme avait fait d’elle et que si elle l’avait sous les yeux, elle aurait tant se venger de toute l’humiliation que ce dernier lui avait causé. Les années s’étaient écoulées, elle ne l’avait jamais recroisé et c’était sûrement mieux ainsi. Parce qu’elle n’avait pas envie de le revoir, elle n’avait pas envie de l’affronter ni que Mizuki rencontre ne serait-ce qu’une fois le regard de son père. Ce dernier était le mal, la malédiction incarnée, il ne méritait aucunement son attention et aussi cruel que cela puisse être, Karen espérait qu’il était en train de souffrir en enfer. Après tout ce qu’il avait causé autour de lui, il n’avait pas le droit au bonheur et elle ne le lui souhaitait pas. Par sa faute, elle avait retrouvé ses sentiments piétinés, sa dignité, son âme et il n’y aurait pas un jour où elle parviendrait à oublier ses moments difficiles à l’université, ses moments où elle aurait espéré qu’il l’aide, qu’il la soutienne mais lui n’avait fait que l’enfoncer. C’était la triste réalité... Une réalité qui était toutefois terminée aujourd’hui et que la demoiselle devait sérieusement arrêter d’y penser.

Se tapotant les joues, elle détourna ses prunelles du miroir de la salle de bain pour finalement, enfiler son pyjama puis quitter la pièce. Elle passa un instant dans la chambre de sa fille, s’assurant que celle-ci allait bien et la laissant jouer avec ses poupées, elle s’échappa dans la cuisine de manière à leur préparer à dîner. Tout était presque prêt lorsqu’on sonna à sa porte. Plutôt étonnée, Karen arqua un sourcil, se demandant qui cela pouvait bien être puis dans un « J’arrive ! » qu’elle prononça assez fortement afin qu’on l’entende, elle se rinça les mains, se dirigeant à son entrée ensuite. Ses pupilles s’arrondirent quelque peu face à la jeune fille qui se tenait sur son palier et qui lui était tout bonnement inconnue. Elle ne l’avait jamais croisé auparavant... Est-ce qu’elle vivait ici ? Comme si cette dernière avait pu entendre sa question muette, elle lui donna les explications manquantes et la doctoresse ne put que sourire doucement à sa demande.

- Je ne suis pas Madame Oh, je suis Madame Hwang mais entrez je vous prie, je vais aller voir s’il m’en reste.

Sur ses dites, la demoiselle se décala pour laisser rentrer sa voisine, la guider au salon et lui dire qu’elle revenait. Mizuki raffolait du lait en poudre... Elle aimait le lait normal également néanmoins pour son petit déjeuner, elle préférait l’autre. Petit à petit, Karen tentait de diminuer les doses de façon à ce qu’elle ne s’habitue pas trop à boire que du lait pour bébé et elle commençait seulement à apprécier l’autre. Farfouillant dans ses placards, elle en trouva un entamé et un neuf. Elle garda celui déjà ouvert pour elle puis se saisit de l’autre paquet ensuite, rejoignant sa nouvelle voisine dans le salon.

- Vous avez de la chance, Déclara la jeune femme dans une esquisse discrète avant de lui tendre la boîte, Ma fille aime ça donc je lui en achète de temps en temps. Cela fait longtemps que vous avez emménagé ici ?

Ca la rendait toujours extrêmement curieuse de rencontrer des nouvelles personnes bien que ça ne l’empêchait pas d’être méfiante et elle n’irait pas confier sa vie à n’importe qui. Elle en avait déjà vécu l’expérience amer par le passé, Karen refusait de commettre la même erreur une seconde fois.



_________________

THERE WILL BE TOMORROW
And then a hero comes along with the strength to carry on and you cast your fears aside and you know you can survive. So when you feel like hope is gone, look inside you and be strong and you'll finally see the truth that a hero lies in you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Kang Mi Ran
avatar


That's my job : sage femme, enfin, actuellement à la recherche d'un poste stable dans un hôpital de l'île.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Brand New World |#| KAREN&MIRAN   Sam 5 Nov - 19:05

Le bébé attendait dans la chambre. Il attendait que sa mère revienne le nourrir, ce qu’elle faisait aussi régulièrement qu’il le fallait, pour être certaine qu’il ne manquait de rien. Mi Ran avait tant attendu cet enfant qu’elle souhaitait qu’il ne lui arrive rien. Pour cette petite fille, le petit ange qu’on lui avait enfin donné, elle voulait le meilleur que la vie pouvait offrir. Elle savait que ce n’était jamais tout rose, que les craintes et angoisses viendraient la hanter à l’adolescence, qu’elle voudrait plaire et aimer à son tour, mais elle était prête à la protéger. Avec tout son cœur, toute son âme. S’il le fallait, elle montrerait les dents pour empêcher le mal de l’atteindre. Elle ferait tout ce qui était en son pouvoir, même si ce n’était pas grand-chose.

Aujourd’hui, il s’agissait de trouver la nourriture qu’il manquait. Pas le temps d’aller au magasin, qui se trouvait peut-être trop loin. Il fallait qu’elle se procure un peu de lait en poudre pour bébé afin de préparer un biberon et de nourrir correctement la petite créature qui avait sans doute recommencé à pleurer ; il fallait se presser, ne pas laisser à quelqu’un le temps de remarquer qu’un enfant pleurait chez elle. Elle ne voulait pas que la petite lui soit enlevée. Pas si jeune, pas maintenant. Jamais. C’était sa fille. La sienne. Comment aurait-elle pu s’en séparer ?

Un sourire aux lèvres, elle attendit un moment devant la porte de la voisine, espérant qu’elle ne tarderait pas trop à venir lui ouvrir, avant de finalement se lancer, de demander ce qu’elle était venue chercher. Du lait. Pour un bébé. Sa fille. Elle ne l’avait pas précisé. N’était-ce pas évident, de toute façon ? Cet enfant ne pouvait qu’être le sien.

« Ah, vous en avez ? » Face à cette chance inespérée, un sourire radieux se forma aux lèvres de la nouvelle arrivante. Madame Hwang. Elle retiendrait, au cas où. « Vous avez un enfant, vous aussi ? »

La question lui échappa malgré elle, alors qu’elle faisait quelques pas à l’intérieur de l’appartement, les bras croisés sous sa poitrine alors qu’elle essayait de ne pas s’impatienter. Le bébé était seul. Tout seul. Elle ne voulait pas qu’il lui arrive malheur, pas maintenant qu’elles étaient toutes les deux en sécurité, sa fille et elle. C’était très important. Elle craignait de faire partie de ces quelques personnes sur lesquelles la vie s’acharnait. Dont le bébé était si odieusement dérobé.

Debout dans le salon, Mi Ran s’autorisa à observer un instant la pièce qui l’entourait, puis releva les yeux vers la locataire, toute sourire, quand cette dernière s’en revint avec une boîte de lait en poudre pleine.

« Oh, merci beaucoup ! » Le bord de ses yeux se plissèrent doucement et un large sourire éclaira son visage. Serrant précieusement la boîte contre sa poitrine, elle secoua la tête. « Quelques jours à peine. Je n’ai pas encore eu le temps de faire le tour du voisinage. » Affirma-t-elle ensuite.

Quand elle posa de nouveau les yeux sur la boîte métallique qui reposait entre ses mains, elle leva un regard reconnaissant vers la femme qui se trouvait devant elle, un fin sourire traçant ses lèvres.

« Combien vous dois-je, pour la boîte ? » Demanda-t-elle timidement, pensant que la jeune femme en avait peut-être besoin. « J’espère que ça ne dérangera pas votre fille. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Hwang Karen
avatar
Admin ♦ belongs to Chonchon


That's my job : Neurochirurgienne
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Brand New World |#| KAREN&MIRAN   Mar 8 Nov - 16:54

Oui, elle avait un enfant elle aussi et elle en était plus que fière. Mizuki était sa plus grande fierté, jamais elle ne regretterait ce choix de l’avoir gardé puis elle continuerait de la préserver au péril de sa vie. Elle l’aimait beaucoup trop pour oser la mettre de la côté cependant elle s’en inquiétait facilement aussi parce que sa fille était encore jeune, qu’elle ne connaissait pas grand chose de la vie, qu’une péripétie arrivait très vite sans crier gare et elle ne souhaitait pas que son enfant traverse tous ces problèmes qu’elle-même avait du vivre par le passé. C’était principalement pour cela qu’elle n’avait pas arrêté ses études, qu’elle avait persévéré afin d’avoir un métier convenable, un métier stable qui lui permettrait de satisfaire ses besoins puis de voir prendre soin, seule, de son propre enfant. Karen gardait un souvenir amer de son éducation, elle se rappelait fermement de la pauvreté de ses géniteurs et du ô combien ces derniers n’étaient pas fichus de s’occuper d’elle. Peut-être était-ce parce qu’ils étaient trop concentrés à gérer leurs problèmes qu’ils ne pensaient pas à prêter attention à leur fille. Ils ne lui avaient jamais fait de mal, jamais lever la main sur elle néanmoins ils l’ignoraient la plupart du temps et elle savait au plus profond d’elle que s’ils avaient eu plus d’argent, plus de confort, ça aurait certainement été différent. Cela ne signifiait pas qu’elle ne leur en voulait pas parce qu’à cause d’eux, à cause de leur ignorance, ils n’avaient jamais remarqué à quel point leur enfant souffrait, à quel point elle était martyrisé et qu’elle n’aurait pas été contre d’avoir un peu de soutien à la maison. Elle avait choisi de partir, de sortir de leur vie et elle ne savait pas comment elle réagirait si ceux-ci, tout à coup, réapparaissaient dans son existence. Ils l’avaient quand même élevé, ne serait-elle pas cruelle de les rejeter ? Seulement, que lui avaient-ils apporté de bien ? Sûrement que sa bonne conscience l’obligerait à leur parler mais que ça n’effacerait pas sa rancune à leur égard tout comme ceci, elle ne serait pas en mesure de le leur cacher non plus. Mais ce n’était pas le sujet pour l’instant... Le sujet était sa nouvelle voisine qui apparemment avait emménagé récemment et avait besoin de lait pour son bébé. C’était un coup de chance que Karen puisse en avoir encore mais surtout que Mizuki en buvait toujours à son âge.

« Oui, une petite fille. Elle est occupée à jouer dans sa chambre pour l’instant. »

Sur ses dires, la doctoresse lui sourit avant de l’inviter à l’intérieur, la laisser s’installer puis de partir dans la cuisine cherchait ce dont la jeune femme avait besoin. Elle lui fit comprendre ensuite que c’était normal, inutile de la remercier puis n’était-ce pas important de s’entraider entre maman ?

« Oh je vois. » Avait rétorqué Karen tout en hochant doucement la tête, « Si vous avez besoin de conseils, n’hésitez pas à me demander, je vis ici depuis un moment maintenant. »

Les bons plans, les meilleurs lieux à visiter, les endroits idéales pour jouer avec les enfants, quelle école choisir aussi - même s’il n’y en avait pas énormément - avec le temps, elle avait commencé à savoir où se rendre.

- Ne vous tracassez pas pour ça, c’est cadeau, Dit-elle dans un nouveau sourire, Il m’en reste encore puis au pire, la prochaine fois quand j’aurais besoin de quelque chose, peut-être que ce sera vous qui me dépannerait.

Un faible rire s’enfuit de ses lèvres tandis que c’était une manière subtile de leur permettre de se lier puis pourquoi pas d’essayer de s’entendre à l’avenir. Karen n’était pas très difficile à vivre et elle était même bon vivante. Cela lui faisait plaisir de se dire qu’il y avait une autre jeune mère dans l’immeuble, une personne avec qui elle pourrait discuter sagement puis conseiller aussi. Sa fille à elle avait six ans donc autant dire que les premiers mois de sa naissance était loin à présent même si lorsqu’elle y songeait, elle avait l’impression que c’était hier.  



_________________

THERE WILL BE TOMORROW
And then a hero comes along with the strength to carry on and you cast your fears aside and you know you can survive. So when you feel like hope is gone, look inside you and be strong and you'll finally see the truth that a hero lies in you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Kang Mi Ran
avatar


That's my job : sage femme, enfin, actuellement à la recherche d'un poste stable dans un hôpital de l'île.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Brand New World |#| KAREN&MIRAN   Jeu 10 Nov - 20:04

L’île était une nouvelle aventure à laquelle Mi Ran n’était pas tout à fait préparée. Elle avait pris le temps de rassembler ses affaires, de trier le nécessaire et l’inutile, afin de n’emporter que l’essentiel pour sa migration assez soudaine, mais il lui fallait désormais s’adapter à une ville, à un environnement qu’elle ne connaissait pas. Heureusement, elle avait eu la présence d’esprit de faire quelques économies et de payer un appartement confortable. Il le serait, quand elle prendrait la peine de l’aménager. Un endroit parfait où vivre avec un enfant en bas âge. Tout ce qu’il lui fallait, c’était du temps et un travail stable afin de se permettre quelques dépenses supplémentaires.

Elle détestait cela depuis toujours. L’argent ne devait être utilisé qu’en cas de véritable nécessité, ou parfois lorsqu’elle avait envie de se faire plaisir. Le reste du temps, si elle ne ressentait pas vraiment le besoin d’acheter quelque chose, la dépense était parfaitement inutile. C’est également pour cette raison qu’elle était parfois réticente à prêter à ses amis : allaient-ils faire ce qu’ils avaient promis de faire avec cet argent ? Elle n’en était jamais certaine.

Par chance, la voisine était une femme assez sympathique, de ce qu’elle pouvait en voir à l’instant, et elle ne peinait pas à donner. Cela la rassurait un peu. D’un autre côté, pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de se poser des questions : avait-elle vraiment la gentillesse dont elle faisait preuve ? N’était-ce qu’un masque ? Elle craignait tant que sa fille soit en danger dans cet immeuble. Maintenant, il était trop tard. Elle devait cesser de se faire des idées stupides. Tout irait parfaitement bien.

« Oh… » Elle suivit silencieusement la voisine, écoutant ce qu’elle avait à dire avant d’elle-même poser ses questions. « Eh bien, maintenant que vous le dites, j’aurais besoin de l’adresse d’un magasin ouvert, si vous en connaissez un…  »

Il y avait tellement d’endroits où ils pouvaient se trouver qu’elle n’avait pas envie de tourner pendant des heures avec le bébé, c’était ridicule et mauvais pour elle.

« C’est très gentil… J’y penserai ! » Elle espérait néanmoins que cela ne serait pas un dépannage financier. Un sourire revint aux lèvres de la jeune mère, il fallait qu’elle rentre. « Je vais devoir rentrer, le bébé est tout seul…  » Affirma-t-elle en espérant ne pas paraître trop pressée. « Vous pouvez venir boire un café, si vous le souhaitez ? » Proposa-t-elle finalement, une douceur dans la voix. « Je devrais avoir quelque chose pour votre fille également, si vous voulez l’emmener. » Tirant doucement sur le haut ample qu’elle portait, Mi Ran adressa un large sourire à la jeune mère.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Hwang Karen
avatar
Admin ♦ belongs to Chonchon


That's my job : Neurochirurgienne
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Brand New World |#| KAREN&MIRAN   Jeu 17 Nov - 20:25

Karen était une jeune femme généreuse, très ouverte d’esprit et à l’écoute. Que cela soit avec ses proches ou les inconnus, elle était particulièrement sociable néanmoins cela ne l’empêchait pas d’être méfiante puis de faire confiance facilement. Elle savait à quel point les gens pouvaient être cruels et manipulateurs donc c’était la raison pour laquelle, des vrais amis elle en avait très peu. Ces personnes à qui elle osait confier ses soucis, ses moments de doutes, ses peurs ou même ses chagrins mais encore, même à eux elle ne leur racontait pas tout. Elle leur avait dit que son passé n’avait pas été tendre, que le père de sa fille était quelqu’un d’horrible, de méprisant et qu’elle n’avait pas eu d’autres choix que de le fuir parce qu’elle le détestait. Elle n’avait jamais donné plus de détails et si on lui en demandait, elle le refusait. On n’avait pas le droit de la forcer à en parler si elle ne s’en sentait pas capable, une chose dont elle ignorait si elle se sentirait un jour. Parce qu’elle avait tant honte d’elle-même, tant honte de cette pauvre fille qu’elle était par le passé alors tant qu’elle ne parviendrait pas à passer au dessus de tout cela, qu’elle ne serait pas apte à apprendre à s’aimer, qu’elle n’arriverait pas à se regarder dans une glace, ce n’était pas la peine d’y compter. Est-ce qu’elle réussirait un jour ? Karen en doutait. Pour elle, il s’agissait là de quelque chose qui resterait à jamais graver dans son âme, des séquelles qu’elle n’oublierait jamais mais au fond, c’était certainement trop tôt pour le juger et elle ne pouvait pas prédire son futur. En un instant, tout pouvait basculer, devenir plus beau, plus lumineux sans qu’elle n’ait pu s’en apercevoir.

Sa nouvelle voisine, elle ne pouvait pas encore dire si elle l’appréciait ou non, elle ne la connaissait pas cependant elle avait l’air gentille et la doctoresse était contente d’avoir une jeune mère avec qui, peut-être, elle pourrait discuter plus tard.

« Oui bien sûr. » Lui avait-elle répondu dans une douce esquisse « Je peux vous écrire tout ça si vous le voulez. J’en connais plusieurs et certains sont très bien pour les bébés. »

Sur ses dires, la demoiselle s’était avancé vers un meuble où elle s’empara d’un stylo ainsi qu’une feuille de papier. Alors qu’elle s’apprêtait à le noter, elle s’arrêta dans son élan, l’éclat sur ses lèvres s’étendant quelque peu. Elle n’avait pas l’habitude de s’inviter chez les gens comme cela mais ça lui permettrait de prendre son temps pour lui rédiger sa petite liste puis de la lui apporter ensuite.

- Pourquoi pas. Comme ça, je vous note les informations bien en détail et je vous les amène après.

Si elle n’avait rien montré, Karen avait été assez surprise de savoir que la demoiselle face à elle avait laissé son enfant seul, sans surveillance. Elle n’aurait jamais pu faire ça pour Mizuki et sans serait voulu cependant, c’était sûrement parce qu’elle avait aussi quelqu’un à côté pour l’aider puis lui donner de sages conseils. Maintenant qu’elle avait grandi, elle était plus réfléchi et ce genre d’attitude la choquait seulement à vingt et un ans, probablement qu’elle pensait différemment. Elle raccompagna alors sa voisine jusqu’à l’entrée après avoir obtenu son nom ainsi que l’appartement où elle logeait, puis une fois celle-ci partie, comme promis, la jeune femme lui écrivit tout sur le papier, y mettant des points ici et là. Ensuite, c’était avec le sourire qu’elle était parti chercher sa fille, lui expliquant la situation, pour se rendre jusqu’au logement de Mi Ran, main dans la main.

Elles attendirent sagement qu’on vienne leur ouvrir puis à peine ceci fut-il fait que Mizuki salua poliment sa vis-à-vis avant de se présenter, non pas sans oublier son âge qu’elle mima également de ses doigts. Geste qui fit rire la mère qui s’excusa pour le dérangement puis qui lui tendit enfin le papier avec les différentes adresses inscrites dessus.

- J’espère que ça vous sera utile. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez surtout pas.

Vivre à Gensou n’était pas très compliqué, il fallait juste un temps pour s’adapter. Comme n’importe où en réalité.



_________________

THERE WILL BE TOMORROW
And then a hero comes along with the strength to carry on and you cast your fears aside and you know you can survive. So when you feel like hope is gone, look inside you and be strong and you'll finally see the truth that a hero lies in you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Kang Mi Ran
avatar


That's my job : sage femme, enfin, actuellement à la recherche d'un poste stable dans un hôpital de l'île.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Brand New World |#| KAREN&MIRAN   Dim 20 Nov - 22:44

Sa différence, Mi Ran avait appris à vivre avec. Du moins, c’était ce dont elle essayait de se convaincre. Elle avait pendant des années pleuré son incapacité à donner la vie, mais tout s’était résolu en quelques heures. Quelques minutes. Lorsqu’elle avait réalisé que son enfant se trouvait là, sous ses yeux, et qu’elle n’avait qu’à l’adopter, puisqu’il était venu à elle. Pouvait-on la condamner pour avoir souhaité devenir mère ? Pour avoir voulu donner l’amour à un enfant qui, à ses yeux, n’aurait jamais reçu celui de sa mère si elle n’avait pas décidé de l’emmener ? Le bébé qu’elle élevait était le sien, elle défendrait cette petite fille envers et contre tout, quitte à avoir des problèmes avec son entourage. Une véritable mère lionne lancée dans une arène avec son petit.

« J’en serais ravie, merci. »

Ses yeux brillaient de gratitude, mais elle ne pouvait s’empêcher de penser à son enfant qui attendait plus loin. Elle devait revenir rapidement. L’idée que sa voisine prenne son temps pour noter tout et lui apporte par la suite était une réjouissante perspective qu’elle s’empressa d’accepter d’un signe de tête. Elle ne perdrait plus de temps, de cette façon. Il fallait qu’elle s’occupe du bébé. Après avoir indiqué son appartement à sa voisine, Mi Ran s’empressa de l’abandonner, retrouvant sa fille qui, dans la chambre d’enfant, attendait encore bruyamment que l’on vienne la nourrir.

Après avoir soigneusement préparé le biberon, elle s’installa sur l’une des deux chaises dont disposait l’appartement à son arrivée, berçant doucement la petite alors qu’elle satisfaisait son appétit. Un sourire aux lèvres, elle parcourut des yeux le visage de son enfant, caressant doucement sa joue du bout des doigts de l’autre main, en soutenant sa tête posée sur son biceps. Elle était maladroite, mais faisait de son mieux. Sa mère ne lui avait jamais appris à s’occuper d’un enfant. Elle n’avait pu se confier à une amie au sujet de cette petite. Elle était seule.

Une fois certaine que la petite avait fait son rot, après l’avoir changée et s’être assurée qu’elle pourrait correctement se reposer, Mi Ran replaça la petite dans son berceau, déposant un doux baiser sur le front pâle de cette petite créature qui, assez rapidement, sombra de nouveaux.

Anxieuse que sa voisine n’arrive trop vite, elle s’empressa ensuite de donner un coup de balai dans l’appartement, tristement grand et vide. Une table, quelques chaises, du mobilier de cuisine et un matelas en guise de lit, en plus de ce qui servait pour sa fille. C’était tout ce qu’elle avait voulu se permettre en attendant de trouver un travail. Elle espérait ne pas être jugée sur son manque de possession. Avoir un appartement dans ce quartier était déjà bien.

« Merci beaucoup. » Répondit-elle en se saisissant du papier, un large sourire aux lèvres, après avoir ouvert la porte à la jeune femme et à sa fille, qui l’accompagnait visiblement. « Bonjour toi. » Le ton doux, elle l’observa un peu. Sa fille allait grandir, elle aussi. « Que buvez-vous ? Je n’ai pas grand-chose, est-ce qu’elle aime le thé glacé ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Hwang Karen
avatar
Admin ♦ belongs to Chonchon


That's my job : Neurochirurgienne
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Brand New World |#| KAREN&MIRAN   Sam 26 Nov - 20:55

Karen s’estimait chanceuse d’avoir la vie qu’elle menait désormais mais d’une certaine façon, elle pouvait tout aussi bien dire que c’était la roue qui tournait, qu’elle gagnait enfin contre sa propre existence qui ne lui avait pas fait de cadeau. Plutôt que de la chance, ne s’était-elle pas battu pour en arriver là ? Toutefois, c’était grâce à la bonté des gens qu’elle avait pu côtoyer, qu’elle avait rencontré sur Gensou, qui l’avait soutenu, aidé, qu’elle avait pu en arriver là à présent. Sans cette gentille dame, probablement que la jeune femme n’effectuerait pas le métier de ses rêves à l’heure actuelle, qu’elle ne serait pas très bien payée et qu’elle se serait retrouvée contrainte de vivre dans un lieu plus dévalorisant même si elle aurait fait son maximum pour ne pas finir à Tadanashi. C’était beaucoup trop dangereux. Elle n’avait pas démérité. Elle n’avait jamais lâché ses études, se concentrant jusqu’au bout, écoutant les conseils de chacun pour finalement finir chirurgienne, avoir un salaire plus que raisonnable et pouvoir avoir une vie convenable sans avoir besoin de dépendre de qui que ce soit. Hors, jamais Karen ne se permettrait d’aller se vanter de tout cela parce qu’au fond, elle était loin d’être fière de la vie qu’elle avait eu auparavant. Elle était fière de ce qu’elle était devenue cependant le passé, c’était différent... Il lui sautait toujours en pleine face lorsqu’elle se regardait dans un miroir, qu’elle voyait son visage et que la honte la gagnait toute entière à chaque foi qu’elle repensait à cette époque où elle avait tout laissé derrière elle, principalement sa dignité qui n’était jamais revenu depuis. Malheureusement, elle ne pouvait rien effacer et une part d’elle n’en avait pas envie parce qu’en dépit de ce qu’elle avait traversé, la vie lui avait apporté un somptueux cadeau, sa plus grande force et sa plus grosse fierté : sa fille. Du plus profond de son coeur, elle espérait l’éduquer correctement, réussir à la mettre en garde contre les difficultés de la vie, de lui expliquer que les garçons n’étaient pas des princes charmants, que ce dernier n’existait pas et que la plupart était plus des grands méchants loups et que pour cette raison, Mizuki devait faire attention. L’être humain peut être cruel et si on lui avait enseigné cela lorsqu’elle était plus jeune, certainement qu’elle aurait été moins naïve, qu’elle ne se serait pas laissée berner par ses sentiments et qu’elle n’aurait pas été stupide au point de donner tout ce qu’elle avait juste pour se retrouver dans les bras de celui qu’elle aimait. Un garçon plus que méprisable et pour qui, encore aujourd’hui, la doctoresse vouait une rancune immense.

Dans tous les cas, Karen ne se permettrait pas de juger quiconque croisait son chemin parce qu’avant de pouvoir juger les autres, il fallait qu’elle parvienne à arrêter de se juger elle-même et de se rabaisser à la moindre occasion. Bien que cela, rares étaient ceux à le savoir.

Son regard avait discrètement exploré la pièce sans pour autant émettre une quelconque réflexion. C’était vrai qu’il y avait peu d’aménagement cependant elle comprenait que c’était difficile lorsqu’on venait d’arriver et qu’on avait aucune aide également. Sa fille resta étrangement accrochée à sa mère, lui tenant correctement la main alors qu’elle souriait tout de même à sa vis-à-vis, avant de se présenter.

- Oui, elle aime bien mais pas beaucoup, parce qu’il est déjà tard.

Et qu’elle préférait éviter le surplus de sucre.

- On prendra la même chose toutes les deux, ne vous en faîtes pas, Enchérit alors Karen dans un doux sourire, suivant la demoiselle à l’intérieur.

Mizuki ne pouvait s’empêcher d’observer autour d’elle, les yeux emplis de curiosité alors qu’elle ne parlait pas, un brin intimidé malgré tout.

- En tout cas, si jamais vous avez besoin d’aide pour quoi que ce soit, n’hésitez pas à me demander. C’est difficile de se retrouver lorsqu’on est seul, je sais à quel point c’est dur donc n’hésitez surtout pas.

Cela lui faisait plaisir puis elle avait envie d’être utile, d’aider comme on l’avait aidé autrefois. Elle avait conscience ô combien elle ne serait rien à présent si on ne lui avait pas tendu cette main et c’était la raison pour laquelle, elle se proposait aujourd’hui.



_________________

THERE WILL BE TOMORROW
And then a hero comes along with the strength to carry on and you cast your fears aside and you know you can survive. So when you feel like hope is gone, look inside you and be strong and you'll finally see the truth that a hero lies in you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Contenu sponsorisé


.
.
.

MessageSujet: Re: Brand New World |#| KAREN&MIRAN   



Revenir en haut Aller en bas
 

Brand New World |#| KAREN&MIRAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pré-trip report Walt Disney World et Universal Studios (30 Août au 13 Septembre)
» Karen Blixen : Out of Africa ... Et autres oeuvres
» Tales Of Symphonia : Dawn Of The New World
» Transport entre WDW, parc universal et sea world
» La Pavoni Blue Brand - VeroBar VRS & VRV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Welcome to Nikkou :: Tanayama :: Résidences-