AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Hwang Karen ♦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
.
.
Hwang Karen
avatar
Admin ♦ belongs to Chonchon


That's my job : Neurochirurgienne
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Hwang Karen ♦   Dim 30 Oct - 19:57


 
Hwang Karen feat Moon Chae Won

 
Qui je suis

+ Anecdotes +
Elle a une petite fille de 6 ans qu'elle a nommé Mizuki. Son père n'a jamais été au courant et si elle le croise un jour, elle est certaine de ne pas lui avouer la vérité • Plus jeune, elle a été victime d'ijime, voir même plus encore mais elle s'en sert comme exemple aujourd'hui • Elle n'est pas capable de se regarder dans un miroir, c'est pour cela qu'elle n'en a qu'un seul chez elle : dans la salle de bain • Elle a toujours voulu aider les autres, l'une des raisons pour laquelle elle s'est lancée dans la médecine • Elle n'a plus aucune nouvelle de ses parents depuis qu'elle est parti sur l'île mais elle s'en fiche. Ce n'est pas comme si c'était très différent d'avant • Elle est avide de découverte, n'importe quel sujet l'intéresse • L'amour ? Elle s'y consacre pas vraiment. Elle n'en a pas le temps mais si jamais il lui tombe dessus, elle n'est pas non plus du genre à le fuir

passe ta souris si tu veux en savoir plus
Surnom: IdkAge: 27 ansVille de naissance: Tokyo, Un 7 févrierMétier/études: NeurochirurgienneOrientation sexuelle: HétérosexuelleSituation amoureuse: Célibataire mais mamanGroupe: Hide & Seek
DERRIÈRE L’ÉCRAN: Moi c'est Lauly again  et j'ai toujours 23 ans. J'ai connu le forum grâce à ma faiblesse ♥. Mon personnage est un inventéet Je suis trop weak, je vous aime ♥ #junismine


en savoir un peu plus sur moi

 
+ Caractère

Douce + Intelligente, elle a la faculté d'apprendre facilement + Studieuse + Sensible + Fidèle + Aimante + Rancunière, mais cela dépendra de la situation et à quel degré on l'a blessé + Adroite + Discrète + Attentionnée + Méfiante + Ambitieuse

+ Histoire

La vie n’est pas toujours facile, elle ne l’est d’ailleurs même jamais. Il n’existe pas une personne qui n’a pas souffert au moins une fois dans son existence. Hors, au bout du compte, ce n’est pas le plus important à retenir. Le plus important est de ne pas se laisser abattre, de se relever et de prendre une revanche sur cette vie qui n’a pas été des plus clémente avec nous. Karen était certainement le meilleur exemple de cela. Elle n’avait pas eu énormément de chance par le passé, elle avait beaucoup souffert. Plus que certains, moins que d’autres. Elle gardait encore aujourd’hui des séquelles de son passé, des morceaux de rage qu’elle avait renfloué mais qu’elle n’oubliait pas pour autant. Seulement grâce à cela, elle avait appris à devenir plus forte, plus autonome et réussir là où d’autres auraient échoué. Mais pour comprendre ceci, certainement qu’il était préférable de revenir plusieurs années en arrière.

Karen n’était pas né avec une cuillère d’argent au creux des lèvres. C’était même tout le contraire. Ses parents n’avaient pas beaucoup d’argent, tout juste assez pour subvenir à leurs besoins et encore... Il y avait parfois des mois où ils n’avaient pas le choix que de se doucher à l’eau froide parce qu’il n’avait pas pu payer les charges à temps. Il y avait eu aussi ses soirs où par économie d’électricité, ils se satisfaisaient de bougie néanmoins chacun s’adaptait facilement à son quotidien. Le plus difficile avait été certainement de ne recevoir aucun amour de ceux qui l’avaient mis au monde. Ils lui donnaient à manger, ils lui payaient l’école hors c’était à peine s’ils lui accordaient une véritable attention, pas même un regard. Si la jeune femme, encore enfant à cette époque, n’en disait rien, à chaque jour qui s’écoulait, elle s’en retrouvait de plus en plus blessée. Elle en était même venue à culpabiliser, pensant que les problèmes qui régnaient à la maison était peut-être de sa faute, que peut-être il aurait mieux valu qu’elle ne vienne jamais au monde et que peut-être ses parents auraient été plus heureux. Elle était un brin naïve, très sensible aussi et elle ne parlait pas beaucoup. A l’école, elle était souvent en retrait de ses camarades parce qu’elle était timide, parce qu’elle était un peu trop sérieuse aussi.

Elle aimait découvrir les choses, de ce fait, elle aimait les cours. Parce que selon elle tout ce qu’on lui apprenait était intéressant cependant ce côté de sa personnalité ne l’aida pas réellement à se faire des amis. On se moquait souvent d’elle, cette fille qui était toujours devant en classe, avec cette petite lunette et ses deux couettes. Karen avait la chance d’être intelligente mais elle était par dessus tout studieuse. A peine enfant, elle avait déjà de grandes ambitions comme devenir avocate, vétérinaire ou même médecin pour soigner les malades. Peut-être parce qu’elle voyait en ses métiers l’opportunité d’avoir plus d’argent, qu’elle ne souhaitait pas que ses enfants vivent la même vie qu’elle ou tout simplement parce qu’elle aimait aider les autres. Hors malgré ses objectifs, elle ne se sentait pas bien dans sa peau, encore moins avec toutes ces moqueries qu’on lui donnait, toutes ces brimades qu’on lui infligeait. Au collège, au lycée aussi, ça avait d’abord commençait avec la colle sous ses chaussures, les menaces dans son casier pour finir arroser dans les toilettes de l’établissement et n’avoir d’autres choix que de rentrer en tenue de sport. A tout ça, elle s’y était habituée. Elle se refermait dans son monde, ne ripostait pas quand on l’embêtait et continuait de travailler avec assiduité. Ces gens là, de toute façon, elle ne les verrait plus à l’avenir donc autant les ignorait. Comme dit si bien le proverbe « on répond aux imbéciles par le silence ».

Malheureusement, la pauvre fille n’avait pas fini d’en baver. A l’université, les moqueries continuèrent hors ce n’était pas le pire. Le pire était certainement ce jour où elle réalisa être tombée amoureuse. Pas de n’importe qui non. Elle s’enticha du garçon le plus populaire de la faculté. Un garçon abjecte, hautain et qui ne se gênait pas à rabaisser les autres par pure plaisir. Encore aujourd’hui, la jeune femme n’aurait pu dire ce qu’elle avait trouvé chez cet homme. Peut-être était-ce ce sourire qu’elle voyait sur ses lèvres, ce regard de braise qu’il avait et qui avait fait fondre plus d’une fille. Après tout, il était doué et savait jouer de ses charmes. Elle s’était surprise à sourire plus naïvement, à se faire plus coquette aussi et ça n’avait pas échappé aux yeux des autres. Il y avait eu cette camarade de classe avec qui elle s’entendait à merveille, cette fille qu’elle croyait être son amie mais qui n’avait pas attendu une minute pour révéler à tout le monde que Karen était amoureuse de cet étudiant dés qu’elle l’avait su. La demoiselle s’était sentie trahie, humiliée par la seule amie qu’elle avait parce qu’elle savait que tout ceci attirerait encore plus le regard sur elle, qu’on allait la charrier toujours plus et la ridiculiser.

Les Hwang n’avaient pas énormément d’argent, ça se savait. Si bien que l’étudiante n’avait d’autres choix que de travailler à mi-temps pour payer ses études puisque ses géniteurs ne l’aidaient plus. Elle n’était pas obligée mais d’elle-même, elle l’avait fait allant même jusqu’à se mettre des sous de côtés à chaque fin de mois. Tôru, ce garçon qu’elle aimait, en avait profité. Durement profité même. Parce qu’il savait que cette fille était amoureuse de lui et que ça l’amusait de la rendre plus misérable qu’elle ne l’était. Karen était naïve mais surtout elle l’aimait avec sincérité, elle était persuadée que le jeune homme avait un bon fond. Elle s’était trompée. Il l’avait approché discrètement, il l’avait dragué afin de littéralement, la mettre dans son lit un soir. C’était fou à quel point l’amour vous rendez stupide parce qu’il l’avait humilié le jour suivant, lui donnant une enveloppe avec de l’argent, non pas sans lui dire qu’il avait apprécié. Son coeur s’était serré mais elle ne lui en avait pas voulu. De toute façon, elle en avait besoin de cet argent donc de quoi se plaignait-elle ? Le jour suivant à l’université, Tôru n’avait pas hésité à s’en vanter, déclarant qu’il avait réussi à avoir si aisément une fille aussi timide et renfermée qu’elle. On déclara qu’elle cachait bien son jeu, allant même jusqu’à la qualifier de fille facile. Peut-être était-elle tout simplement trop stupide. N’importe qui à sa place aurait fait payer à cet homme l’humiliation qu’il lui avait infligé, aurait compris qu’il n’avait rien d’une bonne personne, qu’il ne méritait pas un amour comme le sien. Et pourtant... Elle ne lui en avait pas voulu. Au contraire, elle s’était laissée berner encore et encore. Il lui avait dit qu’il avait envie d’elle, qu’elle lui plaisait et que si ce genre de relation lui convenait, il la paierait. Pouvait-on lui en vouloir d’avoir accepté ? Elle pouvait partager des moments intimes avec l’homme qu’elle aimait et en plus de cela, on lui donnait de l’argent. Ses parents ne s’occupaient plus réellement d’elle, la rémunération de son travail n’était pas suffisante pour subvenir à tous ses besoins et ce garçon était riche. Elle n’avait pas l’impression de profiter de lui, c’était lui qui profitait d’elle, de ses sentiments. Sans parler du fait qu’il n’avait de cesse de s’en moquer, de se vanter, de tout raconter à la faculté. Il y avait ces fois où il allait jusqu’à lui demander des choses malsaines, des choses qui la dégoûtaient mais qu’elle faisait parce que Tôru n’hésitait pas à lui rappeler que ce n’était que ce qu’elle méritait, qu’elle n’était qu’une petite « pouffiasse », que sa vie ne se résumerait qu’à ça, à se rabaisser à des hommes comme lui et d’être indemnisé en conséquence. Il l’avait ridiculisé, ne se gênant pas à diffuser des photos obscènes d’elle dans l’enceinte de l’université, des photos que lui-même aurait pris sans lui demander réellement son accord puis de toute manière, elle n’avait pas son mot à dire.

Son amour pour cet individu se transforma petit à petit en haine, une rage intense qu’elle gardait encore amèrement en souvenir à l’heure actuelle. Elle ne comprenait pas comment on pouvait être aussi cruel, aussi méprisable et surtout, comment elle avait pu s’enticher d’un type pareil. Bien que ses sentiments avaient disparu, elle ne mit pas de terme à cette relation, se contentant simplement de profiter de cet argent que Tôru lui donnait néanmoins lui-même avait du remarquer que ce n’était plus pareil, qu’elle avait perdu de sa vivacité lorsqu’ils se voyaient et dans ces moments là, à nouveau, il lui rappelait encore ô combien elle était pitoyable. Autant dire que Karen n’avait pas besoin de lui pour s’en rendre compte. Elle se détestait, elle avait honte d’elle et c’était à peine si elle osait observer son reflet dans le miroir tant elle se sentait sale, misérable, même minable.

Tout changea l’année de ses vingt ans. Ce jour où assise dans une consultation d’hôpital, on lui annonça qu’un nouveau né était en train de grandir dans son corps. Choquée, désemparée, la jeune fille n’avait pas su quoi faire alors que sa main se posait doucement sur son ventre. Elle n’avait pas besoin de réfléchir pour savoir qui était le père et pas une seule seconde, l’idée de lui en parler ne lui traversa l’esprit. Parce qu’elle le haïssait, qu’elle ne souhaitait pas de son aide et qu’elle connaissait déjà sa réponse. Sûrement qu’il lui aurait demandé d’avorter, c’est ce qu’il aurait fait. Karen était trop jeune, elle n’avait pas des parents pour l’aider à éduquer un enfant, elle n’avait pas vraiment les moyens non plus cependant aussi stupide soit-elle, elle n’avait pas voulu ce petit être de son corps. Peu importait ô combien elle détestait son géniteur, peu importait ô combien celui-ci était cruel, ce tout jeune embryon n’avait rien demandé... Et disons que grâce à lui, ça lui avait donné une nouvelle force, une nouvelle motivation.

Sans prévenir personne, que cela soit Tôru, les gens de la faculté ou même ses géniteurs, la jeune femme avait tout quitté. Elle avait entendu parler de Gensou, cette île apparemment idyllique et avait eu envie d’y croire. Elle avait tout juste assez d’argent pour vivre là-bas, la crise commençait tout juste lorsqu’elle était parti donc il n’y avait pas encore énormément monde le jour où elle posa un pied à Nikkou. Hors, les habitants étaient tous très joviales, très accueillants et nombreux étaient ceux à lui proposer leur aide. Cela l’avait étonné, elle n’était pas habituée à autant d’attention, toujours contrainte de se débrouiller seul. Elle n’avait pas regretté son choix, pensant qu’elle serait bien ici, autant pour elle que pour l’enfant présent dans son ventre. Une dame, très gentille, la recueillit chez elle, comprenant que pour une fille de son âge, la situation ne devait pas être facile. Karen lui avait raconté son histoire, omettant volontairement quelques détails, disant que le père avait tout simplement refusé de reconnaître l’enfant et avait pris la fuite. La femme s’était attachée à elle et au fil des années qui s’écoulaient, la demoiselle avait commencé à la considérer comme une deuxième mère. Si elle pouvait dire qu’elle en avait une première. Natsumi était une personne formidable, chaleureuse, avec le coeur sur la main et certainement que sans elle, Karen n’aurait jamais pu entreprendre quoi que ce soit. Elle l’avait hébergé, prenant même soin de sa fille lorsque celle-ci fut né et qu’elle ne pouvait pas s’en occuper à cause de ses études. On lui avait dit de ne pas délaisser ses rêves, que c’était important d’avoir des objectifs et que tant qu’elle le pouvait, elle devait en profiter. La jeune femme avait aussitôt repris ses études, des études de médecine, travaillant à côté afin d’économiser mais aussi d’aider cette dame qui la logeait. Cette dernière lui avait répété qu’elle n’en avait pas besoin cependant Karen refusait de profiter de sa bonté. Surtout que Natsumi jouait aussi les baby-sitter et qu’elle le faisait gratuitement. Sa fille, qu’elle avait nommé Mizuki, grandissait de jour en jour. Elle était adorable, infernale aussi et pour son plus grand bonheur, elle lui ressemblait beaucoup. L’étudiante était triste de ne pas pouvoir être tout le temps à ses côtés mais elle faisait de son mieux pour jongler les deux choses. Ce qui n’était pas des plus simples.

Elle avait de grands projets, comme elle s’était promis plus jeune, elle ne voulait pas un métier simple. Elle visait haut, infirmière, ce n’était pas assez et ça ne suffirait pas non plus à élever seule son enfant. Alors, elle avait travaillé dure, étant obligé d’arrêter son job à mi-temps pour se consacrer sur l’éducation de sa fille et ses propres études mais elle avait promis à Natsumi de lui revaloir plus tard, tout ce qu’elle avait fait pour elle. Ses efforts avaient fini par payer, pas une seule fois elle ne redoubla ses années, exerçant à l’hôpital de Nikkou en tant qu’interne jusqu’à ce que sa thèse terminée, sa thèse réussi, elle fut enfin fièrement diplômée. Cela ne faisait que quelques mois qu’elle pouvait à présent exercer seule néanmoins pour le moment, elle avait toujours quelqu’un à ses côtés pour l’épauler.

Ayant une vie plus stable, Karen put déménager, se trouvant un appartement à un prix raisonnable pour Mizuki et elle. Evidemment, elle avait gardé contact avec Natsumi et comme elle le lui avait promis, elle commença à lui envoyer un peu d’argent tous les mois. C’était le minimum qu’elle pouvait pour cette femme alors qu’elle se doutait que jamais cela ne suffirait à rembourser toute la dette qu’elle lui devait. Est-ce que la demoiselle était heureuse de sa vie à présent ? Certainement qu’elle répondrait que oui, que tout ce qui lui importait était le bonheur de sa fille, de lui offrir la meilleure éducation et de lui donner tout cet amour qu’elle n’avait pu avoir à son âge. Néanmoins, en dépit de ce qu’elle raconterait, Karen gardait en elle de profondes séquelles de son passé, ça la torturait encore aujourd’hui et elle peinait à se contempler dans une glace. Elle se détestait toujours autant et si elle souriait, le plus souvent, elle devait se forcer. Elle était satisfaite de sa vie actuelle, elle effectuait un bon métier, elle avait une petite fille en or, elle était même plus forte qu’elle ne l’avait jamais été seulement c’était comme si quelque chose s’était défait en elle à cette époque. Comme si lorsqu’elle avait pris le bateau ce jour-là, elle avait laissé une partie de son âme au Japon. Est-ce qu’un jour parviendrait-elle à se pardonner ? Elle avait honte d’elle-même et ce n’était pas quelque chose qu’elle réussirait à changer si facilement.  

 
 
Code:
[color=#ff0000]★[/color] Moon Chae Won — [url=http://beyond-borders.forumactif.org/u18]Hwang Karen[/url]


 
© Nalex


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Oh Yeon Ju
avatar


That's my job : Médecin
That's where I live : Juhei
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Hwang Karen ♦   Dim 30 Oct - 20:17

Bon bah ... Reubienvenueeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee :heart: :heart:
Neurochirugienne Hein ? Toi et moi on va peut-être pouvoir sauver des vies ensemble un de c'est jours

En tous cas courage pour la fin de ta fichette, il ne reste plus grand chose :hero:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Callahan Jun
avatar
Admin ♦ belongs to Lauly


That's my job : Serveur au Owl-ways en compagnie d'un beau cuisinier ~
That's where I live : Juhei
.
.
.

MessageSujet: Re: Hwang Karen ♦   Dim 30 Oct - 21:03

C'est beau la faiblesse fufufu  :inluv:

Rebienvenuuuuuuuuuuue  :hug2:
J'adore l'histoire ** mais la pauvre quand même. L'amie qui balance tout là d'abord déjà urgh èé mais alors le mec NON MAIS LE MEC *décède*
Bref, j'ai hâte de pouvoir rp avec elle !

Courage pour le reste de la fiche ~  :heart:



_________________


   
   
if only
Memories are dangerous things. You turn them over and over, until you know every touch and corner, but still you'll find an edge to cut you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Hwang Karen
avatar
Admin ♦ belongs to Chonchon


That's my job : Neurochirurgienne
Juste une photo de toi :
.
.
.

MessageSujet: Re: Hwang Karen ♦   Dim 30 Oct - 22:39

Juuu ~ Merciiiiiii ♥♥♥ Oui on aura des liens ensemble et on ira sauver le monde :**: :inluv:

My Jun et j'insiste sur le "my" ~ T'as vu c'est un bel abruti hein ?! J'ai déjà l'idée du pv ahah xDD !! Merciii ♥ et hâte de rp avec toi too :luv: :luv: #yougonnadie love love :heart: :heart:



_________________

THERE WILL BE TOMORROW
And then a hero comes along with the strength to carry on and you cast your fears aside and you know you can survive. So when you feel like hope is gone, look inside you and be strong and you'll finally see the truth that a hero lies in you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Callahan Jun
avatar
Admin ♦ belongs to Lauly


That's my job : Serveur au Owl-ways en compagnie d'un beau cuisinier ~
That's where I live : Juhei
.
.
.

MessageSujet: Re: Hwang Karen ♦   Dim 30 Oct - 22:43

Insiste bien ouais XDDD (tu me tues)
Ah bah j'suis curieuse de voir le scéna now ! **

   

   
© blend & every

   

Tu es validé(e) !

   

Bienvenue parmi nous et ravi de t’accueillir à Nikko puisque tu viens d’être validé ! Tu vas pouvoir gambader dans les différents quartiers de la ville et profiter pleinement de la vie paisible de l'île.

Mais avant de pouvoir pleinement t’amuser sur le forum, il faut que tu te trouves des amis en créant ta relationship. De plus, si tu souhaites être constamnent en contact avec tes amis, tu peux aussi te créer un Multimédia. Et n’hésite pas non plus à venir nous rejoindre sur le flood et dialoguer, t’amuser avec tout le monde !

Pour mieux comprendre le fonctionnement de l'île, les bons à savoir se trouvent ici.

Bon jeu à toi et encore bienvenue sur le forum !
   
© _Viviie.





_________________


   
   
if only
Memories are dangerous things. You turn them over and over, until you know every touch and corner, but still you'll find an edge to cut you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
.
.
Contenu sponsorisé


.
.
.

MessageSujet: Re: Hwang Karen ♦   



Revenir en haut Aller en bas
 

Hwang Karen ♦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Karen Blixen : Out of Africa ... Et autres oeuvres
» Karen Marie Moning : Des Highlanders à Jericho ...euhh à Fever
» Illustratrice - Karen
» LE CLUB JANE AUSTEN de Karen Joy Fowler
» [Sloan, Susan R] Karen au coeur de la nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't forget to smile :: Les premiers pas :: Contrôle des passeports :: Fiches validées-