AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Get out. Leave. It's too late now | ft Issei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
.
.
Callahan Jun
avatar
Admin ♦ belongs to Lauly


That's my job : Serveur au Owl-ways en compagnie d'un beau cuisinier ~
That's where I live : Juhei
.
.
.

MessageSujet: Get out. Leave. It's too late now | ft Issei   Dim 30 Oct - 23:15


Issei & Jun
Get out. Leave. It's too late now




Tout était compliqué en ce moment. Plus rien ne semblait fonctionner comme il le fallait. Tout allait de travers.
Ce n'était pas comme s'il n'y était pas habitué cela dit. Il subissait ce qui se passait chaque jour en sachant pertinemment que ça arriverait. Il ne l'empêchait pas, non plus. Il laissait venir, se laissait frapper par les coups du destin, se laissait couler le plus souvent. Il ne cherchait jamais à sortir la tête de l'eau. De toute façon, il était bien trop enlisé dans son propre malheur pour trouver la sortie.
Il subissait la vie. Sa cruauté. Son humour spécial. Il voulait la comprendre, parfois. Il voulait surtout comprendre ce qu'il avait fait de mal. Mais il ne cherchait pas à tout prix la réponse.
Il ne savait pas comment faisaient certains pour voir du positif à leur malheur. Lui avait beau chercher, il ne trouvait que du négatif. Que cela soit dans son passé comme dans son présent. Il pouvait toujours s'estimer heureux d'être en vie. Il le pourrait... s'il n'avait pas espéré mourir dans cette pièce plus d'une fois. Il avait tellement souhaité que la mort vienne l'accueillir pour qu'enfin tout ça prenne fin. Il se demandait comment il avait fait pour tenir jusque là. Sans doute que la peur le faisait survivre plus longtemps qu'il ne l'aurait cru.
Parce que oui, Jun ne vivait que dans la peur, et rien d'autre. Il n'était jamais tranquille. Il était toujours prêt à fuir, il regardait toujours par-dessus son épaule. Il faisait attention à tout, et surtout, à tout le monde. Il n'arrivait pas à accorder sa confiance. Il doutait constamment de tout ce qu'on lui disait, parce qu'il ne voyait là qu'une manière de le blesser ou de lui faire du mal à l'avenir.
Il avait des amis, bien évidemment, mais il ne leur accordait pas son entière confiance. C'était hypocrite, d'une certaine façon, mais il n'y arrivait pas. Il n'arrivait pas à se confier à eux. Il n'arrivait pas à leur raconter son passé et ne le mentionnait même jamais. Il n'arrivait pas à leur expliquer ce qu'il avait en tête, pourquoi il paraissait parfois aussi effrayé.
La seule personne à qui il pouvait tout dire, c'était Tetsuo, son frère. Et cela résumait bien la tristesse de sa vie. Il n'y avait que devant lui qu'il ne se forçait pas à sourire. Parce qu'il savait que Tetsuo n'avalait pas ça. Il savait que son sourire était faux. Au travail en revanche, ou devant ses amis, personne ne semblait s'en douter. Enfin, ils s'en doutaient peut-être mais personne ne lui demandait. Après tout, chacun avait ses propres soucis.

Et un souci, actuellement, lui aussi en avait un. Issei. Évidemment, il n'y avait que lui pour aller prendre sa commande – ironie de la vie, encore. Il n'avait pas envie d'y aller.
Il avait considéré ce garçon comme son ami. Il avait mis du temps à l'avouer, mais il avait fini par le faire. Et juste au moment où il pensait avoir enfin réussi à trouver quelqu'un qui ne le jugerait pas sur sa manière de vivre, il eut fallu qu'il découvre un sombre secret à son sujet. Issei était dans le trafic. Il ne savait pas de quoi exactement. Probablement d'organes. Et sans doute qu'il pensait vendre les siens un jour – il ne préférait pas savoir la réponse.
Alors il s'était naturellement éloigné. Si à leurs débuts Jun laissait toujours sa porte fermer quand Issei venait frapper, eh bien, c'était à nouveau le cas aujourd'hui. Il n'avait pas donné d'explications. Issei n'en avait pas besoin, selon lui. Il avait trahi sa confiance, ce n'était pas pardonnable, n'est-ce pas ?

Un sourire se posa sur ses lèvres alors qu'il s'avançait vers la table de celui qu'il ne voyait plus que comme un criminel maintenant. Il allait simplement faire son métier. Prendre sa commande. La lui apporter. Puis Issei s'en irait, et la journée pourrait reprendre son cours.

« Bonjour », commença-t-il, gardant cette esquisse sur ses lèvres sans pour autant le regarder, « Tu as fait ton choix ? », demanda-t-il, ouvrant son carnet tout en attrapant son stylo, « Ou tu as encore besoin d'un peu de temps pour réfléchir ? »

Il n'aurait pas pu choisir un autre restaurant. Non. Il fallait qu'il vienne ici. Aujourd'hui. Il ne pouvait pas venir quand il avait congé par hasard, histoire que ça arrange tout le monde ? Eh bien non.
Il osa redresser ses prunelles un instant, les dirigeant vers Issei dans une mine interrogatrice. Et il fit de son mieux pour garder son sourire et pour ne pas lui demander d'aller ailleurs. Question d'éthique, ça ne se faisait pas apparemment – ah.
luckyred.



_________________


   
   
if only
Memories are dangerous things. You turn them over and over, until you know every touch and corner, but still you'll find an edge to cut you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Sasaki Issei
avatar


That's my job : Chef d'un clan de Yakuzas / Ancien infirmier. (yakufirmier.)
That's where I live : Nikkou mais sa famille vit à Seppan.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Get out. Leave. It's too late now | ft Issei   Ven 4 Nov - 18:04

Issei & Jun

" Get out. Leave. It's too late now. "

Issei ne s'était jamais considéré comme un garçon chanceux. Et ce, depuis son plus jeune âge. Certes, il y a beaucoup d'orphelins sur Terre, certainement des milliers même. Mais il se sentait exclu : comme s'il était réellement né sous une mauvaise étoile mais pas les autres. Manière très égocentrique de penser, il le savait, mais il ne voit pas en quoi il devrait changer. Après tout, chaque humain à une petite part d'égocentrisme : rien que pour le fait de se penser assez important pour venir habiter à Gensou. Mais là n'est plus le sujet, car depuis son adolescence, sa bonne étoile s'est montré. Rencontrer Hana était dû à la chance, au destin. Mais que celle-ci l'adopte, c'était un miracle. Depuis cet instant, il s'était dit que peut-être, il n'était pas si malchanceux que ça. Peut-être que là haut, quelqu'un veillait sur lui ? Non pas qu'il croit en Dieu ou autre. Pleins de bonne choses lui était arrivé une fois qu'Hana et Hajime avaient signé ce formulaire d'adoption : il avait obtenu deux frères et une soeur, finis ses études en beauté et était devenu infirmier, chose qu'il avait toujours souhaité. Mais bien sûr, il fallait que la mauvaise étoile revienne. On parle d'un concept, comme quoi tout ne peut pas être bon ou mauvais dans la vie. Qu'il y a des périodes, où tout semblera horrible, dépressif. Et puis soudainement, de la chance, des passages joyeux, pour rester quelques mois, peut-être même année variées : des côtés malchanceux comme des côtés chanceux. Il avait lu ça un jour sur internet, quand il s'ennuyait. Et plus il pensait à sa vie, plus il y croyait. Après tout, il aurait pu mourir, poignardé par n'importe quel SDF avec qui il avait traînait, quand il arrivait à amasser plus d'argent qu'eux. De biens sombres pensées. 

Et bien sûr, les choses étaient revenus au calme une fois qu'il avait pris l'habitude d'être à la tête d'un clan de yakuza. Sa famille n'en savait rien, il n'avait pas à se salir les mains - les autres le faisaient pour lui - et il gagnait une belle somme d'argent au final. Il s'était même fait un ami à Nikkou ! L'un des premiers. Enfin, pas vraiment un ami, mais plus une profonde connaissance. Après tout, parler à travers une porte à quelqu'un, ce n'était pas trop un signe d'amitié - pas du tout même. La situation s'était arrangé avec Jun. Encore une fois, il se disait chanceux. Et puis bien sûr, il fallait que ça ne dure pas. Ils manquaient réellement d'effectifs dans ce clan et il ne pouvait envoyé personne pour faire ce trafic de drogue de dernière minute. Alors il y était allé lui-même. Bien sûr, Jun l'avait vu. C'était trop beau que celui-ci se soit enfin ouvert à lui, après des mois à se parler à travers du bois, sans se voir. Vraiment trop beau. Et aujourd'hui, il était revenu à la case zéro. Mais il ne comptait pas abandonné. Cette fois-ci, il allait faire en sorte de se prendre en main et d'amener la chance à lui.

Ce pourquoi il se retrouvait en cette soirée d'hiver, dans le Owl-ways. Il adorait ce petit restaurant, rien que pour son nom. Il trouvait ça très original - et puis c'était un jeu de mot qu'il appréciait particulièrement. Il avait fait attention à ce que ce soit bien un jour où Jun travaillait, pour ne pas le louper. Après tout, c'était le seul moyen qu'il avait pour que celui-ci lui adresse au moins la parole. Et apparemment, la chance était de son côté aujourd'hui, car Jun n'avait personne à servir quand il s'installa à l'une des tables pour prendre sa commande. Sachant qu'il ne devait pas brusquer son homologue, il se contenta d'un léger sourire quand celui-ci approcha avant de déclarer. " Le plat du jour, s'il y en a. Sinon, je n'ai pas encore choisi. " En fait, il n'avait même pas ouvert la carte. Il était venu dans l'optique de parler à Jun, pas de manger, alors il s'était juste installé et avait attendu que celui-ci vienne. " Ou bien ce que tu préfères dans le menu. Je n'ai vraiment pas d'idées. Et je n'ai pas d'envie particulière. " Il voulait vraiment parler à Jun. Et il ne comptait pas sortir de ce restaurant tant que Jun ne lui aurait pas adressé un mot. Et ce, même si la sécurité (s'il y en a une) doit le traîner dehors.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Callahan Jun
avatar
Admin ♦ belongs to Lauly


That's my job : Serveur au Owl-ways en compagnie d'un beau cuisinier ~
That's where I live : Juhei
.
.
.

MessageSujet: Re: Get out. Leave. It's too late now | ft Issei   Ven 4 Nov - 23:45


Issei & Jun
Get out. Leave. It's too late now




Pardonner. Oublier. Effacer le mal. Effacer les torts. Effacer la surprise, faire disparaître ce moment comme s'il n'était jamais arrivé. Le laisser se perdre dans les cendres d'autres pensées, d'autres souvenirs, d'autres instants douloureux... Non. Jun ne pouvait pas. Il avait un petit côté rancunier. Il ne pouvait pas se plaindre et dire qu'il ne voulait pas qu'on lui mente, car d'une certaine façon, il mentait à tout le monde aussi. Mais il aimerait simplement savoir si donner sa confiance à quelqu'un le perdrait ou non. Il aimerait simplement savoir si ça valait le coup de s'y jeter à corps perdu sans avoir peur. Il aimerait être sûr qu'il ne perdrait pas de l'énergie dans tout ça, et qu'il n'y perdrait pas plus encore. Il voulait être sûr de n'y laisser aucune larme. Il n'avait pas envie d'être blessé une nouvelle fois. Il n'avait pas envie de se dire que la seule personne sur qui il pouvait compter, c'était son frère. Pourtant c'était le cas. Il ne pouvait compter que sur Tetsuo. Il était le seul à qui il contait ses malheurs, sans toujours aller dans les détails. Il était le seul qui savait tout de son passé. Il ne se permettait pas de le juger ni de lui faire des remarques sur ses actions, sur sa manière de vivre. Il suivait sa façon de voir les choses, même si Jun voyait bien que parfois il n'était pas d'accord. Mais il ne le forçait pas à faire autrement. Parce qu'il savait que c'était mieux pour lui ainsi. Il l'écoutait, quelques fois en silence, et le calmait. Il ne se permettait pas de placer quelques commentaires désagréables ici ou là. Il était le seul qui savait l'apaiser. Avec du temps, mais il y parvenait. Il savait ce qu'il devait lui dire durant ces moments et ce qu'il n'avait pas le droit de prononcer. Ca avait été chaotique au début et Tetsuo avait été maladroit de nombreuses fois en laissant échapper des mots qui paniquaient encore plus Jun qu'autre chose. Il se souvenait de cette façon où Tetsuo avait malencontreusement prononcé le nom de son ravisseur. Ca avait suffit pour l'envoyer dans un autre monde et le propulser dans une panique tellement forte qu'il avait perdu la notion du temps et du l'espace. Il se souvenait de cette fois-là, et surtout du regard effrayé de Tetsuo qui venait de comprendre qu'il avait commis une erreur. Ce fut la seule fois où il articula le nom de cet homme. Il avait compris, après, qu'il ne valait mieux pas le prononcer. Cela valait encore pour aujourd'hui. Le simple nom de son kidnappeur le rendait totalement dingue – et pas dans le bon sens. En plus de se laisser aspirer par le passé, il se laissait entraîner par le présent dans une course folle et tenter de fuir l'avenir. Il perdait la notion de tout et ne savait plus rien. C'était dans ce genre d'instants qu'il se demandait réellement pourquoi cet homme l'avait laissé en vie. Pour le torturer pour le reste de son existence ? Pour achever sa vie avant qu'elle ne commence réellement ? Ou bien n'avait-il eut aucun but, si ce n'était d'assouvir une envie malsaine ? Il ne saurait jamais et c'était probablement mieux comme ça.

S'il en voulait énormément à quelqu'un, c'était à lui, bien sûr. A cet homme qui l'avait enlevé. Parce que c'était lui qui avait gâché sa vie. C'était lui qui lui avait retiré toute envie d'avancer, de profiter et de sourire sincèrement encore. Il lui avait arraché tous ses espoirs, tous ses rêves... Il ne restait plus rien. Même si on le suppliait, il ne pourrait jamais pardonner un tel acte. Il ne pourrait jamais oublier la misère qu'il avait subi, la solitude qu'il avait ressenti et la peur qui habitait toujours son corps à l'heure actuelle. Il ne pourrait jamais oublier cette détresse dans laquelle il l'avait mis.
Il avait accordé sa confiance à cet homme, en pensant qu'il était un bon voisin, en lui parlant souvent, en s'adressant à lui comme s'il s'adressait à un ami. Et voilà ce qu'il avait récolté.
Alors non, il ne pouvait pas non plus pardonner à Issei. Certains pouvaient dire que c'était idiot. Car Jun lui mentait aussi. Jun ne s'était pas entièrement dévoilé et Issei n'avait pas eu de réelles raisons de le faire. Hors il s'était senti trahi ce soir-là, en le découvrant dans cette rue sombre. La confiance qu'il avait commencé à lui donner s'était brisée en plusieurs éclats en l'espace de ces quelques secondes pour disparaître totalement. Il ne pouvait pas risquer de se faire attraper. Il ne pouvait pas risquer de se faire blesser. Il ne pouvait pas risquer qu'Issei lui fasse du mal. Il ne savait pas dans quoi il était exactement, s'il vendait de la drogue ou s'il organisait des combats de chiens. S'il vendait des organes ou blanchissait de l'argent. Il n'en savait rien. Et il ne voulait pas savoir.
Tout ce qu'il savait était qu'il ne pouvait se permettre de lui accorder sa confiance. Issei l'avait peut-être approché avec une idée derrière la tête. Et il ne souhaitait pas le découvrir. Alors autant s'éloigner avant qu'il ne soit trop tard.
C'était blessant, parce qu'il commençait presque à le voir comme un ami. C'était blessant, parce qu'il commençait à oublier leur premier rencontre et à se dire qu'il était peut-être quelqu'un de bien finalement. Quelqu'un avec qui discuter, avec qui passer du bon temps. Un ami.
En qui il n'aurait jamais réellement eu totalement confiance. Parce que Jun était Jun et que même s'il s'était mis à le voir comme un ami il n'aurait pas pu tout lui dire.
Parce qu'il restait toujours ce « Et si... ».

Inclinant faiblement le visage, un léger souffle mourut contre ses lèvres avant qu'il ne hausse brièvement les sourcils. Le plat du jour, il en restait. Normalement. … Il allait tout faire pour qu'il en reste en tout cas. Quitte à demander à un cuisinier de lui faire quelque chose qui y ressemblait. Il commença alors à noter l'information sur son petit carnet, arquant un sourcil à la remarque d'Issei. Ce qu'il préférait ? Il était pas sérieux au moins ?

« Tu n'as pas d'idées ni d'envies particulières ? », l'interrogea-t-il, le sourcil toujours arqué, une mine confuse étirant ses traits. Il venait au restaurant pour quoi alors au juste ? Juste pour occuper une chaise ? Il pointa lentement le menu avec son stylo, « Tu n'as pas lu la carte ? Je peux pas choisir pour toi tu sais... »

Il l'observa encore, gardant cet air confus sur le visage, le sourcil arqué, avant qu'il ne soupire faiblement dans un roulement d'épaules.

« Il reste des plats du jour oui », dit-il doucement tout en finissant enfin de tout noter. Il releva rapidement le regard sur la salle, faisant signe à un client qu'il allait le rejoindre pour prendre sa commande. Il se tourna alors vers Issei, le fixant quelques secondes, les traits de son visage n'exprimant pas grand chose avant qu'il ne se mette rapidement à sourire, comme à son habitude, « Je t'en apporte un tout de suite »

Il recula d'un pas et laissa son regard se perdre un instant sur la table voisine avant qu'il ne repose son attention sur Issei.

« Tu voudras un verre d'eau avec ? », et il s'était retenu de lui demander s'il ne voulait pas tout de suite un café. Histoire qu'il ait tout sur la table, et que Jun n'ait pas besoin de revenir vers lui plusieurs fois.
Ca expédierait le repas plus vite aussi. Comment ça Jun voulait le voir partir ?
luckyred.



_________________


   
   
if only
Memories are dangerous things. You turn them over and over, until you know every touch and corner, but still you'll find an edge to cut you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Sasaki Issei
avatar


That's my job : Chef d'un clan de Yakuzas / Ancien infirmier. (yakufirmier.)
That's where I live : Nikkou mais sa famille vit à Seppan.
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Get out. Leave. It's too late now | ft Issei   Ven 18 Nov - 20:11

Issei & Jun

" Get out. Leave. It's too late now. "

Dans sa vie, il y a peu de fois où Issei s'était sentis nerveux. Il eut la fois où Hana vînt l'accoster : il avait peur que la jeune femme ne vienne lui crier dessus. Lui dire de trouver un travail, d'arrêter de polluer la Terre et les rues de Nagoya. Une haine sans trop de motifs : ça ne serait pas la première fois qu'il aurait subis ce genre de remarques. Il n'a jamais vraiment compris, comment une personne vivant dans le confort, pouvait avoir l'envie de rabaisser quelqu'un plus bas que terre, alors que cette personne pouvait déjà être au plus bas. S'il avait pu, bien sûr qu'il aurait été un citoyen modèle. Mais ce n'est pas aussi facile. Alors qu'elle fut sa surprise quand cette femme ne lui montra que de la tendresse. Jamais il ne s'était sentit aussi aimé qu'en ces quelques instants. Le stress était donc passé aussi rapidement qu'il était venu. Puis ensuite, vînt le moment où il entra pour la première fois à l'école. Aurait-il le même niveau que les autres élèves ? Serait-il considéré comme le cancre de la classe ? Se ferait-il maltraité pour être plus âgé que les autres ? Mais rien de tous cela. Ces pensées lui avaient noués l'estomac et sa journée de rentrée avait été comme un cauchemar éveillé. Jusqu'à ce qu'il se pose dans sa chaise. Directement, d'autres élèves commencèrent à s'intéressait à lui, étant "le nouveau de la classe" alors qu'il commençait l'année comme tous le monde. Une fois de plus, après quelques minutes à être le centre d'intérêt de tous le monde, le stress d'Issei s'envola. La dernière fois qu'il ressentit un stress aussi intense que maintenant, c'était quand il avait appris être le fils d'un yakuza. Mais en même temps, qui n'aurait pas été nerveux ? Passer d'infirmier à yakuza, ce n'était pas rien. C'était même totalement différent. Aucun lien, pas un seul. Et qui aurait cru qu'il serait aussi à l'aise à faire ce "métier" ? Certainement pas lui. Et encore moins ses parents, ce pourquoi il ne disait rien. Malgré sa majorité, il avait toujours cette peur que, s'il faisait quelque chose de mal, Hana et Hajime ne voudrait plus de lui. Il l'avait adopter, et Issei ne sait pas vraiment comment fonctionne les papiers d'adoption, mais qui sait, peut-être qu'ils peuvent être considéré comme nuls si les parents se rétracte ?  Et il ne voulait pas leur donner une raison pour le rejeter. Pour qu'il se retrouve seul, une fois de plus.

Peut-être étais-ce aussi la raison pour laquelle Issei ne voulait pas laisser Jun lui filer entre les doigts. Pour ne plus être seul. Pour se sentir en quelques sortes aimé ? Bien qu'entre eux, le mot apprécié serait certainement plus juste. On ne peut pas le dire comme ça, mais Issei est une personne peu sûr de lui. Ayant connu la solitude toute son enfance, et ayant connu la chaleur qu'une famille peut apporter, il ne supporte plus la solitude. Le silence trop bruyant, trop oppressant, trop présent. Rien que ça, ça lui fait peur. D'autre personnes ont peur des araignées, voir des abeilles. Lui, il a peur du rejet. De se sentir vide. Même inutile. Alors au fond de sa tête, il a un peu l'impression qu'il s'accroche à Jun comme à une bouée de secours. Qui l'aurait cru, vu le début qu'à pris leur relation. Mais qui pourrait oublier une entrée fracassante comme celle d'Issei dans la vie de Jun ? Personne. C'est donc avec l'espoir que Jun se rappelle tous leur bons moments - ou du moins, le peu qu'ils ont partagés - qu'un jour, il laisse une nouvelle fois tomber ses barrières pour permettre à Issei de redevenir quelqu'un en qui il peut avoir confiance. Si Jun lui a fait confiance un jour. Chose dont il a toujours douté, et dont il doute encore aujourd'hui.


 " Hm.. Non, je n'ai pas lu la carte, c'est vrai. " Il se gratte un peu l'arrière de la tête, la nervosité revenant au galop. Issei se dit que s'il espère voir Jun lui parler une nouvelle fois un jour, il ne devrait pas mentir. Alors il reste sincère : mais pas trop non plus. Il ne veut toujours pas le brusquer, et compte bien ne pas lui dire qu'il est venu que pour lui parler. Même s'il sait que Jun n'est pas bête, et qu'il l'a certainement deviné.



Il se cache un peu, mais en voyant Jun faire signe aux autres clients qu'il arrive, Issei ne peut s'empêcher de râler. Ils pouvaient pas trouver un autre restaurant pour la soirée sérieusement ? Rien qu'à cette pensée, il a l'impression d'être une lycéenne entrain de stalker son premier coup de coeur, mais tant pis. Il veut parler à Jun, merde alors. Il reprend cependant rapidement contenance en regardant Jun. " Oui, je veux bien de l'eau s'il te plaît. Pétillante s'il y a. San pellegrino, de préférence. " Oui, pas chiant le mec. Mais comme ça, Jun mettra un peu plus de temps à trouver et sera bien obligé de lui dire si oui ou non, ils ont la marque qu'il demande. Il aurait d'ailleurs du en demander une plus rare, mais les mots sont sortis de sa bouche plus rapidement qu'il ne le pensait. Il aurait voulu que les sourires de Jun soit un minimum sincères, mais il avait bien remarqué que ce n'était qu'un masque. Il avait du boulot à faire dis donc. " Dis moi, y aurait-il une carte des desserts ? Je sens la faim venir petit à petit, je pense qu'un seul plat du jour ne suffira pas à me rassasier. "  Il ne pouvait pas faire plus subtil que ça pour montrer que non, son p'tit cul ne bougerait pas de cette chaise avant que Jun ne lui autorise à lui parler. Non monsieur, hors de question.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Callahan Jun
avatar
Admin ♦ belongs to Lauly


That's my job : Serveur au Owl-ways en compagnie d'un beau cuisinier ~
That's where I live : Juhei
.
.
.

MessageSujet: Re: Get out. Leave. It's too late now | ft Issei   Lun 21 Nov - 16:42


Issei & Jun
Get out. Leave. It's too late now




Avoir sa confiance – ou presque du moins. La trahir. Et revenir la bouche en cœur comme si rien ne s'était passé ? Comme si rien n'était arrivé ? Jun ne pouvait pas le permettre. Il ne pouvait pas non plus se permettre de faire comme s'il ne savait rien. Comme s'il ne savait pas qu'Issei manigançait des choses dans le dos de tous. Il ne pouvait pas fermer les yeux. Il ne pouvait pas faire comme s'il n'avait rien vu et continuer de le voir et de lui parler. Et presque croire qu'il était un ami. Presque le considérer comme tel. Il ne pouvait pas. Il ne pouvait plus, plutôt. Il ne pouvait pas prendre un tel risque. Hors de question de souffrir une nouvelle fois. Hors de question de se voir priver de liberté une seconde fois. Hors de question de faire confiance à la mauvaise personne encore une fois.
Les risques inutiles, ce n'était pas pour lui. Et là, c'en était un. Parler à Issei et faire comme s'il n'avait rien vu pourrait le mettre en danger. Il ne savait pas ce que l'autre garçon trafiquait. Peut-être qu'il vendait des médicaments, peut-être qu'il vendait des bouts de corps, il n'en savait rien. Il ne voulait pas être une victime et se voir ôter ce pourquoi il luttait tous les jours. Il se privait déjà de tant de choses, et maintenant il devait mettre des barrières entre Issei et lui. Lui faire comprendre qu'il ne pouvait tolérer ce genre de comportements, ce genre de déviances. Issei pouvait faire ce qu'il voulait de sa vie, à condition de ne pas l'y mêler. Le danger était trop grand, s'il restait à ses côtés. Ne donnerait-il pas l'impression de dire qu'Issei pouvait bien le tuer il s'en fichait s'il restait ? Qu'il pouvait bien l'enfermer, le battre, et tout un tas d'autres choses ? Rien que l'idée de se faire enfermer à nouveau lui donnait la nausée et il en avait des sueurs froides.
Le mieux qu'il puisse faire était de s'éloigner. Il supposait qu'il n'avait pas besoin de s'expliquer. Ce n'était pas comme s'il lui devait, surtout. Il donnait moins de nouvelles et gardait sa porte fermée quand l'autre homme arrivait. Comme au début. Il n'ouvrait plus, il ne le laissait plus entrer et lui ne sortait plus s'il savait qu'il était dans le couloir. Il pourrait lui expliquer, mais ce serait devoir faire face à une confrontation. Il n'en avait pas envie. Il n'avait pas envie d'écouter tout un tas de mensonges pour justifier ce qu'il faisait. Il n'avait pas envie d'entendre tout ça. Parce qu'il connaissait la vérité et que ce serait encore plus blessant de comprendre qu'Issei lui mentait.
Il ne s'était pas expliqué et ne comptait pas le faire. Issei devait savoir pourquoi il s'en allait, pourquoi il le gardait derrière la porte et prenait grand soin à ne plus le laisser entrer. Il devait s'en douter, au moins.
Et si ce n'était pas le cas... tant pis. Ce n'était pas Jun qui irait lui donner des explications. Il se sentait trahi, et potentiellement en danger s'il restait près de lui. C'était blessant. Epuisant, aussi.
C'était épuisant de toujours devoir faire attention à tout et tout le monde. C'était épuisant d'être toujours sur ses gardes, de toujours devoir surveiller les alentours, d'analyser chaque mot qu'on lui disait. C'était épuisant de toujours se méfier, de garder ses barrières intactes, de ne laisser personne s'approcher trop près pour voir ce qui animait son âme. C'était épuisant, et il avait cru pouvoir trouver un peu de repos en compagnie d'Issei. Dieu qu'il s'était trompé...
C'était une déception. Mais au moins il savait ce qu'il lui restait à faire. Il savait qu'il devait garder ce masque sur son visage pour rien ne laissait paraître.
C'était peut-être égoïste. Hors pour Jun c'était surtout une question de survie. Ce n'était pas comme si le monde courait à sa perte et que les êtres humains étaient prêts à tout pour vivre, hein ? Enfin, ça l'était. Juste que tout semblait tamponner par l'ambiance de l'île. Ce n'était pas pour autant qu'il y croyait, lui, à ce renouveau. Ca lui paraissait être une belle blague, un beau rêve qu'on vendait aux personnes désespérées pour pouvoir les mettre à genoux et suivre chacun de nos volontés.
Selon Jun, il y avait un but à tout ça. Une manigance encore plus grande que le monde. Qui irait offrir tout ceci à de parfaits inconnus sans rien demander en retour ? Qui ouvrirait les portes du petit monde à part qu'il avait bâti pour accueillir des personnes du monde entier ? Il y avait forcément quelque chose. On attendait forcément quelque chose d'eux. Il ne savait tout simplement pas quoi.
Il ne pouvait pas croire que l'on pouvait agir par simple gentillesse sans rien espérer comme merci. Ce n'était pas possible. Pas dans ce monde.

A la remarque d'Issei, Jun retint le long soupir qui lui chatouillait les poumons de s'échapper de sa bouche. Il se pinça un instant les lèvres, le ravalant difficilement et haussa les sourcils dans un air surpris mais pas si surpris que ça. Evidemment que non, il n'avait pas regardé la carte. Pourquoi le ferait-il hein ? Ce n'était pas comme si la carte était au centre de la table bien en évidence. Ce n'était pas comme si c'était la chose logique à faire non plus. Alors pourquoi se prendrait-il la peine de l'ouvrir et de regarder, hein ?
Il n'en était pas si surpris en soit. Il laissa tout de même un léger souffle courir sur ses lèvres avant de forcer un nouveau sourire.
Il hocha doucement la tête, notant rapidement les quelques mots sur son carnet, redressant lentement ses prunelles vers lui. Il le fixa longuement, les yeux quelque peu plissés dans un air peu amusé... Sérieusement ? Il voulait pas encore qu'il l'emmène avec lui pour qu'il puisse choisir la bouteille non ? De l'eau pétillante restait de l'eau pétillante.

« Tu veux un nombre de bulles précis dans la bouteille ou... ? », il haussa les épaules dans une mine légèrement interrogatrice. Il était allé jusqu'au détail de la marque, peut-être bien qu'il ne voulait pas dépasser les dix bulles par verre – ce qui ne l'étonnerait pas, en fait.

C'était comme si Issei essayait juste de rendre sa journée encore plus longue. Parce qu'il allait devoir chercher, fouiller, pour trouver cette maudite bouteille d'eau pétillante.

« La carte des desserts ? », parce qu'il comptait rester aussi longtemps ? Vraiment ? L'injustice à l'état pur. « Je te la rapporte avec l'eau », souffla-t-il, soudainement peu motivé de faire plaisir au client mais une esquisse ornait malgré tout ses lèvres. « Je vais d'abord prendre la commande des clients là-bas. Ca va vite quand ils lisent la carte », et il pointa le dit objet avec son stylo dans un léger hochement de tête.

Il inclina rapidement la tête et s'en alla vers l'autre table, où il prit la commande de chacun. Comme il l'avait dit, ça allait plus vite quand ils lisaient la carte. Il nota le tout sur son carnet et alla en cuisine poser ses commandes pour les cuisiniers, puis alla chercher cette maudite bouteille d'eau pour Issei. Il s'assura trois fois que personne ne traînait dans son dos et arpenta rapidement la pièce, surveillant plusieurs fois que la porte restait bien ouverte. Un long soupir de soulagement lui échappa quand il attrapa la bouteille qu'Issei voulait. Il avait peut-être un peu de chance finalement – mais alors un peu.
Prenant un plateau il y posa la bouteille et un verre et retourna à la table d'Issei, prenant une carte des desserts au passage. Il déposa le tout devant Issei dans un sourire, lui assurant que le reste arriverait bientôt.

« Oublie pas de lire la carte », lui conseilla-t-il, « Je reviendrai prendre ta commande quand je t'apporterai le plat », il jeta un coup d’œil au reste de la salle, reposant ensuite son regard sur le jeune homme devant lui, « Besoin d'autre chose ? »

Et encore une fois, un sourire forcé brillait sur ses lèvres – il espérait qu'Issei n'ait besoin de rien et qu'il puisse aller s'occuper d'une autre table.
luckyred.



_________________


   
   
if only
Memories are dangerous things. You turn them over and over, until you know every touch and corner, but still you'll find an edge to cut you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Contenu sponsorisé


.
.
.

MessageSujet: Re: Get out. Leave. It's too late now | ft Issei   



Revenir en haut Aller en bas
 

Get out. Leave. It's too late now | ft Issei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Stug IV Late
» Stug IV late
» Camouflage Tiger I ausf.E Late
» Sdkfz 7 - 8t late + 88mm Flak 37
» SPAD III late de Turennes et Rogues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Welcome to Nikkou :: Uetani :: Owl-ways-