AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Arakawa Sakuya | Silence is the loudest sound

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
.
.
Arakawa Sakuya
avatar


That's my job : Étudiant à temps plein en programmation
That's where I live : Dans un appartement à Uetani, avec sa grande soeur
.
.
.

MessageSujet: Arakawa Sakuya | Silence is the loudest sound   Mer 2 Nov - 12:02


     
Arakawa Sakuya feat Hirose Daisuke

     
Qui je suis

+ Infos +
   Complètement sourd depuis la naissance • S'exprime soit par langage des signes, soit par écrit • Il sait un peu lire sur les lèvres aussi, mais il apprend encore • Il n'est pas muet, sa voix fonctionne, mais il déteste l'utiliser car il ne s'entend pas • Traine sa tablette électronique absolument partout afin de pouvoir communiquer par écrit • Cadet des Arakawa3 • Il a beau être le petit frère, c'est le plus grand des trois • Les gens pensent souvent que c'est lui le jumeau de Megumi car ils retiennent tous les deux du côté maternel • Son grand frère est son modèle et meilleur ami, il lui manque tellement qu'il lui arrive d'en pleurer • Son passe-temps préféré est de dessiner • Il aime aussi trouver les 'cheats' de jeux vidéos • Il lui arrive de volontairement jouer les imbéciles ou de profiter de sa surdité pour énerver les gens qui lui tombent sur les nerfs • Il a la mauvaise manie de mettre ses doigts sur la gorge des gens avec qui il est à l'aise pour sentir la vibration quand ils parlent

passe ta souris si tu veux en savoir plus
Surnom: Saku(-chan)Age: 25 ans, né un 24 octobreVille de naissance: TokyoMétier/études: Étudiant en programmationOrientation sexuelle:HétérosexuelSituation amoureuse: CélibataireGroupe: Chasing Rainbow
DERRIÈRE L’ÉCRAN: Moi c'est Mize' et j'ai encore et toujours 27 ans. J'ai connu le forum grâce à l'amour de ma vie. Mon personnage est un inventé et l'invasion Arakawa commence!


en savoir un peu plus sur moi

     
+ Caractère

   Énergique +  A son propre sens de l'humour + Farceur à ses heures + Près de ses émotions + A le rire facile + Pleure facilement aussi + Complexé + Perspicace + Passionné + Perfectionniste + Déterminé + Ouvert d'esprit + Trop intelligent pour son propre bien + Toujours prêt à aider + Adorable, vraiment

   
+ Histoire

“Nous voulons un petit frère.”

Cette phrase, combien de parents l'ont entendue? Et combien s’y sont pliés? Le chiffre est impossible à dire, mais le véritable problème est lorsque les parents ne s’entendent sur ce qu’ils vont en faire. C’était le cas d’Arakawa Katsuro et Aina, alors que leur fils aîné, Hajime, avait traîné sa sœur jumelle, Megumi, avec lui afin de faire sa demande. Vite comme ça, ça aurait été faisable, les jumeaux n’étaient pas difficile à élever, Katsuro gagnait bien sa vie et Aina n’avait aucun problème de santé. Le problème? Ils s’étaient entendus pour deux enfants, pas plus. Le père de famille étant l’un des plus avares que l’on ait vus après Séraphin et sa femme ne voulant pas passer ses jeunes années à être constamment enceinte, le couple s’était entendus à « deux enfants, pas plus ».  On allait respecter l’entente, et le sujet était clos…

…mais pas pour les jumeaux. La réponse négative ne fit pas du tout plaisir à Hajime, et encore moins à sa sœur, qui avait  fondu en larmes. Malgré son mari impossible à mouvoir, Aina avait donc commencé sa grande supercherie et… oh! Surprise! (non) Elle était tombée enceinte.

9 mois plus tard, en octobre, c’est là que l’histoire devient intéressante.

Malgré les protestations de son mari, Aina mena à terme sa grossesse, et elle fit une crise pour garder l’enfant, surtout qu’il s’agissait bel et bien d’un garçon – Hajime aurait son petit frère tant désiré, et Megumi aurait un poupon à admirer. À voir les yeux adorateurs du premier né Arakawa, Aina n’accepta aucun autre nom pour son nouveau-né que Sakuya… c’était le nom qu’Hajime devait porter, si son père n’avait pas dit non; c’était le prénom préféré d’Aina pour un garçon. Toute la famille célébrait la nouvelle arrivée… sauf une personne. Katsuro avait le nez fourré dans son budget et un troisième enfant, c’était de la sortie d’argent non appréciée.

Malgré cela, on ne pouvait pas dire que Sakuya ait manqué de quelque chose dans ses premières années. Sa mère le dorlotait, il était bien nourri, il dormait bien, et ses frère et sœur l’adoraient du plus profond de leurs petits êtres... Ce qu’il lui manquait, en fait, il lui avait manqué depuis la naissance, et personne ne l’a su avant qu’il ait atteint au moins un an : Il lui manquait une ouïe. Sakuya était né entièrement sourd, aucun son n’était perçu par ses petites oreilles. Pourtant, les signes étaient là avant même que le verdict médical ne tombe… il ne réagissait pas à la voix des autres du tout. Le tonnerre terrorisait ses aînés mais lui n’en faisait pas de cas. Il était beaucoup trop petit pour le savoir, mais son état venait d’être une véritable bombe dans la famille. Si déjà ses parents s’obstinaient sans arrêt à savoir s’ils le faisaient vérifier par un médecin ou pas, lorsque le doute n’existait plus et que sa condition était connue, le tout ne devint qu’encore pire.

Katsuro s’était fait un peu à l’idée d’avoir un troisième enfant, et il avait remanié son budget pour être satisfait du résultat. Ce résultat, il devenait complètement différent lorsque l’on considérait qu’il fallait maintenant des soins particuliers pour cette progéniture supplémentaire qu’il ne désirait même pas à la base. Pour cacher sa colère, il avait décidé de jouer l’autre carte : il niait avoir dit que Sakuya n’avait pas de problèmes, niait avoir proposé l’idée que Sakuya avait eu un développement plus lent que celui d’Hajime et Megumi, niait même être fâché d’avoir un fils sourd. À force de tout nier cela, il avait mis le feu aux poudres de la colère de sa femme. Aina en avait marre de son mari qui ne voulait pas regarder la vérité en face : dire que tout était correct au départ, pour ensuite jouer les victimes qui ont bien malgré eux un enfant avec un handicap… si seulement il y avait de la suite dans ses agissements!

En effet, malgré ce qu’il disait à tout le monde, à jouer le père sidéré, chaque fois qu’il était question de prendre action pour ne pas laisser la surdité nuire à Sakuya, c’était la guerre à la maison. Aina voulait tout ce qu’il y avait de mieux : l’impact cochléaire, le chien d’accompagnement, tout. Katsuro, lui, ne pensait qu’à son argent, encore une fois, et il fut hors de question de payer pour l’implant, et encore moins pour le chien! Rapidement, chacune des soirées où les eux étaient à la maison, ils se hurlaient dessus, et cela virait les jumeaux de bord, ça leur fendait le cœur… et automatiquement, ça fendait le cœur de Sakuya. Il était jeune, quelques années à peine, mais on a pas besoin d’être bien vieux pour voir l’agressivité dans les yeux de ses parents ou comprendre que sa sœur pleurait parce qu’elle n’en pouvait plus de voir Aina et Katsuro se détester aussi. Il voyait bien que son papa ne le regardait pas comme il regardait Hajime… La fierté et le désir d’exposer son fils, il ne l’avait que pour l’aîné… Sakuya était celui à cacher à la maison, celui qui décevait. Une telle impression laissée par son père, à un si jeune âge, Sakuya avait vite pris l’habitude de se cacher. Soit dans son lit, soit dans les bras des jumeaux. Le nombre de soirées passées les trois emmitouflés dans les couvertures d’un même lit, ils avaient cessé de les compter. Sakuya n’aimait pas voir sa sœur pleurer, et il aurait préféré qu’Hajime joue avec lui au lieu de constamment lui faire signe de rester tranquille.

Parfois ça en était trop et le petit fondait en larmes, secoué par de gros sanglots qui fendaient le cœur de tout le monde, car sa voix était si rare à entendre, et de l’entendre ainsi, c’était horrible. Essuyer les larmes de Sakuya était la seule chose qui motivait Megumi à essuyer les siennes… il était chanceux d’avoir une telle grande sœur si  dévoué et un grand frère si protecteur.

Malheureusement, s’ils avaient souhaité que la situation se règle, il en fut autrement lorsque Sakuya eut 5 ans. Il était temps d’entrer à l’école, et la vraie crise éclata. Katsuro refusait catégoriquement que Sakuya aille dans une école spécialisée pour enfants atteints de surdité. Sa raison? L’argent, encore une fois. Aina était absolument outrée, elle n’arrivait pas à croire que son mari voulait lancer leur enfant dans une classe régulière où il ne comprendrait rien de ce que le professeur disait. Sakuya était déjà limité au niveau de sa communication – Katsuro coupant les possibilités sans arrêt – et il aurait maintenant fallu qu’il se démêle dans le monde des gens qui entendaient bien? Même Hajime et Megumi étaient d’accord avec leur mère sur ce coup-là, et ils venaient à peine d’avoir 9 ans!

« Tu devrais te considérer béni que ton fils ne t’entendes pas parler de lui comme n’étant rien d’autre qu’une source de dépenses! »

Non, Sakuya n’avait pas entendu cette phrase. Il n’avait que vu son père se fâcher, foncer dans la chambre, et en ressortir avec une grosse mallette, pour finalement sortir de l’appartement. À ce moment-là, aucun des trois enfants Arakawa ne l’avait vraiment compris, mais leur père venait de les abandonner, laissant Aina seule à élever les jumeaux et subvenir aux besoins particuliers du petit dernier. Si on demande à Hajime et Megumi pourquoi Sakuya est aussi facilement complexé, ils répondront tous les deux la même chose : « Il se considère responsable du divorce de nos parents. Il était assez vieux pour comprendre. » …et ils n’ont pas tort.

Le positif du départ du patriarche Arakawa, c’est que Sakuya fit bel et bien son entrée dans une école spécialisée. Là-bas, il était entouré de gens comme lui à degrés différents, des gens qui vivaient sa réalité. Il y apprit le langage des signes avec une rapidité qui l’étonne aujourd’hui avec du recul. C’est dans cette institution qu’il a connu la vraie joie de vivre, à ne plus se sentir comme un problème, mais plutôt comme une partie de quelque chose de spécial. À la maison, ce n’était pas facile, maman peinait à tous les faire vivre, et ils habitaient maintenant dans un petit appartement à deux chambres, donc Sakuya ne pouvait jamais profiter du plaisir de dormir seul, devant partager son lit avec Hajime. Au moins ni un ni l’autre n’était dérangé par la présence de l’autre, mais la tension financière était réelle maintenant, et il n’était pas rare que leur mère doive leur refuser des choses à l’épicerie non pas à cause que c’était des caprices d’enfants, mais parce qu’elle n’avait pas les moyens d’acheter certaines choses pourtant raisonnables à demander.  Malgré cela, ils étaient tous heureux. Tout le monde avait appris le langage des signes dans la famille, et Sakuya ne se sentait plus à l’écart comme avant, il avait arrêté de se cacher… surtout qu’en grandissant, ses cachettes devaient de plus en plus limitées en espace et en nombre, sans compter que le nouvel appartement était beaucoup plus petit. Pour quelqu’un que les gens prenaient en pitié en raison de sa surdité, il n’était pas du tout à plaindre.

Lorsqu’on demandait à Aina ce que ses enfants aimaient, elle disait qu’Hajime aimait la musique et chantait bien, que Megumi était studieuse et adorait la lecture tandis que Sakuya… il était impossible à décoller d’un écran. Que ça soit les jeux vidéos ou son ordinateur, c’était quelque chose qui ne nécessitait pas de sons, et il en devint rapidement un grand adepte. Il ne pouvait plus compter le nombre de soirées de son adolescence où il a passé des nuits blanches à challenger Hajime à Mario Kart ou à essayer de battre le High Score de son frère.

L’adolescence de Sakuya. Aina n’était pas prête à ça du tout. Si la majorité des jeunes ont de la difficulté à s’accepter et font des crises, imaginez lorsqu’on a un handicap. Le nombre de fois où Sakuya a lancé des objets à travers le salon pour exprimer ses frustrations. Il n’avait pas pu parler à une jolie fille dans le train, un garçon dans sa classe l’avait insulté… toutes les raisons étaient bonnes pour le faire piquer des colères destructrices, et personne ne pouvait l’empêcher de les faire. La maman Arakawa était complètement impuissante devant les malheurs et tortures de son fils, encore plus lorsqu’il se montait la tête lui-même, et parfois même Hajime, pourtant le meilleur ami de Sakuya, n’arrivait à rien changer de ses humeurs.

Heureusement, avec la maturité venait la diminution des crises et l’acceptation de lui-même. Il en parlait moins, devenait moins agressif, mais il se sentait vraiment comme un poids pour sa famille, encore plus lorsque son grand frère a décidé d’abandonner les études pour aller travailler et ramener plus d’argent à la maison. Pourquoi c’était Hajime qui faisait ce sacrifice-là? Il était bon à l’école, contrairement à Sakuya, il n’était pas limité, contrairement à Sakuya. Pourquoi?! Il avait essayé de convaincre l’aîné de ne pas faire ça, avait essayé de lui faire jurer qu’il continuerait et laisserait être lui-même celui qui lâcherait l’école lorsqu’il en aurait l’âge, mais Hajime n’avait pas flanché,  et malheureusement, jamais Megumi n’avait dit un mot, jamais elle n’avait aidé Sakuya dans sa bataille.

Chaque nuit, Sakuya allait se coucher seul, et chaque nuit, il se réveillait lorsqu’Hajime intégrait le lit en revenant de travailler à l’entrepôt passé minuit. Chaque semaine, il demandait à son grand frère de reconsidérer, mais jamais il n’arrivait à faire changer l’idée le plus borné des Arakawa. Chaque fois, Hajime répondait que les études de Megumi en valaient le coup, tout comme l’amélioration des notes de Sakuya à l’école… un peu plus et le petit dernier faisait exprès de planter ses examens, mais il n’aurait jamais été capable de décevoir son grand frère et meilleur ami simplement pour pouvoir le contredire.

Une chose était sûre : Autant Megumi que Sakuya voulaient qu’Hajime fasse autre chose de sa vie que de se casser le dos dans un entrepôt jusqu’à ce qu’il soit trop vieux pour le faire.

Un après-midi, alors que son frère venait le chercher à l’école pour une énième fois, Sakuya s’était promis qu’il aurait une vraie discussion avec son frère. Il lui ferait comprendre qu’il devait aller de l’avant et qu’il devait planifier son futur et pas juste celui de ses cadets. Par surprise, lorsqu’il sortit du bâtiment scolaire, Hajime était en conversation avec un monsieur que Sakuya ne connaissait pas. Il apprit quelques instants plus tard que le monsieur était recruteur pour une agence, et voulait recruter Hajime, disant qu’il avait la gueule d’un idol. Il avait beau être sourd, le plus jeune des deux frères savait très bien que le plus vieux adorait chanter, et selon Megumi, il chantait très bien. C’était une chance en or! Malheureusement, Hajime ne voyait pas les choses ainsi. C’était trop risqué, qu’il disait.

La situation de la famille Arakawa changea ce soir-là, alors qu’Hajime et Sakuya s’étaient assis sur le balcon de l’appartement, à argumenter sur la situation. Sakuya voulait coûte que coûte que son frère essaie. Les études de Megumi allaient bien, elle serait payée pendant son stage, pourquoi s’empêcher de rêver? Sakuya martelait les arguments de son aîné avec conviction. Il refusait de lâcher le morceau : Hajime signerait le contrat, point final. Heureusement, pour une fois il eut raison sur son frère, et Sakuya eut le bonheur de voir son grand frère s’épanouir dans un rêve qu’il n’avait jamais osé exprimer avant.

Tout allait bien, enfin. Sakuya continuait d’aller à l’école, il essayait de rattraper le retard que sa surdité lui avait causé, Megumi allait bientôt être médecin, et Hajime allait faire partie d’un groupe. Ce dernier avait vite fait de traîner Sakuya partout backstage, de le présenter à tout le monde… Aina était on ne peut plus fière de ses enfants, et chacun était enfin en paix avec lui-même. C’est dans ces années-là que Sakuya a développé ses plus beaux traits de personnalité, à la joie de tous ceux qui le cotôyaient.

Puis, la crise arriva. Sakuya la lut plus qu’il la vécut, sa famille le protégeant le plus possible, mais son école et celle de sa sœur avaient fermées, l’agence d’Hajime avait tout arrêté et le groupe n’existait plus…. C’était le chaos. Megumi avait été catégorique à son petit frère : Tu es une cible maintenant, tu ne sors plus tout seul. Heureusement, il n’avait pas besoin d’aller dehors pour jouer à ses jeux vidéos, et il oubliait tout ce qui se passait à l’extérieur de l’appartement… ou presque. Lorsque sa mère annonça aux jumeaux et à lui qu’elle partait s’occuper de ses parents à elle, il avait eu envie de retomber à l’adolescence et de lui faire une crise. Le seul parent qui l’avait aimé, elle s’en allait? Non, il ne pouvait pas l’accepter! Mais pourtant, ce fut que qui arriva, et ils réussirent à avoir que peu de nouvelles qu’elle, mais au moins, selon Hajime, elle était en sécurité. Il leur fallait maintenant survivre à trois.

Puis, Megumi revint un soir en parlant d’un endroit non touché par la crise, une île où ils pourraient aller. Sakuya s’y voyait vraiment. Il avait eu les yeux rivés sur les calculs de Megumi alors qu’elle faisait tout pour planifier leur départ, puis il vit sa sœur s’horrifier et Hajime être super calme. Que se passait-il? Pourquoi Megumi pleurait-elle? Qu’est-ce qu’on lui disait pas?

Il n’y en a pas assez pour nous trois, Saku. Je vais rester ici et vous rejoindre plus tard.

Sakuya avait hurlé. Littéralement, il s’était permis d’utiliser sa voix pour protester, et il se foutait éperdument de comment ça avait sonné aux oreilles de ceux qui pouvaient l’entendre. Il refusait de perdre Hajime. Il aurait refusé de perdre Megumi aussi, ils étaient son monde. Pour lui, s’était impossible qu’il revoit son frère après cela, et les larmes de sa sœur ne pouvaient en rien le convaincre du contraire.

Ne t'en fais pas, et promets-moi que tu vas continuer d'étudier. Je me fous en quoi, mais je veux te voir diplômé dans je vais te revoir.

Il était embarqué sur le bateau avec Megumi, et il avait décidé qu'il la rendrait fière, et il rendrait Hajime fier. Oui, il pleurait souvent, car sa mère et son frère lui manquaient énormément, mais il avait une promesse à remplir. Il avait un diplôme à obtenir. Depuis son arrivée sur l'ile, il avait commencé à suivre des cours afin de devenir programmeur. Après tout, il avait eu les yeux rivés sur un écran, non?

     
     
   
Code:
[color=#ff0000]★[/color] Hirose Daisuke — Arakawa Sakuya
   

     
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Hwang Karen
avatar
Admin ♦ belongs to Chonchon


That's my job : Neurochirurgienne
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Arakawa Sakuya | Silence is the loudest sound   Mer 2 Nov - 12:13

Rebienvenuuuuuuuuuuuuue :**: :**:

Je suis vraiment curieuse de le voir le petit là ♥ ! On aura aussi nos petits liens ♥♥

courage pour la fichette en tout cas !! :hero: :inluv: :luv:

Et toujours si besoin, hésite pas :heart:

amuse-toi bien avec lui tooooo ♥♥♥♥ :youpi: :crazy:



_________________

THERE WILL BE TOMORROW
And then a hero comes along with the strength to carry on and you cast your fears aside and you know you can survive. So when you feel like hope is gone, look inside you and be strong and you'll finally see the truth that a hero lies in you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Callahan Jun
avatar
Admin ♦ belongs to Lauly


That's my job : Serveur au Owl-ways en compagnie d'un beau cuisinier ~
That's where I live : Juhei
.
.
.

MessageSujet: Re: Arakawa Sakuya | Silence is the loudest sound   Mer 2 Nov - 12:17

Rebienvenuuuuuuuuuuuuuuue !!  :inluv:
J'ai hâte de connaître son histoire au ptit Sakuya !
J'espère que tu t'amuseras bien avec lui & bon courage pour la fiche ♥
(il nous faudra un lien aussi avec lui fufu :**:)

N'hésite pas si tu as le moindre souci !



_________________


   
   
if only
Memories are dangerous things. You turn them over and over, until you know every touch and corner, but still you'll find an edge to cut you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Oh Yeon Ju
avatar


That's my job : Médecin
That's where I live : Juhei
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Arakawa Sakuya | Silence is the loudest sound   Mer 2 Nov - 18:16

Rebienvenueeeeeeee :heart: :heart: :heart: :heart:
Courage pour la fichette de ton nouveau perso dont je ne connais pas l'avatar :)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Shiroi Akane
avatar
Makes love with the staff ~


That's my job : Gold Digger à temps plein ♦ Femme au foyer en prétention ♦ ballerine dans ses temps libres
That's where I live : Avec mon cher et tendre fiancé, en profitant pleinement des comodités de sa demeure. HELL YEAH!
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Arakawa Sakuya | Silence is the loudest sound   Mer 2 Nov - 20:32

:yay:  MON BÉBÉ 
Dans mes bras cutiepie! Il était temps!
Akane needs a friend. Courage pour la fiche!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Kang Mi Ran
avatar


That's my job : sage femme, enfin, actuellement à la recherche d'un poste stable dans un hôpital de l'île.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Arakawa Sakuya | Silence is the loudest sound   Mer 2 Nov - 22:24

Omg, j'ai tellement, tellement la chanson en tête maintenant à cause du profil. XD
Rebienvenue ♥


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Arakawa Sakuya
avatar


That's my job : Étudiant à temps plein en programmation
That's where I live : Dans un appartement à Uetani, avec sa grande soeur
.
.
.

MessageSujet: Re: Arakawa Sakuya | Silence is the loudest sound   Mer 2 Nov - 22:45

Woaaaah quel accueil!  :hihi:

"Petit" Sakuya est le plus grand de la famille, vous savez  :héhé:

Karen: Je sens la pression, là! Mais oui oui, je veux des liiiiens~ :keur:  

Jun: C'est pas très différent de Megumi, comme histoire, à vrai dire  :help: Je me répète, mais oui je veux des liiiiens pour mon petit isolé!

Yeon Ju: Hirose Daisuke est un actor de butai (stage plays) et de musical quand même assez populaire, par contre il est pas très connu hors Japon puisqu'il ne fait pas de télé   :bouhou:

Akane: UN DAISUKE DE PLUS, PRINCESSE.  :love: Sakuya needs a friend too!

Mi Ran: Ah la galère, j'y avais même pas pensé quand j'ai écrit ça ce matin!  :scary:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Callahan Jun
avatar
Admin ♦ belongs to Lauly


That's my job : Serveur au Owl-ways en compagnie d'un beau cuisinier ~
That's where I live : Juhei
.
.
.

MessageSujet: Re: Arakawa Sakuya | Silence is the loudest sound   Dim 6 Nov - 1:28


© blend & every


Tu es validé(e) !


Bienvenue parmi nous et ravi de t’accueillir à Nikko puisque tu viens d’être validé ! Tu vas pouvoir gambader dans les différents quartiers de la ville et profiter pleinement de la vie paisible de l'île.

Mais avant de pouvoir pleinement t’amuser sur le forum, il faut que tu te trouves des amis en créant ta relationship. De plus, si tu souhaites être constamnent en contact avec tes amis, tu peux aussi te créer un Multimédia. Et n’hésite pas non plus à venir nous rejoindre sur le flood et dialoguer, t’amuser avec tout le monde !

Pour mieux comprendre le fonctionnement de l'île, les bons à savoir se trouvent ici.

Bon jeu à toi et encore bienvenue sur le forum !
© _Viviie.





_________________


   
   
if only
Memories are dangerous things. You turn them over and over, until you know every touch and corner, but still you'll find an edge to cut you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Contenu sponsorisé


.
.
.

MessageSujet: Re: Arakawa Sakuya | Silence is the loudest sound   



Revenir en haut Aller en bas
 

Arakawa Sakuya | Silence is the loudest sound

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hiromu Arakawa
» Primavera Sound 2010 - 27 au 31 mai
» [MANGA/ANIME] Arakawa under the bridge
» The sound of music (la mélodie du bonheur)
» " Sound of noise "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Les premiers pas :: Contrôle des passeports :: Fiches validées-